arrowAccueil arrow 0.001%

Menu principal
Accueil
Edito
Nous contacter
L'Edito d'Olivier
News
- - - SITES- - - -
ARTVISION
nous ne sommes pas seuls
OVNIS
Secretebase
Site de J.P. Petit

0001.jpg

 

Inscription à la Newsletter

Attention: votre inscription ne sera effective qu'une fois validé le mail reçu à votre adresse.

Your registration will only be effective once validated the mail received at your address.






1137595 Visiteurs

 

 
MA Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Marc Auburn   
14-11-2013

 Deux extraits du livre 0,001% de Marc AUBURN


DEUX ITEMS QUI CHANGENT TOUT


 Le monde tel qu’on nous l’apprend à l’école, à l’université, le monde qui est montré dans les médias, à la télévision, le monde qui est expliqué aux enfants, ce monde là est une farce, une illusion, un mensonge.

 0001.jpg La politique, l’économie, la vie sexuelle et affective, l’histoire, la psychologie,

la guerre, la paix, la science qui est la notre, nos religions et tout ce qui touche

à notre façon de vivre et de penser est un rêve sans consistance, un théâtre d’ombres.

 

Pourquoi ?

Il y a deux raisons fondamentales, deux choses qui existent et qui sont plus importantes que tout, leurs implications changent tout ce que nous pouvons penser ou voir de nous mêmes, de l’univers, de la réalité en général.

 

Si ces deux choses n’étaient pas réelles, nous aurions raison de vivre comme nous le faisons. Mais si elles sont vraies, et c’est le cas, alors il nous faut tout revoir.

 

Avant de préciser ces deux items, il convient de rappeler que l’esprit humain apprend lentement, et avec difficulté. La connaissance n’est pas binaire : savoir ou ne pas savoir ; elle est une position sur une échelle qui va de zéro à l’infini. Sur un sujet donné, vous pouvez savoir un peu, puis un peu plus, mais il y a toujours une étape au cours de laquelle vous passez de la croyance à la connaissance, cette étape qui vous fait intégrer une information à tous les niveaux de votre psychisme, en lui donnant valeur de vérité.

 

Ce livre va développer certains aspects de ces deux items, et s’efforcer de vous donner les moyens de les expérimenter vous-même, car aucun écrit n’est en mesure d’enseigner quoi que ce soit, seul le feu de l’expérience personnelle brulera les anciennes croyances.

 

ITEM 1

 

Nous sommes des êtres multidimensionnels au sein d’univers multidimensionnels.

Corollaire principal : ce que nous sommes en réalité ne cessera jamais d’exister.

 

ITEM 2

 

Les univers de toute dimension hébergent une infinité de créatures vivantes et intelligentes. Beaucoup sont plus avancées que nous. Nous ne sommes pas seuls sur cette planète, nous ne l’avons jamais été depuis notre ’’arrivée’’.

 

.

 

Une autre façon d’énoncer l’item 1 est de dire que nous sommes des êtres spirituels. En principe les religions sous entendent cela, puis elles se lancent dans des considérations qui prouvent que nous sommes des arriérés.

 

Chacun se rend compte après la mort de son corps qu’il n’a pas disparu dans une espèce de néant. Il a simplement changé d’état, de niveau vibratoire. Dans cette nouvelle condition, les facultés de la conscience sont beaucoup plus vives, et le champ des possibles s’est agrandi dans toutes les directions. Le nouvel arrivant se remémore facilement qu’il existait avant sa naissance sur terre. Il est dans un monde approprié à son niveau, et il peut en toucher la texture qui lui parait solide.

 

Il devient également conscient de la règle du jeu de son passage sur terre, bien éloignée de celle que tel ou tel prélat religieux a pu lui inculquer, alors qu’il était aussi ignorant que ses ouailles.

 

Il lui faudra un certain cheminement pour se défaire en douceur de toutes les croyances terrestres, au terme duquel il se retrouvera à la maison, dans son univers de référence. On peut appeler cet endroit le Paradis, il le mérite amplement.

 

Des dizaines de millions de personnes ont cru que la terre était plate, puis que la terre était le centre de l’univers. De nos jours, leurs successeurs pensent que l’homme est la réalisation la plus élevée de la Création, et que Dieu lui-même l’a voulu ainsi.

 

Il y a un moment où il faut arrêter ces platitudes, ces anthropocentrismes et ces suppositions sur ce que Dieu veut ou pas.

 

Considérez que Dieu à dans ses créatures des espèces autrement plus évoluées, plus intelligentes et plus spirituelles que notre pauvre humanité. S’il lui fallait choisir un prétendu peuple élu dans le cosmos, il n’y aurait aucune chance que ce soit un quelconque sous groupe d’humains terrestres, car nous sommes primitifs, agressifs, stupides et dangereux.

 

Malgré cela nous sommes également des êtres spirituels, nous évoluons et ne resterons pas éternellement dans cette condition archaïque.

.

 

Tout le monde a entendu parler des OVNIS.

 

Les principaux dirigeants terrestres savent depuis le milieu du 20ème siècle que nous sommes visités depuis toujours par des créatures venant d’autres systèmes stellaires et d’autres dimensions. Ils en détiennent souvent des preuves matérielles, bien plus que des films ou des photos.

 

Un consensus mondial s’est créé sur le sujet : occulter cette vérité à la population.

 

Ceux qui voudront faire des recherches poussées sur le sujet trouveront quantité de choses s’ils cherchent. Le propos de ce livre n’est pas de démontrer l’existence de la présence ET sur terre, beaucoup d’ouvrages ont été écrits pour cela, dans tous les pays. Mais si vous avez eu un OVNI dans votre jardin ou si vous avez fait une rencontre directe avec quelqu’un qui n’est pas d’ ici, vous n’avez pas besoin de bouquin pour savoir que nous ne sommes pas seuls sur cette planète.

 

L’objectif présent est de donner des informations à ceux qui savent déjà, qui ne sont plus au stade des croyances ou des hypothèses.

 

Essayons de faire une synthèse sur les points les plus importants.

 

  1. La terre est une belle planète mais n’est ni le centre du cosmos ni le centre de la galaxie. Elle n’est pas spécialement importante.

  1. Cette planète n’est pas à nous. Nous ne sommes pas arrivés les premiers, nous ne sommes pas les plus intelligents ni les plus forts ici.

  1. Notre condition est assez similaire à celle d’animaux confinés dans une réserve, un parc national.

  1. Des délégués de 4 espèces extra terrestres sont en charge de la gestion de la terre. Ils agissent sur mandat d’une organisation galactique des espèces évoluées (dont nous ne faisons pas partie). Ces 4 espèces sont connus des autorités terrestres sous les appellations suivantes : les Elders, les Greys, les Oranges, les Nordiques. Ce sont nos voisins, leurs divers mondes d’origine sont situés dans un rayon de quelques dizaines d’années lumière autour de notre système stellaire.

  1. L’une de ces races a créé l’espèce humaine terrestre par génie génétique en utilisant un primate terrestre il y a environ 200 000 ans. Nous ne descendons pas vraiment du singe.

  1. Outre les 4 espèces en charge de la planète, il y a quantité de visiteurs qui ne travaillent pas ici mais qui viennent y faire du tourisme, ou se ravitailler.

  1. Depuis la création de notre espèce, nous n’avons jamais cessé d’être bricolés génétiquement par nos concepteurs et leurs associés. Ces interventions ont lieu à l’instant même où vous lisez ces lignes et se poursuivront très loin dans le futur.

  1. Les Administrateurs de la Terre sont en charge de l’ensemble de la faune et de la flore, ainsi que de la géologie. Ils interviennent sur terre en permanence, par exemple en implantant de nouvelles espèces de plantes ou d’animaux.

  1. Ils ne sont ni nos amis ni nos ennemis. De leur point de vue, nous sommes une espèce très primitive qui a de nombreuses tares.

  1. Dans certains cas, ils interviennent directement sur nos activités, par exemple les armes nucléaires ou l’exploration spatiale. Il arrive qu’ils se montrent ouvertement, ou bien qu’ils détruisent nos réalisations.

  1. L’avance technologique des Gestionnaires est immense. Même avec nos moyens actuels, les armes nucléaires, à rayonnement de particules, ou électromagnétiques, s’ils décidaient de nous éradiquer, il n’y aurait rien que nous puissions faire pour l’éviter. Notre science à 2 siècles à peine, la leur a des millions d’années.

  1. Quelques caractéristiques de leur technologie.

    1. Ils peuvent circuler de dimension en dimension.

    1. Leurs vaisseaux sont à la fois des objets matériels, et des êtres vivants, intelligents voire dotés de…spiritualité !

    1. Ils ont maitrisé des sources d’énergie illimitées et non polluantes.

    1. Ils contrôlent les ondes gravitationnelles, et bien d’autres choses dont nous ne connaissons pas même l’existence.

  1. Voici les principales raisons du maintient du secret, selon moi :

    1. Certains visiteurs ne sont pas spécialement bienveillants à l’égard des humains terrestres. Même si les Administrateurs font la police, il y a parfois des bavures.

    1. Les USA ont développé des technologies très avancées en s’inspirant de technologies exotiques récupérées. Depuis plus de 40 ans, ce pays collabore directement avec au moins une race extra terrestre. Les programmes de développement technologique ultra secrets sont financés par des centaines de milliards de dollars détournés du budget fédéral. L’activité de la NASA est un écran de fumée qui voit ses moyens et ses ambitions se réduire d’année en année.

    1. Les recherches secrètes ont abouti à des réalisations qui dépassent l’imagination du commun, une part de l’humanité terrestre est déjà établie dans l’espace lointain. Il y a deux conditions humaines, et ceci doit rester secret.

    1. En cas de divulgation, les craintes majeures des gouvernants sont la perte de leur pouvoir, ainsi qu’un séisme dans les croyances religieuses qui pourrait amener à un immense désordre contre productif. En effet nos gestionnaires s’occupent de nous faire évoluer et ils sont à l’origine de bon nombre de croyances et de religions.

    1. Je sais que cela est difficile à croire, mais certains visiteurs se promènent parmi nous, incognito. Ils peuvent le faire de deux façons : la première est qu’ils ont une apparence physique très proche de la notre comme c’est le cas pour les Nordiques, la seconde est une occultation technologico-mentale qui donne dans notre esprit l’image d’une personne quelconque, même s’il est…insectoïde ! Expliquez cela à la population et débrouillez vous avec leurs réactions. J’ai eu un de ces gars à deux sièges de moi dans un cinéma alors que j’avais 18 ans, et j’ai été plus que surpris. (pour des raisons que j’expliquerai, j’ai pu le repérer).

    1. L’être humain terrestre est programmé pour avoir une terreur instinctive de tout ce qui est extra terrestre. Même un serpent ou un monstre des profondeurs océanes est de notre famille. Le jour où vous rentrez en contact avec quelqu’un qui n’est pas d’ici, chacune des cellules de votre corps sonnera l’alerte et brulera de peur. Si on vous laisse faire, vous tournerez les talons et battrez tous vos records de course à pied. Mais les gestionnaires ont l’habitude, s’ils veulent vous garder dans les parages ils paralyseront votre corps ou bien annuleront la peur par induction psychique. Oui, ils ont un psychisme de 1000 watts quand le notre est de 1 watt, vous saisissez cela tout de suite quand vous les rencontrez. Même si vous êtes le dernier des imbéciles, vous comprendrez que la télépathie existe.

 

Récapitulons

 

Si nous ne sommes pas des êtres multidimensionnels et si nous sommes seuls sur terre, alors l‘immense tas de fadaises que l’on nous sert de toutes les façons possibles n’a aucune importance, chacun prend ce qu’il veut et ce qu’il peut en fonction des circonstances de sa naissance et de sa vie. La vie est un combat dans lequel il n’y a que des prédateurs et des proies. A notre mort, nous disparaissons ou bien nous nous retrouvons dans un de ces prétendus paradis vaguement décrits par les religions actuelles, ce qui ne vaut guère mieux.

 

Si nous sommes des êtres spirituels et si nous sommes environnés de vie intelligente, c’est que nous sommes confinés dans un état d’ignorance pour une raison ou pour une autre. Sous certaines conditions, nous pouvons sortir de cette prison. Les implications de ce que nous découvrons alors changent radicalement notre vision du monde. Notre présent, notre passé et notre avenir s’immergent alors dans deux réalités pauvrement décrites par les deux mots suivants : éternité, infini.

 

 

 

EVOLUTION

 

 

Depuis l’enfance, un nombre conséquent d’expériences personnelles directes m’ont donné accès aux réalités suivantes :

Il existe de nombreux mondes caractérisés par d’autres états vibratoires de la matière-énergie. Tout ce qui existe est multi dimensionnel, nous y compris.

Des êtres intelligents venant de systèmes stellaires lointains sont présents sur la terre.

 

Ce chapitre raconte une part de mon chemin dans la compréhension de cette réalité.

 

Observation nocturne

 

Nous sommes dans une période où il y a beaucoup de manifestations d’ovnis, un peu partout sur la planète.

 

C’est la fin de l’été, la nuit est bien avancée, je suis avec un groupe d’amis au beau milieu de la campagne. Certains jouent de la guitare, d’autres fument des cigarettes, je ne fais ni l’un ni l’autre, regardant le ciel. Pas de lune, il y a plein d’étoiles.

 

Tard dans la soirée, j’observe quelque chose d’étrange, des groupes de quatre points lumineux défilent au-dessus de nous. Ces points sont à peine plus gros que les étoiles, mais il en passe en quantité. J’en faire la remarque à mes amis, qui lèvent le nez et acquiescent, en effet il y a un tas d’étoiles qui passent, d’ouest en est, bof… Je fais remarquer qu’on n’entend absolument aucun bruit, que si ces trucs étaient des lumières d’avions on les entendrait. Oui, bof, personne n’a envie de se poser des questions, sauf moi apparemment. 

 

En quelques minutes il passe ainsi entre vingt et trente séries de quatre points lumineux. Le défilé se termine par l’arrivée par l’ouest d’une lumière blanche beaucoup plus forte, comme un phare de voiture vu à 300 ou 400 mètres de distance. Cette lumière arrive à la même vitesse que les groupes précédents, mais elle stoppe presque à notre aplomb.

 

Elle clignote environ une fois toutes les deux secondes. A l’évidence il y a quelque chose au-dessus de nous, et qui ne semble pas être loin du tout. Cette fois-ci mes amis s’interrogent aussi : ce n’est pas un avion car c’est fixe et proche, et pas un hélicoptère car tout est totalement silencieux. La lumière clignote environ une minute en faisant du sur-place, puis elle démarre et reprend sa trajectoire vers l’est, disparaissant rapidement.

 

Je remarque la façon dont mes camarades classent l’évènement : à la poubelle. Pourquoi ? Parce qu’on n‘aura jamais le moyen de savoir ce que ce truc était, et que de toute façon il n’a aucune importance, alors on oublie.

 

Gros cigare sur la petite vallée

 

A peu près à la même période, à environ 15 kms de ma petite ville, des évènements étranges se produisent dans un petit village au bord de la rivière.

Le site est très charmant, il y a seulement quelques centaines d’habitants.

 

La petite station-service est la première à s’éveiller, chaque matin vers 5 heures le propriétaire ouvre l’établissement. Ce jour-là le ciel lui tombe sur la tête. Un immense cigare survole la vallée à très basse altitude, il se déplace lentement dans un silence total. Un cigare volant beaucoup plus gros qu’un camion, ou qu’un wagon de chemin de fer. Il passe juste au-dessus du pompiste.

 

Le lendemain matin très tôt il y a trois amis avec lui, qu’il a réussi à convaincre d’être là, au cas où le cigare reviendrait, pour qu’on moins on puisse le croire ! Et à la même heure le cigare revient, les survole sans un bruit. Maintenant il y a plusieurs témoins.

 

Le matin d’après c’est un vrai petit groupe de matinaux qui se sont tirés du lit, histoire de voir ce machin, pour le cas où il reviendrait. Et il revient, exactement à la même heure.

 

Il vient ainsi chaque matin durant toute la semaine. A la fin c’est la totalité du village qui attend, à cinq heures du matin, le nez en l’air : jusqu’aux enfants que l’on oblige à aller voir cela.

 

Il y aura un article dans le journal de ma petite ville, mais aucune enquête de gendarmerie ne sera menée, aucun ufologue ne sera prévenu. Internet n’existe pas encore, ni le téléphone portable, la préhistoire…

 

Voyages hors du corps et expériences psy

 

Les années suivantes je baigne dans les expériences racontées dans les chapitres précédents. Je développe la conscience astrale et la transmission des informations dans le corps matériel.

 

Les visiteurs extra-terrestres s’y manifestent moins de deux mois après le début de ma recherche, j’ai seulement 16 ans ½: un gars de Zeta Réticuli, espèce désignée couramment sous le nom de greys (gris, surnom pas sympa), me conduit à une autre extra-terrestre, une très belle femme grande et blonde vêtue d’une combinaison bleue. Elle a des traits parfaits, il émane d’elle une immense intelligence et un contrôle de soi étonnant. Nous parlons, et en gage de nos relations elle m’embrasse doucement, entre le nez et la bouche. Cette femme est une ’’nordique’’ suivant l’appellation qui en sera faite bien des années après. En résumé je suis confronté à ces personnes au moins 15 ans avant que ce type d’information commence à circuler.

 

Un peu plus tard j’ai cette visite dans un cinéma, raconté dans le chapitre PRESENCE.

 

Au fil des années je ramène régulièrement des souvenirs de rencontre avec des personnes qui ne sont pas nées sur cette planète. La nature de nos rapports est toujours la même : je suis un membre de leur famille, en poste sur terre, incarné dans une enveloppe primitive, celle de l’humain terrestre.

 

Durant ces années, ma propre mère qui ne le fait pas avec de mauvaises intentions me donne néanmoins le surnom suivant : mon extra-terrestre. C’est la marque de son incompréhension de ce qu’est son fils, mais elle ne contient rien de péjoratif.

 

Je ne m‘attache pas à ce genre de positionnement marketing, mais reste parfaitement conscient de mes différences avec les dormeurs. Je travaille beaucoup sur moi-même et pense qu’il est normal de se sentir, à l’adolescence, étranger à une famille, à une société, à l’humanité voire à une planète. J’essaie de m’émanciper des schémas mentaux et émotionnels implantés dans mon psychisme durant l’enfance, et j’y parviens progressivement, laborieusement.

 

A l’âge adulte la mémoire astrale montre parfois des éléments singuliers. Par exemple si je suis à bord d’un vaisseau spatial en présence d’humains abductés, je ne suis pas l’un de ceux-là mais je suis du côté de l’organisation, des Patrons qui mènent leur programme sur la gestion de ce monde.  Je bosse avec eux.

 

J’ai en mémoire ce genre de choses en détails, mais sans en tirer de conclusions, jusqu’à un voyage au Canada environ 15 ans après les premiers évènements de ce type. Pour la première fois je tombe sur un livre décrivant les abductions par les extra-terrestres, et le sol s’ouvre sous mes pieds, il y a des descriptions précises de détails que je connais depuis des années. Encore une fois je dois gérer cette fusion entre les souvenirs astraux et la réalité objective : je suis au courant depuis très longtemps et je ne devrais pas l’être.

 

Puis au cours d’un voyage astral particulier fin mars 2004, je comprends enfin que le tableau n’est pas celui auquel je m’accrochais frénétiquement jusque-là : il y a des visiteurs, mais également il y a aussi, bel et bien, des Gestionnaires qui gèrent ce monde, et même de très près.

 

L’espace d’une nuit je me prends une grosse claque. J’appelle illico mon ami d’enfance qui a construit un site internet sur les OVNIS. Il me fait découvrir le livre de Corso : LE JOUR D’APRES ROSWELL, et d’autres écrits du même acabit. Je prends alors pleinement conscience: nous ne sommes pas seuls ici, nous ne l’avons jamais été. Vraiment.

 

Il m’a fallu très longtemps pour accepter cela, mais maintenant c’est fait, je suis au courant, j’ai compris. Cette réalité me parait surpasser tous les autres sujets, j’entreprends d’en savoir plus, et commence à voyager pour en examiner les détails.

 

Amsterdam, conférence mondiale NEXUS, 2005

 

Nexus est un excellent magazine traitant de ces sujets

 

Cette conférence reçoit plusieurs personnalités du monde ufologique par exemple Linda Howe (USA) et Valery Uvarov (Russie). En ’’off’’ j’écoute les révélations des uns et des autres, mes copains les ’’gris’’ n’ont pas la côte ici, semble-t-il…

Il y a un tas de gens très intéressants, dont les dirigeants d’IAC qui nous parlent du voyage hors du corps, tout à fait de la façon dont j’en aurais parlé.

La rigueur de l’organisation et la qualité des intervenants sélectionnés par NEXUS me révèlent alors quelque chose de nouveau : il n’y a pas que des idiots sur cette planète.

 

Barcelonne, juillet 2009

 

Avec Blandine ma chérie nous sommes venus en moto, sans vraiment respecter les limitations de vitesse, manque de temps. Il fait très chaud, nous sommes nombreux, venus de toute l’Europe. Notre conviction commune : nous ne sommes pas seuls dans l’univers, la terre est visitée par des intelligences supérieures.

 

Certains ont vu quelque chose, d’autres se sentent concernés depuis longtemps, sans savoir exactement pourquoi. Ils ont lu, fait des recherches sur internet, ils veulent en apprendre plus, ils veulent comprendre.

 

Les associations ufologiques américaines de première génération sont sur le déclin. De nouvelles organisations voient le jour, à l’instar de l’institut d’exopolitique dont les membres consultatifs sont basés dans de nombreux pays : Canada, Italie, Afrique du Sud, Amérique du Sud, Turquie, Australie, Angleterre, Inde, Etats Unis...

 

De nombreux conférenciers ici présents ont intégré l’Institut d’Exopolitique.

 

Parmi eux Robert DEAN. 83 ans, cheveux blanc, grand, élégant, une voix profonde et grave qui capte immédiatement l’attention. D’abord une vie de militaire sur le terrain, menant des guerres aussi sanglantes que celle de Corée, jusqu’à ce poste au QG de l’OTAN en France. DEAN a une accréditation COSMIC TOP SECRET, rien ne lui est caché.

 

Il raconte. Le 2 février 1961, les armées de l’OTAN et celles du PACTE DE VARSOVIE vont commencer la 3ème guerre mondiale, rien de moins. Soudainement, toutes les sécurités des armes nucléaires ont été levées de part et d’autre. Il n’y a plus qu’à appuyer sur le bouton, et c’est la fin du monde. Pourquoi ? Ce matin-là, les forces armées des deux camps ont été survolées par un grand nombre d’objets volant à haute altitude. Vol en formation, très grande vitesse, appareils de forme circulaire ne ressemblant à rien de connu chez l’adversaire, chaque bloc pense que l’autre a sorti son arme secrète. Il s’en est fallu d’un cheveu, et les populations n’en ont rien su… Le Commandant en Chef des armées de l’OTAN décide de créer une commission d’enquête sur ce phénomène qui a failli provoquer l’apocalypse.

 

1964, un beau matin, l’officier supérieur de Robert DEAN lui dit : ’’j’ai quelque chose qui va te réveiller’’. Il l’emmène à la chambre forte et lui met le rapport dans les mains. Il a là un gros dossier, des photos, des analyses. DEAN ne donne pas les détails de l’enquête, qui l’a menée, avec quels moyens, mais ce qu’il découvre ce jour-là est extrêmement convaincant.

 

Il n’a pas de mots assez forts pour expliquer combien il a été secoué par ce dossier. Tout s’est écroulé pour lui à cet instant, il est devenu un autre homme, celui qu’il était auparavant a totalement disparu. Il avait vécu les pires atrocités sur les champs de bataille, mais ici il parle d’anéantissement de ce qu’il était, ses convictions, ses systèmes de valeur, ses références  intellectuelles, tout.  Un choc immense qui résonne encore en lui 45 ans après.

 

Indirectement, il nous fait comprendre ce qui peut arriver en cas de révélation brutale et intégrale à des populations mal préparées. DEAN répète que nous devons savoir, mais il montre involontairement le prix exorbitant de cette connaissance.

Ainsi la Révélation - si elle a lieu - doit être soigneusement préparée, faute de quoi personne ne peut en prévoir les conséquences.

 

DEAN découvre que nous sommes visités depuis toujours par quatre espèces différentes au moins. L’une d’entre elle a créé l’humanité terrestre par génie génétique il y a 200 000 ans environ. Autrement dit, nous ne sommes pas ’’visités’’ mais surveillés et choyés comme les animaux d’une réserve naturelle à l’échelle du globe terrestre. Nos ‘‘administrateurs’’ s’occupent de la totalité de la faune et de la flore, rien ne nous dit que l’humanité a une place de choix dans leur esprit. Bon, tout cela, je le sais depuis quelque temps.

 

Ils ont une telle avance technologique et mentale que nous sommes bien incapables de nous comparer à eux, malgré les armements nucléaires. D’ailleurs c’est la conclusion du rapport : on ne sait rien de leurs intentions, ils ne semblent ni agressifs ni bienveillants, et s’ils décidaient de nous anéantir, il n’est rien que nous ne puissions faire. Tout ceci reste valable encore de nos jours…

 

Robert DEAN est un orateur remarquable qui parle au cœur et à l’esprit. Il conforte notre ego : ’’vous qui êtes ici, vous êtes des gens avisés, vous savez que l’on vous a menti’’, et il nous rassure : ’’ nous sommes une espèce en évolution, il y a une part de lumière dans notre héritage, notre destinée est dans les étoiles, nous y retrouverons notre Famille’’.

 

Plusieurs standing ovation, DEAN remporte un franc succès. Son grand âge est un garant de sincérité, il a une belle prestance, il dégage une sorte de force tranquille, impressionnante pour beaucoup.

 

Et puis il y a Steven GREER, Il n’est membre que de sa propre organisation : le Disclosure Project, mais il a flanqué un grand coup de pied dans la fourmilière en 2001 avec son projet ‘’REVELATION’’. Présentation à la grande presse d’une ligne de témoins de premier choix : militaires, fonctionnaires qui ont tous déposé des témoignages sous serment, des affidavits pouvant être produits devant le sénat américain. Ce qu’ils racontent dans les témoignages, c’est MEN IN BLACK, STAR WARS, STAR TRECK et STARGATE tout en même temps ; pas de banales observations d’OVNI !

 

Si DEAN est un sage, GREER se positionne délibérément comme une star. Amusant…

Physiquement, c’est Schwarzenegger. Ensuite il connait du monde. Il vient de briefer OBAMA lui-même en lui envoyant un gros dossier. Obama ne réagira jamais à tout cela, à ce qu’il semble.

Le Disclosure Project avait eu plus de succès avec les époux CLINTON et le Directeur de la CIA à l’occasion de la mandature de l’époque, les rencontrant directement juste après l’élection présidentielle.

 

L’humanité est plongée dans l’ignorance mais le Disclosure Project a des réponses et des explications. Il y a deux objectifs majeurs : stopper la militarisation du cosmos (la partie qui est proche de la terre)  et faire bénéficier à toute l’humanité des technologies exotiques qui nous permettrons un accès illimité et gratuit à des énergies ultra propres.

Cette association est atypique, elle fournit des détails sur les technologies ET que personne n’avait avancé avant cela, et rend public des témoignages inédits.

 

Barcelonne est un réel succès, on y rencontre des tas de gens sympathiques et intéressants, c’est la plus grande manifestation qui a jamais eu lieu sur le sujet OVNI en Europe.

 

Mais malgré le nombre des participants, cette prise de conscience reste le fait d’une très petite minorité, dans chaque pays quelques personnes qui comprennent que les implications de la présence extraterrestre dépassent de beaucoup les sujets d’actualité présentés par les organismes de presse traditionnels.

 

Et cela durera encore longtemps…

 

Californie, novembre 2009

 

Au début de l’année 2004, j’ai compris que cette Présence était loin d’être marginale.

Ma perspective a radicalement changé : ces gens-là ne sont pas des touristes !

 

Ils étaient ici avant nous, bien avant l’existence de la race humaine terrestre. Ils ont toujours été là, ils ne sont jamais partis. Nous n’avons jamais été seuls. Ils gèrent cette planète : géologie, flore, et toute forme de vie. Ils sont probablement organisés sous forme de fédération qui regroupe plusieurs espèces différentes.

 

Chaque chose ici porte leur marque, jusque dans notre chair et dans notre psychisme. Mais comme cela a toujours été le cas, nous ne pouvons-nous en rendre compte. Pour comprendre cela, il faut faire un saut hors de ce monde, tel le poisson qui saute hors de l’eau et découvre ainsi pour la première fois l’élément liquide dans lequel il vit.

 

En réalité le sol de cette planète ne nous appartient pas, nous ne sommes que des hôtes de passage, des locataires. Que nous soyons riche ou pauvre, chacune de nos vies est extrêmement courte : 100, 120 ans tout au plus.

 

Notre concept de libre arbitre repose en théorie sur la liberté de fonctionnement de notre psychisme. Notre culture porte au plus haut l’idée de pensée et d’intelligence.

Depuis toujours, certains humains comprennent la fragilité de ce système, et reprogramment à leur gré le psychisme d’un grand nombre d’humains pour satisfaire leur besoin de pouvoir…

Que peuvent donc faire dans ce domaine des êtres immensément plus puissants et plus intelligents que nos éphémères ’’grands hommes’’ ?

 

Ces gens de là-haut ont accès à des savoirs accumulés durant des millions d’années. Ils maitrisent des sciences dont nous ne connaissons pas même l’existence, tout comme un homme d’il y a seulement ½ siècle  ne pouvait concevoir le monde de l’informatique et de l’internet qui est le nôtre aujourd’hui.

 

En comparaison, à quoi se résume notre héritage ? Quelques siècles de philosophie et de littérature, et à peine plus de 200 ans de progrès technologique…

 

Bon, voilà trois paragraphes pour ne pas dire les choses directement.

 

Autrement dit, en ce qui nous concerne, ils ont fait la machine, l’ordinateur qui la fait marcher, et les programmes qui font fonctionner l’ordinateur. Ils s’occupent des mises à jour. Bonne nouvelle : malgré les apparences, vous n’êtes ni la machine, ni l’ordinateur, ni les programmes. Vous êtes l’Utilisateur.

 

 

Revenons à 2005. Cette soudaine prise de conscience a été suivie par la lecture des livres du Disclosure Project. Les faits reportés dans ces ouvrages ainsi que les analyses de l’auteur sont très différents de ce que l’on trouve ordinairement dans la littérature ufologique. Je partage l’essentiel des idées exposées.

 

L’immense majorité des gens n’a pas d’intérêt pour ce sujet ni ne mesure sa prodigieuse importance. Tout ce passe comme si ’’Quelqu’un’’ en avait décidé ainsi, pour le moment.

 

C’est pourquoi je n’ai pas de goût pour le prosélytisme, n’ayant aucun besoin de convertir qui que ce soit à quoi que ce soit. Ceux qui peuvent savoir savent déjà.

 

Par contre je suis animé par la nécessité impérieuse d’apprendre et d’expérimenter. De voir la réalité, de la toucher, de m’y plonger tout entier en toute lucidité.

 

C’est bien ce que le Disclosure Project propose : initiative CE-5. (Rencontres rapprochées du 5ème type). En résumé il s’agit de passer une sorte de coup de téléphone pour une prise de rendez-vous avec… des gars de là-haut. Une sorte de MEETIC cosmique, sans frivolités.

 

Principes

 

L’univers grouille de vie et d’intelligence.

La conscience baigne tout ce qui existe et ne connait aucune limite dans le temps et l’espace. Elle est non localisée et permet la communication instantanée entre deux points de l’univers, même extrêmement éloignés.

Les civilisations avancées ont développé des technologies qui fusionnent matière, vie et conscience. Cette science permet les voyages interdimentionnels ainsi que des déplacements hyperluminiques dans le cosmos physique.

Une conscience humaine pacifiée et désintéressée portée par une Intention appropriée peut lancer un appel pour une demande de rencontre.

Les gars de là-haut sont aptes à juger de la bonne façon de se manifester aux humains, compte tenu de notre niveau de conscience personnel. Nos peurs, nos méconnaissances et nos conditionnements psychiques archaïques, inconscients ou non, déterminent le degré et la nature de la rencontre.

En mineur, le protocole CE-5 intègre une batterie de moyens techniques : ondes électromagnétiques, son, lumière.

 

C’est sur ce programme que je rejoins un groupe de 40 personnes en novembre 2009. Nous sommes dans un désert californien, il y a une majorité d’habitants des USA, quelques canadiens, 3 britanniques, 1 personne vient de Malaisie et nous montre des photos d’OVNI au-dessus de sa maison. Ces photos sont très nettes, très détaillées et l’on voit le processus de matérialisation du véhicule.

 

Les trainings CE-5 ont lieu aux USA depuis plus de 15 ans, je suis le premier français à y participer. On nous souhaite la bienvenue.

 

Avant de venir j’ai examiné mes intentions.

 

Je ne suis pas venu dans l’espoir dévorant d’assister à une quelconque manifestation spectaculaire, mais pour apprendre plus, comprendre plus, au sein d’un groupe dont la conformation mentale pourrait favoriser une plus grande ouverture de l’esprit.

 

Un de mes principaux traits de caractère est que je n’adule rien ni personne sur cette planète. Je suis allergique aux gourous, et ne me gêne pas pour les secouer durement, quand j’en croise un qui se la joue un peu trop.

 

Le Disclosure Projet est une association de type ’’loi de 1901’’. La présidente en est Jan Bravo ; Linda WILLITS, Debbie FOCH, Emery SMITH constituent le bureau, et le porte-parole Steven GREER a le titre de directeur. Le CSETI est une émanation du Disclosure Project.

 

Bien que la révélation de la présence extra-terrestre ait bien peu à voir avec l’exercice de la médecine, Steven GREER tient particulièrement à son titre, il signe tous ses écrits GREER M.D (Medicinae Doctor). Coquetterie purement américaine ? Par certain, Jan BRAVO est elle-même doctoresse en médecine mais je n’entendrai jamais quiconque l’affubler de ce titre au cours d’une conversation, contrairement à ce qui se passe pour le porte-parole.

 

Il faut beaucoup de force à cette organisation pour ne pas tomber dans la dérive sectaire. En effet tous les ingrédients sont réunis, et au-delà : financements importants, notoriété mondiale, contacts avec les puissants de ce monde et plus encore avec les ’’puissances supra terriennes’’, et pour couronner le tout hyper centralisation de l’organisation autour d’une unique personne.

 

Autre particularité du leader : il est accompagné d’un garde du corps, par ailleurs membres du bureau : Emery SMITH. Détail d’autant plus étrange qu’il s’est mis sur le tard au culturisme, mais a visiblement fait ce qu’il convenait pour ressembler rapidement à Arnold SCHWARZENEGGER, car Steven est très grand. Emery est très costaud, mais vu de loin on peut se demander qui est le body guard…

 

J’aurais l’occasion de discuter avec Emery, il a un parcours spirituel indéniable. Bon recrutement.

 

Personne ne prétend détenir la vérité ni tout comprendre, mais on ne transige pas sur des sujets maintes fois expérimentés et vérifiés. Je comprends cette attitude sans peine, je suis exactement comme cela sur les sujets que je connais. De l’extérieur cela peut passer pour de la suffisance, alors que c’est simplement de la lassitude. Essayer d’expliquer les couleurs à un aveugle de naissance ne sert à rien. S’il existe un moyen, commencer par lui rendre la vue, après on peut parler, partager et échanger.

 

Je comprendrai au cours de ce séjour que si beaucoup de choses sont présentées lors de ce training, certains sujets sont juste effleurés. Soit ils ne sont pas jugés essentiels, soit ils font appel à des concepts trop éloignés de ce que l’on peut actuellement comprendre.

 

La journée est rythmée précisément :

Le matin travail personnel : méditation, vision à distance, exercice physique. Rien n’est imposé sur le fond et la forme. Faites comme vous voulez, vous connaissez les objectifs du groupe.

L’après-midi est consacré à une réunion de partage et de formation. Le Dr GREER développe les sujets abordés dans ses ouvrages, livres que nous avons pris le soin d’étudier au préalable, ainsi d’un bon package de documents et de CD envoyé chez nous quelques semaines avant…

La nuit ce sont les travaux pratiques. Nous sommes dehors, en plein désert, loin de tout. Nous lançons nos appels et observons les cieux, qui sont magnifiques. On nous donne des rudiments d’astronomie.

 

Je crois que je n’ai jamais eu aussi froid de ma vie. Pourtant très bien équipé, je grelotte durant des heures les premières nuits, jusqu’à ce que je comprenne ce qu’il faut faire pour pouvoir rester immobile dans le vent glacé.

 

Je dois lutter contre une toux persistante et un jet lag qui me plonge à n’importe quel moment du jour et de la nuit dans un profond sommeil, deux handicaps qui ne me lâchent pas de toute la semaine. Par chance il y a ces tests de remote viewing (vision à distance) ou la représentation française du moment se distingue mais positivement cette fois…

 

Bon voilà, je n’étais pas venu pour cela, mais quelque chose arrive le 3ème soir. Nous faisons une pause aux environs de minuit et demie, en essayant de nous réchauffer un peu. Nous sommes à 30 ou 50 km de toute route fréquentée, et pas la moindre habitation dans le coin. Je n’ai pas le temps de réfléchir, et l’hypothèse d’un contact ne m’a pas effleuré une seconde, tant la chose est inattendue et soudaine. Mon esprit fonctionne sur un mode ultra rapide purement reflexe. Cela dure entre 2 et 4 secondes.

 

Une énorme lueur déchire la nuit étoilée.

 

C’est si soudain et si intense, que ma première pensée est que le soleil vient de se lever d’un seul coup, et que dans une seconde, il va faire jour comme à midi.

 

Puis je pense qu’un dépôt de munitions vient d’exploser, et que nous allons subir l’onde de choc immédiatement.

 

Enfin je pense : non, c’est une bombe atomique, dans une fraction de seconde nous allons tous être désintégrés. Pas de peur, pas le temps. Juste un constat, il n’y a rien à faire, nous sommes morts.

 

Ma mémoire me restitue une sorte de zigzag rouge vif qui se dirige vers le sol. Un halo de lumière dorée le nimbe amplement. L’ensemble couvre une partie importante du ciel à partir de l’horizon. C’est beaucoup plus lumineux qu’un feu d’artifice et qu’un puissant éclair d’orage dans la nuit. Même pour ces deux phénomènes, il y a une sorte de montée en puissance et de redescente de l’intensité lumineuse, même très rapide. Je ne me souviens pas de cela. Une onde lumineuse de type signal carré et non pas sinusoïdal. Intensité totale immédiate, disparition immédiate sans décroissance.                                 

 

Je n’ai jamais vu ce genre de couleurs dans le ciel.

 

Très étonnantes aussi les quelques secondes après le blast de lumière. On s’attend tous à se prendre un gros choc sonore à la mesure de ce qu’on vient de voir. Mais rien, pas un son, le silence total…

 

Nous sommes tous scotchés par le truc !

                                                                                                                                            

D’autres choses arrivent au cours de ce séjour, mais j’ai choisi celle-là pour illustrer le fait que quelque chose peut se manifester à nous pour peu que notre demande et notre intention soit en adéquation avec les critères de nos correspondants.

 

Les objectifs du CSETI ne s’arrêtent pas à la divulgation de la présence extra-terrestre, et peuvent être résumés principalement par les deux points suivants :

 

1°) L’AGE D’OR SUR LA TERRE

 

En premier lieu le CSETI apporte nombre de témoignages montrant que des technologies exotiques ont été développées par des humains suite à différents contacts avec des E.T. Ces technologies restent secrètes, elles sont utilisées par une élite mondiale établie dans l’espace depuis plusieurs dizaines d’années. Ces technologies permettraient de s’affranchir définitivement des énergies fossiles comme le pétrole et le charbon, ainsi que de l’énergie nucléaire. Elles donneraient l’accès à une énergie illimitée et gratuite à tout habitant de la planète et mettraient fin à la misère partout dans le monde. Elles pourraient éradiquer une grande partie de la pollution générée par les technologies actuelles. Le CSETI milite pour que ces nouvelles technologies soient rendues publiques et utilisées dans le monde entier, même si les empires financiers reposant sur les énergies actuelles devaient s’écrouler.

 

2°) LA PAIX UNIVERSELLE

 

Le CSETI souhaite que les différents peuples de la terre entretiennent des relations pacifiques entre eux et pratiquent de même avec les civilisations extra-terrestres.

 

Les trainings CE 5 sont destinés à former des ’’ambassadeurs’’ terriens qui n’ont aucun racisme ni préjugé envers les créatures extra-terrestre, quelle que soit leur apparence physique qui peut être extrêmement dérangeante pour notre esprit actuel.

A ce sujet mon avis est que ce truc d’ambassadeurs est du pur marketing pour recruter les stagiaires. Je n’imagine pas une seconde que les gestionnaires ont besoin de diplomates de ce genre, et s’il y a des structures à mettre en place je ne doute pas que tout est déjà fait, et de la plus parfaite manière. Ou alors GREER veut plutôt dire ’’relais’’ pour transmettre la révélation dans les populations ? J’ai pu voir néanmoins que certains stagiaires prennent ce concept-là au pied de la lettre, ce qui ne fera beaucoup rire.

 

Le CSETI rejette catégoriquement le fait qu’il pourrait y avoir de mauvais E.T susceptibles d’être agressifs, ou avec une volonté de conquête de cette planète. Il soutient qu’il existe un monceau de preuves que les êtres humains peuvent se massacrer entre eux par millions, mais qu’il n’existe aucune preuve qu’un être venu de là-bas se soit montré dangereux sauf dans certains cas où il devait se défendre devant l’attaque d’un humain, un avion de chasse par exemple. Il explique que les ET ont une telle avance technologique qu’ils pourraient nous écraser à n’importe quel moment, et il n’existerait rien que nous pourrions faire pour les en empêcher, même aujourd’hui. Il est farouchement opposé à la militarisation de l’espace, expliquant témoignages à l’appui, que des armes secrètes mises en orbite depuis plus de 20 ans étaient utilisées contre des vaisseaux E.T, les détruisant parfois. Le fameux bouclier spatial du Président REAGAN serait dirigé vers l’espace.

 

Le fait qu’il n’y ait pas eu de représailles suite à ces attaques militaires tend à prouver que nous n’avons pas affaire à des civilisations guerrières comparables à ce que nous sommes actuellement.

 

Cette pacification de notre comportement rendrait possible notre intégration progressive au sein de la grande communauté cosmique.

                                                              

Wilshire, Angleterre, juillet 2010.

 

La seconde moitié du mois de juillet est la plus propice aux manifestations appelées cercles de culture.  Chaque année, 20 à 40 cercles apparaissent dans cette région.

 

Pour commencer, je vais formuler un avis tout personnel sur le phénomène.

 

Presque tous ces ‘’agroglyphes’’ sont parfaits vus du ciel, et présentent souvent des structures géométriques complexes relevant d’une mathématique élaborée. Ils se trouvent bien souvent proches de sites archéologiques ou de paysages enchanteurs telles ces magnifiques collines arrondies  de la région.

 

Vues du sol, la plupart du temps, les tiges de blé sont couchées à partir du pied. De nombreuses personnes visitant ces formations ressentent une forme subtile d’énergie. En ce qui me concerne, mis à part la sérénité naturelle du lieu et la beauté du paysage, je ne ressens vraiment rien de spécial.

 

Serais-je anormal ? Pour donner le fond de ma pensée, beaucoup de ces cercles me donnent l’impression d’une réalisation humaine, d’une manière ou d’une autre…

 

Mais il y a des exceptions, et qui ne confirment pas la règle. J’ai ainsi observé et photographié des formations à l’écart des chemins les plus fréquentés. Les épis de blés sont déformés de manière permanente à partir du 1er nœud et du 2ème nœud, ils ne sont pas couchés comme si on les avait écrasés d’une façon ou d’une autre. Même vus du sol, les épis forment des figures en 3D, notamment des spirales, des fleurs, comme des vortex. Incompréhensible.

 

On peut coucher un épi, 100 ou 10 000 épis à  partir du pied sans aucun problème. Mais prenez simplement 1 épi et essayez de le déformer de cette façon, vous n’y arriverez pas sans le casser. Et il y a des millions et des millions d’épis déformés pour dessiner de gigantesques spirales. Une évidence apparait : il ne s’agit pas de moyens mécaniques.

 

Au fil des jours et de nos explorations, une réalité s’impose avec force : quels que soient leur origine, les cercles de culture sont des lieux de rendez-vous. Des gens de tous horizons se croisent et se rencontrent ici. Ils viennent de toute l’Europe, d’Amérique, du japon, d’Asie, ils viennent de partout.

 

 Il y a des sensitifs, des praticiens de thérapies alternatives, des artistes, mais aussi  des personnes qui ont vécu des choses étranges, qu’ils n’expliquent pas. Et cela a marqué leurs esprits. Ils vivaient une vie ordinaire, et l’extraordinaire s’est invité dans leur vie, sans prévenir.

 

Par exemple cet homme qui vient d’Autriche. Il avait une paralysie totale des jambes. Bien que ses jours ne soient pas en danger, il fait une sorte de NDE où il rencontre de grands êtres de lumière ’’qui ne sont pas de ce monde’’. Le choc… Quand il revient, il se lève et marche, tout de suite. Pas de phase d’amélioration, pas de rééducation, il est guéri. C’était il y a plusieurs années, et il est là devant moi, il ne comprend toujours pas, il cherche, il ne peut pas oublier.

 

Ou ce groupe de français qui n’en sont pas à leur première visite ici. Il y a trois ans, ils se trouvaient dans un cercle de culture. Une boule de lumière a surgit, survolant les blés de quelques centimètres. Grosse comme un ballon, visible en plein jour. Elle est restée plusieurs minutes, a disparu puis est revenue. Le propriétaire du champ était présent et a vu aussi, il a fait le tour de son champ pour essayer de trouver une explication, sans résultat…

D’autres ont vu des OVNIS, parfois de près, et ils ne savaient pas que cela existait, ils croyaient ce que tout le monde croit, ce que raconte la presse, la télé. Ils viennent ici pour comprendre, pour essayer d’en savoir plus.

 

Tous ces gens ont rendez-vous ici. Ils se croisent, ils se rencontrent, ils dévoilent leurs expériences. Ils pourraient être en vacances au soleil, à la mer ou à la montagne, mais ils ont choisi de venir ici, parce que c’est plus important pour eux.

 

Certains ont des magnétomètres plus ou moins sophistiqués. Avec ces appareils, il se passe indéniablement des drôles de choses : c’est souvent un véritable concert lorsqu’on les place dans le cercle de culture. Je l’ai vu maintes fois, les aiguilles sont bloquées au maximum, alors que dans les voitures avant d’arriver, rien, aucun signal. Et nous sommes au milieu d’un champ, pas d’objet métallique, pas de lignes à haute tension, seulement de la terre, du blé et quelques humains.

 

Et puis d’étranges photos. Là aussi, cela se passe trop souvent pour que l’on ne se pose pas de questions. Les appareils numériques enregistrent des formes, des objets dans l’air, alors qu’on ne voit rien à l’œil nu.

 

Voilà, le phénomène est subtil, il se passe quelque chose, on nous dit quelque chose, on murmure doucement à notre oreille. Pour le moment c’est comme cela.

 

……..

 

J’ai un peu hésité à écrire ce qui suit et à le mettre dans ce livre. Mais je me suis dit que je devais apporter ces éléments.

 

Au cours de cet été 2010, j’ai rencontré quelqu’un à qui on n’a pas simplement murmuré à l’oreille.

 

Pour protéger sa tranquillité et sa famille, je reste discret sur tout ce qui peut l’identifier : nom, prénom, nationalité, lieu de notre rencontre.

 

Au cours d’un diner privé, je me suis trouvé avec  ’’X’’,  plusieurs membres de sa famille et quelques-uns de leurs amis. X a été en contact direct, à plusieurs reprises, avec une personne extra-terrestre. Des rencontres face à face.

 

Beaucoup d’entre nous pensent que nos gouvernants, nos militaires ne savent rien du phénomène, qu’aucune preuve matérielle n’est jamais venue étayer toutes ces histoires.

 

Faux, archi faux. Les gouvernements des principales puissances sont parfaitement au courant. Ils détiennent des artéfacts extraterrestres. Ils ont des photos, des films, des documents très précis sur la question. Au secret, Ils détiennent parfois des cadavres d’ET. Cette réalité ne fait absolument aucun doute pour eux, pas plus que son origine extra-terrestre. Il est certain qu’ils tentent de percer les secrets de leur technologie, et plus difficile encore, de comprendre les intentions et les motivations des intelligences supérieures qui gèrent cette planète.

 

Car cette planète est sous la responsabilité d’un petit nombre de races ET qui agit par délégation de la ’’Fédération Galactique’’. Chaque militaire gratifié du ’’besoin de savoir’’, dans chaque pays, connait les caractéristiques physiques de ces races ainsi que leurs systèmes stellaires d’origine. Les vaisseaux qu’ils utilisent, quand ils veulent bien apparaitre, sont spécifiques à leurs civilisations respectives. Tout cela est connu, et depuis longtemps.

 

Inutile de chercher à convaincre ou à informer ceux qui dirigent les pays les plus puissants de cette planète. Il est risible de faire une telle tentative, ils ont beaucoup plus de preuves qu’on imagine généralement.

 

Tout cela est très clair pour moi maintenant : il s’agit d’une  énorme farce, d’un gros mensonge par omission. Ils ne veulent pas en parler, lisez le rapport COMETA, dans ses conclusions : devons-nous informer la population ? La réponse est non.

 

Ils ne peuvent pas en parler, car ce qu’ils savent n’est rien en regard de ce qu’ils ignorent. Et certaines choses sont tout simplement impossibles à révéler à une population ’’moyenne’’.

 

Alors la plus grande crainte est que l’initiative de la révélation vienne d’en haut, des véritables Gestionnaires. Mon opinion est qu’il n’y aura pas de révélation venant d’en bas, de nos structures politiques et militaires. Ni aujourd’hui, ni demain, ni en 2020, ni dans 2 siècles. Le secret perdurera jusqu’à ce que les véritables Patrons en décident autrement.

 

En fin de soirée, voyant les autres invités peu réactifs devant ces éléments stupéfiants qui étaient déballés devant moi, je les questionne. Il y a là des personnes de 20 ans comme de 60 ans, tous très bien intégrés socialement. Ils répondent avec un bel ensemble : ah oui, on sait depuis longtemps, on a vu, et plusieurs fois… L’un d’entre eux, nous l’appellerons Peter, se lève et va chercher quelques photos dans une autre pièce. Des photos qu’il a pris lui-même, on voit 4  grosses lumières au-dessus de la propriété. Peter est un très fervent chrétien, et il me dit : vous voyez, ce soir-là, ces OVNIS sont restés plus de 20 minutes au-dessus de chez moi, ils ne faisaient pas le moindre bruit. Toute la famille est sortie pour les observer, et ce n’était pas la première fois.

 

Et il ajoute : maintenant, j’attends le retour prochain du Christ, car il est dit dans la bible que son retour sera annoncé par des signes dans le ciel, et ces signes, maintenant, nous les voyons tous.

 

Congrès ufologique en Arizona, février 2012.

 

Je vais y perdre une part de mes certitudes.

 

L’objectif est en particulier d’assister aux séances d’Yvonne SMITH.

Elles ont lieu chaque matin avant les conférences, dans une salle à part. Pas de journalistes, pas d’enregistrements, ni de photos, tout ceci se passe uniquement entre les personnes présentes.

 

De quoi est-il question ? D’enlèvements par les ’’gars de là-haut’’!

 

Le pionnier en la matière est BUDD HOPKINS, un artiste de New York. C’est en 1977 qu’il a commencé à étudier par l’hypnose le syndrome de ’’MISSING TIME’’ (temps manquant). Budd est mort à la fin de l’année 2011, après avoir écrit plusieurs livres de référence. Un petit groupe de thérapeutes et d’investigateurs ont été à ses côtés durant de longues années : John MACK, David JACOBS et Yvonne SMITH.

 

John MACK, professeur de psychiatrie à HARVARD, fut le premier psy à examiner les cas présentés par Budd HOPKINS. D’abord très dubitatif sur ces histoires d’enlèvements, il constate deux choses :

-       Ces cas présentent pour la plupart des symptômes de désordres post traumatiques (PTSD)

-       Les personnes impliquées n’ont pas de profils pathologiques d’un point de vue psychiatrique.

Conclusion : tout se passe comme s’ils avaient réellement vécu cet évènement traumatisant.

 

Au fils des examens, John MACK relève des choses de plus en plus troublantes.

 

Il garde certains détails de ces témoignages totalement secrets, nous sommes dans l’ère pré-internet. Dans un premier temps il a l’intention de confondre les affabulateurs, mais il arrive au résultat inverse. En effet ces détails secrets se retrouvent chez d’autres témoins ! Ils portent sur les instruments utilisés par les ET, sur les ET eux-mêmes, sur leur vaisseau, sur le process d’enlèvement. Des gens qui ne se connaissent pas, éparpillés sur tout le territoire américain, et qui sont issus de milieux socio-culturels différents, tous ces gens racontent des choses identiques, avec une grande précision…

 

John MACK écrit deux livres majeurs : ABDUCTION et PASSPORT TO THE COSMOS. Il meurt en 2004 d’un accident de la circulation, à LONDRES.

 

Yvonne SMITH fait donc partie de ces pionniers, de ces premiers explorateurs, ceux qui ont entrepris d’écouter et d’entendre tous ces gens.

 

Car il y en a beaucoup, en tous les cas ici, assistant à ce congrès. On en croise partout, et de tous les genres, au point qu’à chaque nouvelle rencontre ces personnes s’interrogent mutuellement : ’’avez-vous été enlevé ?’’

 

C’est ainsi que le deuxième jour je trouve une blague en guise de réponse : ’’oui, trois fois’’, puis je laisse mon interlocuteur prendre un air grave et préparer les questions suivantes, du genre : ’’voulez-vous m’en parler ?’’. Alors j’enchaîne : ’’3 fois, lors de trois mariages différents’’.

 

Dans les séances d’Yvonne SMITH il n’y a presque que des abductés, des contactés et des témoins rapprochés. Le premier jour nous sommes une trentaine, et le dernier presque 90.

 

Nous avons perdu notre sensibilité, je l’ai perdue. Afin de nous adapter au monde tel que nous le pensons, notre psychisme s’emploie à être rationnel, réfléchi, et à poser des analyses froides fondées sur une prétendue vision réaliste.

Ainsi je me préparais à être un spectateur, je me trompais.

 

Certains prénoms qui vont suivre ont été changés, et certains détails trop personnels ne sont pas mentionnés, par respect pour ces personnes.

 

Le premier à parler est ce grand gars, MIKE, 64 ans, un ancien de l’armée américaine, assis juste à ma droite. A la fin de son adolescence, il est allé en forêt avec son frère pour chasser. Ils ont campé sur place et au milieu de la nuit, ils ont vu quatre lumières bleues très étranges au-dessus des arbres.

 

Le lendemain, ils ont soigneusement évité d’en parler entre eux, phénomène qu’on constate très souvent lors des rencontres rapprochées. A part la lumière, pas de souvenirs particuliers, mais dès le retour ils ont tous deux commencé à faire des cauchemars, et à être très perturbés sur le plan nerveux et psychologique.

 

Il s’est écoulé pas mal de temps, des années entières avant qu’ils ne se décident à se pencher à nouveau sur cette fameuse nuit, après avoir essayé tout le reste: médecins, médicaments, etc.

 

L’hypnose a fait remonter chez ces deux jeunes hommes la même histoire, celle de leur enlèvement et de leur séjour à bord d’un engin volant qui n’était pas de ce monde. MIKE a une voix grave, contenue ; il a intégré une part de son aventure, mais il a mis 30 ou 40 ans pour cela. Mais pour lui l’histoire du monde telle qu’on lui avait enseignée à l’école est un mensonge.

 

Sa vie militaire dans l’Air Force, il l’a passée devant les écrans radar. Il consignait les échanges avec les pilotes. Quand ceux-ci voyaient des objets volants non identifiés, il y avait une procédure spéciale. Mike nous explique qu’il y avait cette « brochure de non diffusion », qui donnait les ordres précis à appliquer pour les observations d’OVNIS, afin que tout ceci disparaisse dans un trou noir.

 

MIKE s’attarde longuement sur les difficultés qu’il a eu à garder la foi, à croire à ce qu’on lui avait raconté à l’église, après que ce séjour dans un vaisseau extra-terrestre ait émergé enfin dans sa conscience. A des gens comme lui on ne propose rien en remplacement, ni aucune explication. Ils finissent tous par se forger leur propre religion, qui n’a plus rien à voir avec celle de leurs parents, je le constaterai à de nombreuses reprises au cours de ces quelques jours.

 

Puis une femme se lève à son tour pour parler, elle a l’air tout ce qu’il y a de plus normal.

 

Mais au bout de 20 secondes elle explose de peur, de désespoir et de colère devant nous, elle a été enlevée, ses parents ont été enlevés, et ce qu’elle craignait le plus arrive maintenant : ses deux enfants sont enlevés à leur tour.

 

En un instant l’atmosphère devient lourde comme du plomb, je me prends un coup de poing au plexus, mon ventre se tend, et mon cœur s’ouvre. Il ne se refermera plus devant ces gens.

 

Au fil des jours de nouveaux visages apparaissent, nous sommes de plus en plus nombreux dans cette salle, il faut sans cesse rajouter des chaises.

 

Les témoignages succèdent aux témoignages.

 

JOE WISNIEWSKI n’a pas été enlevé. Il est venu ici avec son épouse, qui le soutient et lui tient la main, un couple uni, qui pour une fois ne semble pas sacrifier à la tradition américaine du junk food. Joe était pompier, on voit qu’il a la forme, bien que dans la cinquantaine avancée.

 

Il raconte en donnant beaucoup de détails, il se repasse les scènes, image par image, on comprend qu’il a fait cela des milliers de fois. Il se trouve à deux sièges de moi, à ma droite, assez près pour que je puisse voir et sentir correctement son énergie vitale.

 

Assez vite il y a cette pulsation énergétique particulière au niveau de son plexus solaire, qui prend progressivement de l’amplitude au fil de son récit. Je suis certain que cette vibration va provoquer des tremblements de son corps physique, et je guette le moment où cela va se produire. Je suis venu aussi pour cela, pour une fois je m’autorise à regarder les personnes avec les moyens qui sont les miens.

 

Les tremblements prévus arrivent au bout de deux minutes environ, d’abord les bras puis des mouvements internes de l’abdomen. Comme prévu également sa voix en est affectée. Peur, stress post traumatique. La pulsation a une amplitude rarement observée, choc ontologique non intégré.

 

40 ans en arrière, Joe WISNIEWSKI est adolescent.

 

Il habite une petite ville située au milieu de vastes forêts verdoyantes. Ce jour-là il pleut et il est sorti faire une ballade avec son parapluie.

 

Il se trouve en bordure de forêt et les averses sont assez fortes, sous son parapluie il voit tout d’abord une lumière assez basse au-dessus des arbres. Il pense à un avion et dans un premier temps, ne s’en formalise pas.

 

Puis il s’avise que cette lumière est trop basse, et qu’il s’agit sûrement d’un avion en difficulté qui risque de s’écraser dans la forêt.

 

La lumière se rapproche, mais elle le fait lentement, bon alors c’est un hélicoptère. Qu’est-ce qu’il fait ici et par ce temps ?

 

Mais à part la pluie qui tombe, il n’y a pas de bruit. Joe a le temps de s’interroger, à cause des arbres et de la pluie il ne peut pas voir l’hélicoptère, seulement sa lumière qui se dirige très lentement vers lui, à la vitesse d’un homme qui marche.

 

Elle va quitter la zone boisée pour survoler l’endroit dégagé où il se promène avec son parapluie, Joe observe tout cela très attentivement, curieux de voir apparaître l’hélicoptère.

 

Mais comme vous l’avez compris ce n’est pas un hélicoptère.

 

C’est un disque volant de 10 mètres de diamètre environ, avec des lumières clignotantes sur le dessous, et des hublots autour de la coupole du dessus.

 

Joe WISNIEWSKI nous montre les dessins détaillés qu’il en a faits, avec les couleurs.

 

L’engin ne fait absolument aucun bruit, il vole très lentement vers lui, à basse altitude, 15 à 20 mètres au-dessus du sol. Quand il sort du dessus des arbres, il se trouve à environ 200 mètres de Joe, mais il vient droit sur lui.

 

Le vaisseau descend encore un peu plus bas, au-dessus de cette zone non boisée. Joe est pétrifié d’effroi, car il seul dans ce lieu, sous une pluie battante, et maintenant l’engin est assez proche pour qu’il en voit distinctement les occupants, à travers les hublots ! Le genre de passagers qui ne sont pas d’ici, Joe nous montre aussi les dessins qu’il en a fait, moins précis que ceux du vaisseau, mais les occupants n’apparaissaient pas en entier.

 

Puis le vaisseau lui passe au-dessus de la tête, et pendant quelques secondes il est certain que sa dernière heure est venue. Le vaisseau le protège de la pluie, mais il s’enferme sous son parapluie en regardant vers le sol, terrorisé. Et à ce moment il voit cette lumière clignotante éclairer le sol où il se trouve.

 

Joe n’a pas été enlevé, le vaisseau a continué à la même vitesse, l’a dépassé et s’est éloigné, très lentement, et toujours sans bruit. Puis il a fini par être hors de vue.

 

Mais au terme de ces trois ou quatre minutes, les plus longues de sa vie, le monde de Joe WISNIEWSKI s’était écroulé. Il ne savait pas, personne ne lui avait dit que c’est vrai, ils sont ici.

 

Après cela il a dû faire face à son monde d’avant, à ceux qui ne savent pas parce qu’ils n’ont pas vu. Mais il en a parlé, encore et encore, au mépris des sarcasmes de certains, des imbéciles, des ignorants, des dormeurs.

 

D’autres témoins se sont enfermés dans le silence, durant des années, ne se confiant que très tard, au crépuscule de leur vie, alors qu’ils n’avaient plus à craindre  de l’opinion des autres, de leur famille, de leurs amis, de leur communauté.

 

Joe WISNIEWSKI parle, et il exprime par tout son être l’immense choc qu’il a subi, il y a si longtemps, mais qui résonne avec tant de force encore aujourd’hui.

 

Pour lui aussi la foi, les systèmes de valeur et les conventions sociales ont volé en éclat. Il a fallu se reconstruire, et personne ne peut vous aider à le faire, à cette époque les groupes de parole sur ce sujet n’existaient pas.

 

Nous l’avons remercié du fond du cœur. Chacun réagit à sa façon face à la révélation, mais j’allais prendre conscience qu’il y a une direction, un sens à tout cela.

 

Ce sont les témoins et les abductés eux-mêmes qui vont l’expliquer.

 

DAVE c’est mon pote. Dès que nous nous sommes rencontrés nous avons sympathisé (j’ai changé son prénom). C’est un indien hopi à 100%, jeune retraité qui s’aide d’une canne pour marcher et qui aime la bière, la nature et l’espèce humaine. Il vit dans une de ces vastes réserves allouées aux native people, où il n’y a parfois presque personne sur des centaines de kilomètres carrés.

 

C’est là qu’il a eu sa révélation, au cours d’une banale promenade, loin de tout et de tous. Il a vu ce vaisseau qui s’élevait lentement dans les airs, sans faire aucun bruit, en se balançant légèrement, DAVE mine très bien le mouvement avec ses mains.

 

Pas un genre de vaisseau de la NASA ni un avion expérimental, cela DAVE l’a compris immédiatement. L’OVNI était en forme de soucoupe.

 

Puis il s’est stabilisé et…zap, a filé comme l’éclair, en laissant une sorte de trainée d’images qui l’a finalement rattrapé, comme dans un dessin animé. Une prodigieuse accélération, quelque chose d’impossible. En un instant il a disparu dans le ciel, sans faire aucun bruit, si DAVE avait regardé dans une autre direction il n’en aurait rien connu.

 

DAVE n’a pas eu peur, ni pendant ni après. Il n’a pas subi de traumatisme.

 

Ses traditions et la sagesse de son cœur l’avaient préparé à cela, mais il fut grandement surpris tout de même !

 

Il n’avait rien demandé mais maintenant il sait. Nous ne sommes pas seuls sur cette planète, il y a d’autres êtres intelligents et sacrément plus avancés que nous !

 

L’Arizona est une zone où il y a beaucoup d’observations d’OVNIS.

Depuis sa révélation, DAVE assiste à ces congrès ufologiques. Il connaît tout le monde, me désigne celui-ci ou celle-là en m’expliquant leur cas.

 

Nous parlons de cela et d’autres choses. Les HOPIS ont toujours constitué une peuplade pacifique, ce sont des agriculteurs qui vivent en grandes communautés, pas des nomades comme les CHEYENNES et les SIOUX.

 

Ce sont des gens paisibles, qui ne veulent pas faire partie du monde actuel, celui qui passe à la télévision de ce pays. Ils ne veulent pas de publicité, pas de tourisme, pas de gens qui viennent les voir pour les étudier ou s’extasier sur quoi que ce soit les concernant.

 

Comme d’autres tribus indiennes, les HOPIS pensent qu’ils viennent d’un autre monde. Lorsqu’ils ont voulu s’installer ici, ils ont demandé la permission aux êtres qui s’y trouvaient déjà, leur assurant qu’ils ne se rendraient coupables d’aucun abus envers la nature et les créatures qui y vivent.

 

Ils ont obtenu l’autorisation, et ils ont tenu leur parole, depuis des centaines d’années.

 

Avec DAVE je peux me lâcher un peu, où donc le ferais-je si ce n’est ici ? Il me parle de certaines de ses coutumes, et j’évoque les miennes, en tant qu’indien ARAWAK il y a quelques centaines d’années, beaucoup plus au sud. Nous nous comprenons, nous nous trouvons des choses en commun. Et ces histoires de vies passées dans un autre corps ne lui paraissent pas fantaisistes, car la révélation lui a ouvert l’esprit, tout grand. Avec lui les cloisons du temps et de l’espace disparaissent, je me retrouve avec moi-même, en ce lieu et dans cette relation privilégiée.

 

DAVE veut se faire incinérer après sa mort. Je lui parle de l’endroit où il sera, et ce qu’il fera, après. Il écoute, il me regarde d’un air grave, les détails l’intéressent. C’est pour des gens comme lui que j’ai écrit ce livre, ceux qui savent déjà.

DAVE ne se définit pas comme un psychic, mais comme un être humain. Lui aussi me dit qu’il se passe quelque chose, un changement est sur le point de se produire, il y a une sorte d’accélération. J’entendrai cet avis encore et encore durant ce congrès, pourquoi tous ces gens ressentent ils la même chose ?

 

 

SARAH est une artiste qui vit à HAWAI.

 

Elle a fait un long voyage pour venir au congrès. Son père était militaire, et elle a été régulièrement enlevée depuis l’âge de 4 ans. Elle a participé à des groupes de parole avec Yvonne SMITH, en Californie.

 

Sarah est assez réservée, discrète, elle maîtrise ses émotions. Depuis son enfance, elle s’est trouvée en contact avec six espèces différentes de personnes extra-terrestres.

 

Elle est un exemple d’intégration positive de l’expérience.

 

Au fil de ses ’’invitations’’ à bord des vaisseaux, elle a parfois été prise en charge par  une personne qui lui a affirmé être sa vraie mère. Sarah la décrit comme une personne très blonde, avec des yeux bleus brillants, et dont parfois le corps aussi est luminescent. Le regard de Sarah est d’un bleu fort, comme je n’en avais jamais vu auparavant.

Leur monde d’origine est un lieu où le ciel est violet et 3 lunes y parcourent l’horizon. Probablement un monde vibratoire plus élevé que celui où nous nous trouvons actuellement, car il y a un océan de particules de lumières et toutes les couleurs sont plus vives.

 

En privé, Sarah évoque des facultés particulières, telles que le voyage hors du corps.

 

Les voyageurs se reconnaissent entre eux très vite, nous avons été quatre à être attirés les uns vers les autres, parce que nous sommes semblables. Il y aura aussi FRED, le français de VANCOUVER, et une jeune actrice de LOS ANGELES.

 

SARAH est une voyageuse, il ne me faut pas une minute pour le comprendre, il ne lui faut pas une minute pour le voir chez moi. Nous parlons la même langue, et de la même façon. Lorsque nous abordons des concepts avancés sur les mécanismes de la personnalité et de l’incarnation, détails qui ne se trouvent pas dans les livres, elle comprend exactement de quoi je parle alors que je commence tout juste.

 

Sarah synthétise les choses en quelques mots : on cherche à réveiller l’humanité terrestre.

 

Cette existence humaine dans ce monde qui lui a toujours paru si étranger, auquel elle n’appartient pas, lui semble très difficile. Elle se languit de réaliser ce pour quoi elle est venue, pour repartir à la maison, enfin.

 

Faire ce qu’on doit faire, et quitter cet endroit. Je suis d’accord.

 

Réveiller l’humanité.

 

 

ANNA, je l’ai vue dès les premiers instants, dans le premier groupe de la première journée. Un physique marqué par la souffrance, une maladie rare dont elle m’a parlé et qui marque profondément son corps. Sa coque énergétique est une vraie passoire, comme celle des utilisateurs de drogues dures, mais ANNA ne prend pas ces produits.

 

Une telle personne ne peut vivre que sous la peur du monde et des autres, mais le deuxième jour nous arrivons les premiers dans la salle, et nous nous asseyons l’un à côté de l’autre, ce qui n’est pas convenable dans la sociologie des primates. Nous parlons, j’évoque tout de suite sa vulnérabilité structurelle tellement visible, ANNA m’apprend qu’elle est médium, rien d’étonnant !

 

Elle voit les personnes décédés qui sont restées sur le plan physique. Pas un cadeau, ces gens-là ne sont pas spécialement joyeux, et trimbalent avec eux d’énormes balluchons de problèmes qu’il faudra bien démêler un jour.

 

Elle n’avait jamais vu le moindre OVNI ou extra-terrestre et n’y croyait pas spécialement. Mais être entourée de fantômes relevait de l’ordinaire pour ANNA.

 

Quelques semaines auparavant, une de ses amies l’a conviée à assister à une séance de médiumnité donnée par quelqu’un qui prétend canaliser des personnes extra-terrestres.

 

Cela l’a bien fait rigoler, jusqu’au moment où le médium commençant son boulot, la pièce s’est remplie de Visiteurs !

 

ANNA n’avait pas prévu ni imaginé cela, mais elle a vu de ses yeux arriver ces êtres d’une autre dimension qui avaient l’apparence de colonnes de lumière, et il y en avait dans la pièce plus que possible, serrés comme des sardines. Une foule dans une petite pièce. Stupéfaction ! Alors, c’est vrai, nous ne sommes pas seuls, il y a aussi… ces gens-là ?

 

Aujourd’hui elle est là, malgré ses faibles moyens financiers, elle est venue pour essayer d’en savoir plus, pour entendre les autres, pour essayer de comprendre. Et comme chacun d’entre nous, elle sera amplement servie.

 

ANNA a choisi une vie très difficile, elle travaille en milieu carcéral avec des psychopathes meurtriers, le genre de personnes qui peuvent passer à l’acte à n’importe quel moment et avec n’importe qui, et elle n’a à opposer qu’un corps bien frêle, car elle est très mince, 40 à 45 kg maximum.

 

D’ordinaire je ne prétends pas changer le monde ni soigner qui que ce soit, mais je voyais en elle un membre de ma famille, une petite sœur brisée dans un monde hostile, presque sans défense. Je l’ai enveloppée à plusieurs reprises de mon énergie vitale, pour la protéger quelques instants, afin qu’elle vive un  peu plus longtemps. J’ai essayé de lui expliquer comme colmater elle-même son bouclier vital, afin de réduire cette vulnérabilité. Elle en a déduit que j’étais une personne spirituellement avancée, alors que ce n’est pas le cas.

 

J’ai perdu des certitudes en Arizona, et je ne sais pas encore comment j’ai pris conscience de la solidarité entre tous les êtres sensibles du cosmos.

 

Il m’est soudain devenu évident que des êtres hautement évolués peuvent se pencher avec intérêt et amour sur l’espèce humaine terrestre, quand bien même nous sommes des primates agressifs et stupides, au degré zéro de l’évolution. Voilà ce qui m’a le plus étonné, ce que j’ai appris de plus important, sans pouvoir expliquer d’où cette conviction est venue.

 

ABDUCTES, SKIN MARKS ET IMPLANTS

 

Chaque heure passée avec Yvonne SMITH ouvre de nouvelles perspectives. Le troisième jour, une sorte d’évidence m’apparaît : tous les abductés se ressemblent.

 

Ils sont de tous les âges, jeunes adultes à personnes de 80 ans, des américains blancs, des hispaniques, des minces, des gros, des timides, des expansifs, beaucoup de femmes et quelques hommes, quand ils se lèvent pour parler on les voit d’abord très différents.

 

Mais quand ils commencent à parler de leurs enlèvements, en quelques secondes ils se transforment en personnes d’une même famille, leurs paroles, leurs gestes et leur visage expriment la même inconcevable réalité. L’émotion qui déferle de leur personne se répand en nous, et elle a le même goût à chaque fois. A l’évidence quelque chose de très fort a eu le pouvoir de les unifier.

 

Beaucoup portent des implants, souvent plusieurs et sur différentes parties du corps. Le Docteur LEAR a procédé à l’extraction chirurgicale de certains de ces implants, et les a fait analyser. Les implants sont de petits objets composés en partie de métaux rares, entourés d’une enveloppe de protéines bio compatibles car composées du propre ADN du porteur, il n’y a aucun phénomène de rejet. On ne peut expliquer leur présence dans le corps humain, certains éléments chimiques sont extrêmement rares dans la nature.

 

Plusieurs personnes nous expliquent comment leur implant est tombé, de leur nez ou de leur oreille, souvent après une phase de saignements de quelques minutes à deux ou trois jours. A chaque fois et d’une manière inexplicable, ils s’en sont débarrassés immédiatement. Ils ont le sentiment que leur implant ne devait rester que de manière temporaire, pour remplir une fonction précise, il était conçu pour quitter le corps au moment opportun.

 

J’apprends qu’il y a des implants provisoires, et d’autres permanents. Ces implants sont très souvent visibles sur de simples images radiologiques. Une équipe du Docteur LEAR est présente au congrès, avec un appareillage spécial qui permet de localiser ces implants et de déterminer certaines de leurs caractéristiques, comme leur champ magnétique. Outre cela, ils procèdent à une batterie de tests divers pour analyser les éventuelles traces objectives d’abduction. Leur stand ne désemplira pas une seconde, les candidats au scanning s’inscrivant sur la longue liste d’attente. Les abductés voient ainsi les appareils montrer la présence réelle de corps étrangers, mon ami de VANCOUVER me montrera le résultat de ses analyses : deux dans le cou, un sur le crâne, et d’autres dans le reste du corps.

 

Une vieille dame aux cheveux blancs nous explique qu’on lui a changé son implant plusieurs fois au cours de sa vie, afin de l’adapter à son évolution personnelle. Elle ne voudrait pour rien au monde se le faire extraire, elle est convaincue que ce dispositif améliore la qualité de…sa conscience ! Elle nous montre l’emplacement de son implant. Elle est calme, elle a pu intégrer ces réalités au cours de sa longue vie, ne plus en avoir peur, et commencer à en saisir le sens.

 

Une jeune mère de famille confirme les bienfaits de certains de ces objets. Elle est sourde de naissance du côté droit, mais grâce à son implant situé sous cette oreille et dont elle nous montre l’emplacement, elle entend certaines fréquences ! Pas question pour elle de l’extraire, elle le garde bien volontiers. Elle parle aussi de la conscience humaine assistée par cette mystérieuse technologie, et qui l’aiderait à évoluer.

 

Je pensais que ces implants étaient des sortes de trackeurs, des balises GPS servant à localiser les abductés plus ou moins comme on le ferait avec des animaux domestiques ou des fauves dans la savane, ou exerçant un contrôle quelconque sur le corps ou l’esprit du porteur, mais ces nombreux témoignages finissent par mettre à bas cette première idée. Il y a beaucoup plus que cela. Yvonne qui en connaît un rayon sur le sujet glisse quelques mots pour souligner qu’en général, il ne faut pas retirer les implants. Il y a eu des cas où l’extraction chirurgicale a été suivie de graves problèmes de santé physique ou mentale du patient, sans rapport avec l’opération en elle-même, le plus souvent bénigne ; comme si l’objet corrigeait mystérieusement des anomalies de fonctionnement du corps humain…

 

Ces dispositifs dont nous savons encore peu de choses semblent avoir une utilité tant pour les concepteurs que pour les porteurs.

 

Les enlèvements laissent des traces sur la peau. Des scoops marks, sortes de dépressions comme si l’on avait prélevé une couche de chair, ou bien une coloration localisée de la peau.

 

Ces signes sont souvent visibles sur les personnes qui témoignent.  Il y a une prédominance de triangles, trois points rouges ou bien une surface entièrement rougeâtre sur la peau, à n’importe quel endroit sur le corps.

 

Le dernier jour plusieurs personnes nous montrent ces marques, aux jambes, au bras, sur le ventre pour ce qu’il est décent de montrer.

 

Une jeune mère de famille hispanique prend tout son courage pour nous raconter ce qui lui est arrivé la nuit même, pour la première fois selon son souvenir : visite en chambre, paralysie. Le matin elle se réveille affolée et se précipite dans la salle de bains : sa peau porte la marque en triangle.

 

Elle vit seule avec son jeune fils, au petit déjeuner elle lui raconte cette aventure. Le jeune garçon l’écoute gravement, sans l’interrompre, puis il l’informe : ’’tu sais maman, ce qui t’est arrivé cette nuit, cela m’arrive tout le temps’’.

 

Au milieu de tous ces gens, le Présence des Gestionnaires devient palpable, cette masse de témoignages cohérents et concordants vous recouvre entièrement, les implants et les marques renforcent ce sentiment, vous ne pouvez plus ignorer cette réalité.

 

Nous croisons Travis WALTON plusieurs fois par jour. Il est là pour présenter son cas, avec deux de ses amis présents avec lui quand il a disparu sous un OVNI, frappé par une sorte d’onde électrique. Cela s’est passé en 1975, Travis est resté introuvable pendant quatre jours, au point que les policiers du coin ont cru qu’il avait été assassiné par ses amis. Des battues ont été menées dans le secteur où il avait disparu, avec des chiens, des volontaires, comme on le voit dans les films américains. Puis il est réapparu, dans un triste état et racontant une bien étrange histoire, celle d’un séjour à bord d’un premier vaisseau extra-terrestre, puis son transfert sur un autre.

 

18 ans après on en a fait un film : FIRE IN THE SKY. (feu dans le ciel), qui colle assez fidèlement au récit de Travis, mis à part son séjour dans les OVNIS, où le réalisateur à tenu à concocter de vrais scènes d’épouvante, sans aucun rapport avec les souvenirs de l’intéressé. Dommage, car c’est la partie la plus significative…

 

Ses deux amis de l’époque, témoins directs de la présence de l’OVNI, sont avec nous et racontent toujours la même et simple histoire: Travis a été enlevé à bord d’un vaisseau extra-terrestre, et ses ravisseurs ne l’ont relâché que quatre jours après.

 

Ils expliquent comment eux-mêmes et les autres présents à ce moment-là sont passés par de longs interrogatoires policiers, durant la disparition de Travis, mais aussi après. L’un d’entre eux a compté précisément ses tests aux détecteurs de mensonges : 17 fois ! Ils nous glissent des détails sur la manière dont ’’on’’ a tenté de les soudoyer pour simplement déclarer que tout ceci n’était qu’une blague.

 

Ces trois personnes comme probablement leurs deux autres amis ne semblent avoir tiré le moindre bénéfice de cette affaire, à part une somme assez considérable d’ennuis. Mais ils ont tous et toujours maintenu la même version des faits, depuis plus de 35 ans.

 

Visiblement ce sont des gens simples, des ruraux dirions-nous en France. Ils ne sont pas particulièrement communicatifs, mais plutôt craintifs, n’aimant ni la foule ni la notoriété. Ils font un gros effort pour être ici et témoigner devant nous.

 

Si l’on ne se fiait qu’aux apparences, on rangerait Travis WALTON dans la catégorie des abductés traumatisés pour le restant de sa vie, mais nous n’avons échangé que quelques mots, rien qui permette de conclure. Il n’est pas d’un abord facile, ce qui est compréhensible après toutes ces longues années d’enquête, aussi bien de la part de policiers que de chercheurs privés.

 

.

 

Cette planète est un jardin où évolution est le mot clé. Les Jardiniers, les Gestionnaires de la Terre sont en charge de toute la flore et de toute la faune, le primate proto humain y compris, celui-là même qui a découvert un peu trop tôt les armes nucléaires.

 

Comme des botanistes, ils travaillent sur des générations successives de cette humanité pour la modifier, l’améliorer sans cesse. Pour cela il faut commencer par faire des bilans, des diagnostiques, c’est pourquoi il y a autant d’examens médicaux au début des enlèvements.

 

J’ai rencontré plusieurs personnes qui rapportent des grossesses mystérieuses, parfois initiées à l’intérieur d’un vaisseau spatial, et la disparition de l’embryon, soudainement, parfois après le 5ème mois. Des procès ont même été intentés contre des médecins, histoire de trouver des coupables, comme on aime le faire aux USA. Mais aucun tribunal n’a pu établir la faute d’un praticien, ni n’a pu montrer d’éléments probants sur la disparition du bébé. Autrement dit, mystère complet…

 

Ces enfants sont qualifiés d’hybrides par les chercheurs, suivant la forte probabilité que leur génome soit partiellement non terrestre.

 

Les pères et les mères de ces hybrides rapportent qu’ils ont vu leurs enfants, dans un vaisseau, et qu’on leur a demandé de leur manifester de l’affection.

 

Après une grossesse et la disparition du fœtus, une femme m’a raconté avoir des visites imprévues de son enfant hybride, sur terre, par exemple alors qu’elle est seule dans sa cuisine, chez elle. Elle n’a officiellement aucun enfant…

 

Ces histoires sont tellement nombreuses qu’elles compliquent parfois la vie des ménages d’une manière assez étonnante. Que penseriez-vous si votre conjoint, avec qui vous avez peut-être des enfants, rapportait avoir conçu d’autres enfants, dans un vaisseau spatial, avec une créature humaine ou pas et qu’il ne cesse de penser à lui ou elle parce c’est une déchirante histoire d’amour ?

 

Ces cas ne sont pas si rares comme le rapportent les personnes qui soignent les traumatismes des abductés. Il faut une bonne dose d’ouverture d’esprit et de tolérance pour que le conjoint non abducté parvienne à accepter la chose.

 

 

Pour dire les choses franchement je me demande si je ne suis pas personnellement impliqué dans une histoire comme cela, sauf que je n’y étais pas abducté mais je participais à une expérience étrange sur ces personnes, travaillant  très activement aux côtés de mes amis E.T.

 

C’était dans la nuit du 3 au 4 novembre 1980, j’ai noté les éléments sur un cahier, sans pouvoir comprendre quoi que ce soit à son sujet.

 

Environ 15 ans après, lors d’un voyage au Québec, j’ai découvert pour la première fois un livre qui parlait des abductions, et cela m’a fait un vrai choc ; je me suis souvenu immédiatement de cette chose incompréhensible de 1980.

 

En me rendant à ce congrès je n’ai pas pu m’empêcher de me dire que j’allais peut- être revoir cette jeune femme, celle qui était dans le vaisseau et qui s’est accrochée à mon cou en me criant dans les oreilles des choses tellement singulières.

 

..

 

Il y a un homme qui doit me ressembler beaucoup par ici, car plusieurs personnes que je ne connaissais pas affirment m’avoir vu très fréquemment… à la télévision. D’abord deux charmantes vieilles dames, puis d’autres et d’autres encore. Au début je pense  que ces gens blaguent tout simplement.

 

Ces personnes me demandent invariablement à quel moment je vais passer en conférence, et quand je leur explique n’être qu’un français qui vient pour la première fois ici, et uniquement en tant que spectateur, je suis interloqué quand ils me redemandent à nouveau quand je vais faire mon allocution, comme si j’avais parlé dans le vide. Des sortes de missing time petit format ? Une fois, passe encore, mais deux, puis trois fois, je me dis qu’il se passe quelque chose de bizarre dans certains esprits d’ici.

 

Au milieu de la semaine je suis bruyamment interpellé par un jeune homme et une jeune femme qui portent des badges de presse, alors que je sors prendre l’air. Ils courent derrière moi de peur que je ne m’échappe ! Tous deux sont certains de très bien me connaître et désirent une interview, bien !

 

J’en profite pour leur demander avec qui précisément ils me confondent. C’est à ce moment que les choses sont cocasses : ils sont tous deux convaincus de me reconnaître mais ils n’ont pas la moindre idée sur moi ou sur la personne que je suis supposé être.

 

Le lendemain je me rends au buffet du casino qui se trouve à 100 mètres de l’hôtel. La serveuse, que je n’ai jamais vu, me demande comment je vais et si je me souviens d’elle, car nous nous serions rencontrés dans je ne sais quel endroit ! Puis elle tourne les talons avant que j’ai la présence d’esprit d’explorer ce nouveau cas.

 

Je commence donc à me demander sérieusement s’il n’y a pas quelqu’un qui m’a enregistré dans la conscience collective de ces gens… sans me demander mon avis.

 

C’est à ce moment que je suis reconnu par Robert DEAN lui-même. Il me salue de loin et me fait signe de le rejoindre. Nous restons un long moment, la main dans la main. A bientôt 85 ans, il a fait un coma de plusieurs jours 4 mois auparavant, les médecins ont dit à sa famille que c’était fichu, il fallait préparer les obsèques. Mais il est revenu, encore deux ou trois trucs à faire, avant les grandes vacances.

 

Robert DEAN est un géant dans le monde de la révélation. Il y a des types qui font la queue pour lui parler, tout le temps. Comme celui-ci qui patiente une heure entière en attendant que Paula Harris et moi-même laissions la place, il vient directement de Chine et a manifestement des choses extrêmement importantes à dire à Bob DEAN et rien qu’à lui! 

 

Robert et moi faisons partie de la même famille spirituelle. Nous avons le même avis sur la situation, sur cette humanité et sur le sens de tout cela. Lui va bientôt partir, moi je vais rester encore un peu. Nous nous reverrons, mais peut-être pas ici.

.

 

Paula HARRIS me présente Clifford STONE. J’ai devant moi un homme d’un âge certain, droit comme un i, qui me fixe droit dans les yeux, ce qui est assez rare.

 

Clifford est l’un des témoins publics présentés par le Disclosure Project de Steven GREER lors du National Press Club du 9 mai 2001.

 

Il a passé bien des années dans l’armée américaine, au sein d’une unité NBC (nucléaire, bactériologique et chimique). Il m’explique tout de go qu’il était chargé du nettoyage des sites d’ovnis. Très étonné, je lui demande s’il y avait autant de crashs que cela ! Non, soyons rassurés, mais certains de ces ’’visiteurs’’ avaient parfois la légèreté de laisser sur place leurs ordures, des objets qui ne fonctionnaient plus, et des produits chimiques qui pouvaient éventuellement être dangereux…!

Clifford et son équipe faisaient disparaître tout cela, d’autant que comme vous savez, tous ces trucs ne sont pas censés exister.

 

Tout en l’écoutant, je comprends qu’il ne raconte que ce qu’il juge nécessaire à la diffusion de la vérité.

 

Comme certains d’entre nous, il a été repéré très jeune par les Gestionnaires de cette planète. Les militaires l’ont recruté pour cette aptitude particulière, celle qui lui permet de servir d’interface avec eux. D’après Clifford des personnes comme lui sont très peu nombreuses, seulement 7 à l’échelle des USA, du moins dans les années où il était en fonction.

 

Dans le cadre de son travail, il a rencontré plusieurs ’’visiteurs’’ extra-terrestres. Il ne cesse de répéter que ce sont des personnes comme nous, avec une famille, des amours et des peurs, des sentiments quand bien même ce sont des êtres extrêmement intelligents et très évolués sur le plan spirituel, au point qu’ils accepteraient de mourir pour qu’il ne nous soit fait aucun mal… A l’évidence nous sommes très loin du modèle ET des films américains.

Il y aurait 57 espèces répertoriées qui nous visitent régulièrement.

 

Il s’est fait un ami parmi eux, un gars né à environ 100 années-lumière d’ici, mais qui met moins de deux heures pour rentrer à la maison, ce qui donne une vitesse de croisière de 0,5 million de fois la vitesse de la lumière, ou 158 milliards de kilomètres par seconde. Rapide, non ? Ces civilisations là en savent un peu plus que nous.

 

Clifford STONE est une très bonne personne. C’est sur ce sentiment de morale universelle qu’il a aidé l’un de ces visiteurs à s’échapper, alors qu’il était prisonnier des militaires américains. Ce type d’accueil de nos ’’invités’’ est souvent évoqué par des témoins du même profil que Clifford.

 

Où est le danger ? La réponse vient très simplement, et c’est toujours la même. La vraie menace, c’est nous, peuple primitif, agressif, fanatique et irresponsable, nous, l’ensemble de l’humanité terrestre.

 

Pour des raisons mystérieuses selon notre esprit actuel, ces personnes hautement évoluées et extrêmement puissantes ne nous ont pas éradiqués, pour le moment. On ne peut que supposer qu’ils forment de l’espoir en nous, et qu’ils nous aiment d’une façon ou d’une autre.

 

Très surprenant pour moi, mais je le répète, j’ai commencé à comprendre qu’il existe une espèce de solidarité entre tous les êtres sensibles de l’univers. Quand bien même nous serions au plus bas dans l’échelle de l’évolution, nous bénéficions de cette protection et de leur attention.

 

Evolution, voilà ce qui se passe sur cette planète, une évolution assistée, depuis le commencement.

 

Allumer une chandelle

 

Pendant longtemps je n’avais fait que recevoir des pièces de puzzle, dans le désordre. Remémorations de vies passées, présence extra-terrestre, autres dimensions, quel est le tableau global ?

 

Avant de la rencontrer Sarah j’avais déjà fait l’effort pour me souvenir de vies qui ne s’étaient pas déroulées sur cette planète. Cela a été un peu difficile au début, il fallait une fois de plus déverrouiller quelque chose dans le mental, et intégrer l’information dans les neurones du corps matériel. Puis les choses sont venues progressivement, et pour moi ce fut un véritable saut dans l’inconnu, une fois encore.

 

Sarah a raison. Elle m’a aidé à comprendre ce qui se passe, nous nous réveillons en tant que race, et de mon côté je suis en train de me réveiller aussi, de me souvenir. Nous ne sommes pas ce que nous croyons être. Et je suis d’accord avec elle sur un autre point essentiel: faire ce que nous avons à faire et partir d’ici.

 

Robert Dean a raison. Le destin de l’humanité terrestre est de rejoindre la grande famille cosmique des êtres intelligents. Cela prendra du temps, manifestement les primates de ce monde sont globalement très peu évolués. Mais ceux qui le peuvent doivent apporter leur contribution, aussi minime soit-elle. C’est le plan.

 

Mieux vaut allumer une chandelle que maudire l’obscurité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour poster un commentaire.
J! Reactions Commenting Software
General Site License
Copyright © 2006 S. A. DeCaro
Dernière mise à jour : ( 03-01-2014 )
 
< Précédent   Suivant >
 

Translation

Différents intervenants et illustrations que vous rencontrerez dans ce site.
Dossiers
0.001%
Projet Cristal Knignt
Lune
Medvedev
Ovni à Saintes
Ovni baltique
Tablettes mayas
Deimos
Evolution
apollo20
Le chevalier noir
Conférence Ovni Washington
Crop circles
Moteur Vasimir
Initiative CE-5
Univers jumaux
La Z machine de Sandia
Barcelone
Brieffing Reagan
Revelations
Balises
Mack Celland
Edgar Mitchell
Zone 51
Bds JPP Téléchargeables
Comment volent les soucoupes ?
L'air force capture une soucoupe !
Les révélations de CORSO
La z-machine
La Z-machine Française
Enquete sur les ovnis (JPP) téléchargeable
Clifford Stone
Conspiration d'Orion
lettre ouverte au président
Combien de planetes?
Paul Hellyer
- - - - - - -
Stats.
tesla 1
tesla 2
tesla 3
videos
Ufosciences
mhd et univers gémellaires
Soucoupe Ontario
Soucoupe en chine
Vidéo Russe déclassifiée
Conference Jean Pierre PETIT
Conférence JPP 2002
Témoignages de pilotes
Temoignages ovnis2
Temoignages ovnis3
Confidences CORSO partie 1
Confidences CORSO partie 2
Debris ROSWELL
Debris Roswell (2)
Autopsie Alien ?
Area51
- - FAKES avérés- - -
SOUCOUPES en patrouille ( Haïti)

 

© 2017 banlin