Bnlin.fr

frnlendeitptrues

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99 | 100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124 | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182

Visiteurs depuis Avril 2005

All 1361707

Currently are 6 guests and no members online

Kubik-Rubik Joomla! Extensions

Sensei de Shambala - Livre IV

"C'est arrivé il y a longtemps!" Dit le gars d'un ton qui ne permettait aucune objection. Il l'a évidemment dit pour que Kostya cesse de philosopher et ne l'empêche pas d'écouter.

En réponse, Sensei dit: «Pourquoi il y a longtemps? C'était presque récemment. Cinq mille ans ne sont absolument pas une longue période en termes d’Univers. "

«Est-ce que cela signifie que Phaéton a vraiment existé?» Demanda Nikolai Andreevich avec méfiance.

phaeton et satellites"Oui. C'était la cinquième planète de notre système solaire . Son orbite était située entre Mars et Jupiter . Phaeton était une assez grande planète: sa masse dépassait celle de la Terre presque dix-sept (17) fois . C'était une belle planète avec une atmosphère similaire à celle de la Terre. Il y avait de beaux océans et de belles terres dessus. Un an de phaéton a duré deux cent soixante ( 260 ) jours phaétoniens… » ( Sensei de Shambala - Livre IV )

(Notons ce numéro car nous y reviendrons plus tard.)

“… Si nous le convertissons en temps terrestre, une année sur Phaeton équivaut à mille huit cent quatre vingt dix huit jours terrestres (1898) .”

«Cela signifie donc qu’un an sur Phaeton équivaut approximativement à nos cinq ans», a précisé Nikolai Andreevich.

“5.2 pour être plus précis. Une journée à Phaéton a duré 175,2 heures. Sur cette planète, un jour a été divisé en vingt parties égales ( 20 : notons également ce nombre, puisque nous y reviendrons également ) , c’est-à-dire vingt heures ; en termes terrestres, leur heure constituait 8,76 heures terrestres ou 525,6 minutes terrestres. En principe, Phaéton, en tant que planète, disposait d'une énorme réserve d'énergie et aurait pu exister plus longtemps… sans la bêtise humaine.

«Y avait-il des gens sur Phaeton?» Demanda Victor avec surprise. "Je veux dire, terriens?"

«Nous ne sommes pas la seule espèce à appartenir à des humanoïdes. Phaeton était également habitée par des humanoïdes et même avant la Terre . ”

"Qu'est-ce que cela signifie - des humanoïdes?" Demanda Slava. "Est-ce que cela signifie des créatures ressemblant à un être humain?"

"Oui. Plus simplement, il s'agit de créatures sensibles de forme humaine, créées à partir d'un mélange de nature spirituelle et de nature animale ou matérielle . Les humanoïdes peuvent différer les uns des autres par leur matière, c'est-à-dire leur corps, mais ils vivent tous selon les mêmes lois de synthèse du spirituel et du matériel . ”

«En plus du corps, ils ont aussi une âme», a précisé Stas.

"Certainement. En dépit d'une telle combinaison unique qui présuppose des possibilités considérables de développement et d'amélioration personnelle, les humanoïdes ne représentent la forme de vie la plus haute que dans leur domaine. Cependant, à l'échelle universelle, les humanoïdes sont l'une des formes les plus basses de la vie sensible . Alors que nous considérons les protozoaires univellulaires tels que les amibes, les lamblias parasites ou les radiolarias libres, les sébastes, etc. comme les créatures les plus basses, à l'échelle universelle pour ceux que nous appelons les humanoïdes de l'esprit suprême sont presque les mêmes que les amoebas, le début de l'évolution rationnelle . À cela, à la différence des autres formes de vie sentimentales les plus basses, nous avons un grand potentiel de croissance spirituelle . "

"Y a-t-il des formes de vie plus élevées?" Se demanda Andrew, essayant évidemment d'obtenir plus d'informations sur le sujet de Sensei.

«Bien sûr, il existe des formes de vie supérieures, mais elles n'ont rien à voir avec le sujet que nous abordons aujourd'hui. Posons-le comme suit: il y a une grande diversité de vie dans l'univers. Quant à la forme de vie humanoïde, elle est assez jeune . En termes terrestres, il n’existe dans l’Univers que depuis environ quatre cent millions (400 000 000) d’années . Ce n'est pas tellement en termes cosmiques.

De manière générale, dans notre galaxie, la forme de vie humanoïde est apparue il y a soixante-quatre millions cent quatorze mille six cent quatre vingt quatorze ans ( 64,114,694 ). À ce jour, il existe plus de cent quarante milliards ( 140 000 000 000 ) de galaxies actives et moins de cent milliards ( 100 000 000 000 ) de planètes habitées par des humanoïdes. Dans notre système solaire, la vie humanoïde est apparue il y a un million deux cent cinquante deux mille sept cent cinquante-huit (1 252 758 si nous calculons à partir de l'année 1991)… » ( Sensei de Shambala - Livre IV )

солнечная система

Extrait du rapport PRIMORDIAL ALLATRA PHYSICS (page 79):

Il existe de nombreux artefacts attestant que, dans les temps anciens de notre civilisation actuelle, il y avait des civilisations humaines plus avancées sur le plan technologique, et chaque année ce recueil de faits «défavorables» pour le système est complété par de nouvelles découvertes et découvertes provenant de différents coins de la planète. le monde. Par exemple, nous avons aujourd'hui des preuves tangibles irréfutables qu'il y a 140 millions d' années, il existait une civilisation très avancée qui dépassait maintes fois la civilisation actuelle en matière de développement technologique. Mais de tels faits vont-ils changer le sort du système actuel de société de consommation? Non, car tout finira par susciter la curiosité des consommateurs des «classes inférieures» et le désir des classes «supérieures» de créer un nouveau type d’instruments de pouvoir pour intimider et manipuler les classes «inférieures». À cela, il convient de noter que les gens ne seront pas libérés de leurs propres souffrances créées et multipliées par le système. Cependant, tout changera si les gens commencent à se réveiller spirituellement et à se changer eux-mêmes et à changer le monde autour du développement spirituel et moral de la société à travers leurs actions quotidiennes. Nous avons toutes les connaissances et les opportunités pour cela!

Suite de Sensei de Shambala - Livre IV :

"... Et la première planète de notre système solaire peuplée d'humanoïdes était Phaeton, alors que la Terre était peuplée beaucoup plus tard."

"Vous êtes cent milliards de planètes habitées par des gens!" Dit Victor avec admiration. «Et nous continuons à penser que notre univers est inhabité. Nous nous demandons toujours s'il y a de la vie dans l'univers ou si nous sommes les seuls «enfants prodiges». Après tant d'années de solitude suggérée, il est un peu difficile de croire que nous ne soyons pas les seuls. "

***

«Notre civilisation actuelle existe depuis environ douze mille (12 000) ans. À cela, aujourd'hui, il ne sait presque rien des premiers millénaires de son existence. Des connaissances précieuses ont été perdues à cause de la cupidité et de la stupidité humaines, de la mégalomanie et, par conséquent, de guerres permanentes pour que l'idée principale de la nature animale soit l'unique souverain du monde entier. Pensez-vous que cette humanité existera du tout dans vingt-cinq mille ans (* Il est à noter que le cycle de précession est de 25 920 ans. Plus d'informations sont disponibles sur https://rgdn.info/fr/angkor_i_giza._drakon_i_orion._apokalipsis_segodnya ) (traduction: https://translate.google.fr/translate?hl=fr&tab=mT&sl=ru&tl=fr&u=https%3A%2F%2Frgdn.info%2Ffr%2Fangkor_i_giza._drakon_i_orion._apokalipsis_segodnya), si sa majorité est composée de personnes ayant des ambitions de nature animale?

ac0ee faeton 1 en 126De plus, les humanoïdes appartiennent à des types temporaires de civilisations qui disparaissent assez rapidement, car depuis le tout début, les êtres humains sont enclins à se détruire eux-mêmes à cause de la nature animale. À l'échelle d'une civilisation humanoïde, un tel stimulus de la nature animale se manifeste par une auto-annihilation et une liquidation mutuelle. Les restes misérables de personnes commencent une nouvelle civilisation et l'histoire se répète. Même si, grâce au progrès scientifique et technique, les gens sont en mesure de faire face aux civilisations extraterrestres, que tenterez-vous, à votre avis, de faire en premier lieu avec une telle domination de la nature animale dans la société? Certes, ils essaieront de vaincre, d'asservir (mais pas de coexister pacifiquement), de dominer afin de créer une nouvelle colonie d'esclaves. Étant donné que les gens sont incapables de s'entendre les uns avec les autres sur Terre et de continuer à détruire la planète, ils ne peuvent pas être considérés comme des invités de bienvenue sur d'autres planètes, car le principe prédominant de cette humanité, avec toutes ses réalisations actuelles dans la culture et la science, est: détruire et non créer, ou pour être plus précis, créer pour leur propre égoïsme.

Troisièmement, même maintenant, en regardant les étoiles, nous ne voyons qu’une image du passé qui s’est déroulée il ya des millions d’années. Pendant ce temps, même s'il y avait de la vie sur ces planètes et dans ces systèmes, cela a changé plusieurs fois. En ce qui concerne la plus haute évolution, seules quelques races d'humanoïdes y parviennent réellement . Pour des formes de vie plus sensibles, qui peuvent lire notre signal radio primitif sans aucune difficulté, interférer dans la vie des humanoïdes, mais aussi entrer en contact avec elles, revient à interférer dans la vie des amibes. Mais, contrairement aux humains, les amibes existent simplement, complétant la diversité de la nature, et elles ne possèdent certainement pas la mégalomanie, ni autant de choses stupides, ni nuisent à l'environnement comme le font les gens. "

"Dans un tel cas, quel sens a leur vie?", Dit Kostya lentement, d'un air pensif.

Sensei demanda avec humour: "Des amibes?"

Kostya se réveilla, sortit de ses pensées et dit à la hâte: «Non, les leurs… je veux dire les nôtres…»

Sensei et Nikolai Andreevich échangèrent un regard et tentèrent de cacher leur sourire face à la question du gars. Sensei répondit alors avec beaucoup de sérieux: « Tout sens de la vie humaine est d’abandonner la sphère de Lucifer, je veux dire d’abandonner le cercle de la réincarnation, de partir pour le paradis, d’arriver au Nirvana , d’appeler comme tu veux. Dans ce contexte, le sens de la communauté humaine en général consiste à créer une société de ce type qui, au lieu de désirs de destruction et d’annihilation, essaie d’atteindre une pureté spirituelle telle que le spirituel l’emporte, de sorte que la société tout entière se détache de la sphère. de Lucifer . Cela se produit sûrement très rarement dans l'histoire des civilisations humaines. Pourquoi? Parce qu'en règle générale, chaque être humain dans la société est à son propre stade d'évolution. C'est comme dans l'espace. L'univers entier est divisé en certaines cellules ou sphères, chacune ayant sa propre évolution individuelle… »

звездная галактика

D' Ezoosmos par A. Novykh:

C'est le monde de la matière et ses lois s'appliquent à la fois au microcosme et au macrocosme. La matière est caractérisée par une certaine organisation raisonnable, par certaines lois de survie et par une durée d’existence limitée. La matière commence et finit. Il n’est donc pas étonnant que les étoiles et les humains soient si semblables .

Du programme Un dialogue franc sur les plus importants :

02:04:35 «Si nous approfondissons et développons tout cela, enfin, au moins, je ne sais pas, quelques milliards de fois, d'accord? Nous allons tout agrandir. Ensuite, nous verrons… Eh bien, quelques milliards de fois, nous ne verrons pas de particules. Nous verrons des molécules, non? Nous verrons de grandes distances, les molécules se faisant face. C'est, nous verrons l'espace. L'homme ressemblera à l'espace, à la manière des fractales, n'est-ce pas? Si nous allons plus loin, que verrons-nous? Nous verrons que dans chaque molécule, comme dans une galaxie, les mêmes choses se passent . "

Suite de Sensei de Shambala - Livre IV :

“… L'univers entier est divisé en certaines cellules ou sphères, chacune ayant sa propre évolution individuelle. Chaque race humanoïde se développe dans sa cellule à son niveau, c’est-à-dire qu’elle se positionne sur sa vague. "

«Je me demande s'il y a des civilisations humaines qui ont réussi à sortir de la sphère de Lucifer», a demandé Victor avec des doutes.

«Il y en a eu très peu. Si nous exprimons ce chiffre en pourcentage équivalent, il ne sera même pas un pour cent, mais un centième. Il est difficile pour toute une civilisation de se manifester, bien que cela soit tout à fait réaliste . En règle générale, tout le monde trébuche sur les mêmes «collines d'Ariman», en particulier aux premiers stades de son évolution. Tout semble si stupide que c'est ridicule. Prenons, par exemple, notre civilisation. Dès que les gens ont commencé à traiter avec la science et à comprendre quelque chose, cette connaissance est usurpée par les Archontes - un petit groupe de personnes qui impose à la société le mode de vie selon les canons de la nature animale. En conséquence, le développement spirituel pur et normal ne peut avoir lieu que dans le secret de la société dans son ensemble. Au sens figuré, il faut établir des temples à l'intérieur des temples. Même si un certain cercle de personnes aux pensées pures et aux aspirations spirituelles unissent leurs efforts, elles doivent se cacher des autres, sinon le système d'Ariman le ruinerait en stimulant dans la société l'envie humaine élémentaire, la stupidité et la haine envers ceux-ci. des gens qui ne sont pas comme tout le monde. C’est toute la complexité et le paradoxe.

«C’est vraiment un paradoxe», a déclaré Nikolai Andreevich.

La conversation prit une courte pause.

«Ainsi, Phaeton a été la première planète habitée du système solaire», a rappelé Stas, souhaitant évidemment en entendre parler plus en détail.

"Oui. La dernière civilisation de Phaéton a existé pendant onze mille cinq cent ( 11 500 ) années, selon l’époque phaétonienne, ou cinquante-neuf mille huit cents ( 59 800 ) selon l’époque terrestre, avant que la planète ne soit détruite. C’était une civilisation assez avancée qui était très en avance sur nous par son niveau de développement. Les habitants de Phaeton ont visité la Terre de nombreuses fois, ont eu des contacts avec des terriens et leur ont partagé leurs connaissances , y compris la connaissance sur ALLAT , qui est d'une importance fondamentale pour la compréhension de la formation et de la structure de l'univers. De plus, les terriens ont assisté à l'annihilation de Phaéton. Ce jour-là, sept milliards de phaétéens ont péri sur Phaeton . Il n'y a pas eu d'explosion en tant que telle. La sphère s'est tout simplement effondrée.

"Que voulez-vous dire par" tombé en morceaux? "Nikolai Andreevich regarda Sensei avec méfiance.

"La question de Phaéton s'est effondrée sans émission d'énergie ."

«Je ne comprends pas», dit Nikolai Andreevich avec intérêt. "Sans émission d'énergie?"

«Ce phénomène n’a pas encore été étudié par la physique moderne ni par les astronomes, même si, parfois, lorsqu’il explore l’espace, il est confronté à de tels phénomènes, jusqu’à présent inexplicables, lorsque la matière visible se transforme en matière noire sans émission d’énergie . Tout cela est assez naturel cependant. En fait, que sait-on de la physique aujourd'hui? Sensei prit une poignée de sable et nous le montra dans la paume ouverte. «Voici ce que les gens savent sur la physique! Et ceci ", a-t-il souligné, la côte sablonneuse se retirant sous la ligne de mer," est ce que les gens ne savent toujours pas à ce sujet. De plus, ce qui est caché sous l'eau est bien plus grand que ce qu'ils ne savent pas aujourd'hui, et c'est au-delà de la compréhension du monde matériel, au-delà de ce qu'un être humain peut saisir avec son esprit limité par la matière. "

Sensei se tut et versa automatiquement du sable d'une main à l'autre, tandis que Nikolai Andreevich résumait à nouveau ses mots: «Ainsi, sur Phaeton, la matière visible est devenue une matière invisible noire sans explosion."

"Droite. En réalité, 92% de la masse totale de Phaeton est transformée en matière noire sans émission d’énergie , c’est-à-dire qu’il s’est produit une sorte de conversion d’une énergie en une autre , processus de neutralisation particulier. À cela, 8% de la masse s'est tout simplement détachée et constitue maintenant la prétendue ceinture d'astéroïdes située entre Mars et Jupiter . Cependant, ce ne sont pas réellement des astéroïdes, c’est-à-dire des «petites planètes» séparées, car ils possèdent tous une énorme énergie résiduelle et des caractéristiques similaires qui indiquent une similitude de leur origine, etc. Leur masse énergétique est supérieure à la masse physique, c’est pourquoi ces restes ne dispersés ni ont été attirés par le puissant Jupiter. Ils se déplacent le long de la même orbite que Phaéton se déplaçait avec son puissant champ de gravité… Puisqu'il y avait une rupture insignifiante de la masse de la planète, une explosion de photons a eu lieu et a généré un flash lumineux ( plus d'informations sur les photons peuvent être trouvées dans le rapport PRIMORDIAL ALLATRA PHYSICS, page 82 ) . Ces événements sont restés dans la mémoire des gens et ont également été enregistrés dans les légendes sur Phaeton. "

"Oh, y a-t-il même des légendes à propos de Phaeton?" Kostya fut surpris.

«Les Grecs de l'Antiquité possédaient un mythe hérité de leurs ancêtres sur le fils du dieu soleil Hélios, nommé Phaéton. Selon le mythe, Phaéton n'était pas immortel contrairement à son père puisqu'il est né du mortel Oceanid Clymene, fille de la déesse de la mer Tethys. Comme le dit la légende, Phaéton demanda une fois à son père de le laisser conduire au moins une fois le char en or qu’Hélios utilisait pour ses trajets quotidiens le long de la route céleste et Helios donna suite à la demande de son fils ( ce dernier se vit confier la formule Initial Sound ) . Cependant, Phaéton s'est égaré au milieu de constellations célestes; les chevaux enflammés ont senti la main faible du conducteur et se sont éloignés de la route. Le char de feu s'approcha dangereusement de la Terre et sa flamme recouvrit la Terre. Les forêts brûlaient, les roches craquelées par la chaleur, l'eau bouillait dans les mers et les rivières. Les animaux, les oiseaux et les poissons sont morts. Les gens et les villes entières ont péri. Par conséquent, la déesse de la Terre, Gaia, demanda la protection de Zeus le Tonnerre, le souverain des dieux, et Zeus frappa le char d'Hélios à l'aide d'un éclair pour sauver la Terre de la destruction. Avec ses boucles enflammées, Phaeton fila dans le ciel et tomba sur le bord de l'univers peuplé dans les eaux de la lointaine rivière nord Eridanus. C'est l'histoire. "

«Bien», dit Volodia. «Combien de fois la masse de Phaéton a-t-elle dépassé la masse de la Terre? Dix-sept fois ?! Ensuite, bien sûr, si Phaéton explosait, ce serait une explosion si puissante que les planètes voisines, Mars et Jupiter, auraient été sérieusement touchées, de même que la Terre. »

"Exactement," acquiesça Sensei. “Pourtant, cela s'est passé sans émission d'énergie puissante. Phaeton a tout simplement disparu… C'est donc parce que la formule adaptée du son initial s'est mise entre de mauvaises mains, ou plus précisément dans une mauvaise tête. Ayant acquis le pouvoir sur les pouvoirs qu'ils voulaient expérimenter. Ils ont mal fini pour plaire à leur mégalomanie . »Sensei soupira lourdement, garda le silence pendant un moment, puis dit:« Malgré le développement intense dû au fait que les Phaétoniens étaient considérablement devant nous, l'une des plus belles planètes de notre Galaxie , qui était habitée par une civilisation aussi avancée, n’existe plus. "

«Je n'ai pas compris. Comment se fait-il que l'affaire se soit effondrée, qu'est-ce qui s'est passé là-bas? »Ruslan ne parvint pas à comprendre le sens de la conversation.

Sensei répéta: «Stupidité humaine…» Il jeta une poignée de sable sous le pied et le fit même avec le reste de sable. «Pourquoi pensez-vous que les Archontes, depuis des siècles, chassent ce que l'on appelle aujourd'hui le Graal? Parce que s'ils obtenaient ce pouvoir sur les pouvoirs, ils n'auraient besoin d'aucune super arme pour effrayer la population. Avec une telle prédominance de la nature animale dans l'esprit de gens comme les Archontes, même ouvrir l'accès au monde authentique de Dieu par l'intermédiaire du Son initial ne les empêchera pas de réaliser des désirs matériels mesquins et le rêve d'un pouvoir absolu sur les autres. "

Une courte pause s'ensuit dans la conversation.

"Eh bien", Nikolai Andreevich a traîné, "Je ne voudrais pas que cette histoire se répète sur Terre."

"Tout dépend des gens", a souligné Sensei. "Ils peuvent soit détruire la planète et mourir eux-mêmes, soit restaurer son apparence primitive et établir l'âge d'or."

«Eh bien, moi, j'aimerais vraiment vivre à l'âge d'or. Mais comment peut-il être établi s'il y a du chaos, de la saleté et de l'injustice autour? Que puis-je faire seul? Demanda Andrew avec agitation.

«Tu peux faire beaucoup! Parfois, l'avenir de toute l'humanité dépend du choix personnel d'un humain . "

Du programme UNITY:

03:31:46 «Le Saint-Esprit est parmi les gens et il est dans chaque personne. Mais en abondance, et ici il est dit précisément "se déverse", c'est-à-dire, sera donné au-delà de cela. Cela parle du moment où les gens, étant encore dans leur corps, ne connaîtront le bonheur, le bonheur d'un monde sans limites, que lorsqu'ils seront capables de s'unir, lorsqu'ils deviendront tous loyaux à Dieu. Toutes les personnes! Et c'est possible, et c'est facile… C'est ce dont nous avons parlé et beaucoup en ont entendu parler. Et pour que tout le monde entende, cela dépend de chaque personne . Chaque personne qui comprend cette essence peut en parler à une autre personne et s’ils sont inspirés par cette idée, ils peuvent faire beaucoup. Tout a été donné. Ils obtiendront un soutien et seront renforcés s’ils le souhaitent. Et c'est possible.

Suite de Sensei de Shambala - Livre IV :

«Eh bien, si cet humain dirige un État dirigeant, je serais d'accord. Mais qu'est-ce qui peut dépendre de moi? Je ne suis qu'un homme ordinaire! "

«Toutes les personnes sont ordinaires et ne comprennent qu'un seul et même sujet. Pourtant, selon leur choix personnel, l’un d’eux peut se transformer en Hitler et l’autre en Bouddha. Par conséquent, si vous voulez vivre dans une société meilleure, commencez d'abord par vous-même, devenez un humain. Regardez à l'intérieur de vous-même, pensez à ce que vous vivez dans ce monde et qui vous êtes en réalité. Regardez le monde qui vous entoure avec un regard pur, sans le voile d'Ariman.

Gardez vos pensées pures.
Remplacez votre médisance mentale par des mots aimables.
Au lieu de l'envie, ressentez une joie sincère pour les succès des autres.
Au lieu de discussions vaines et viles, il vaut mieux aller faire quelque chose de bien à d'autres personnes - simplement, en silence et sans égoïsme.
Au lieu de souhaiter du mal à une autre personne et d'être à l'écart de sa mort, partagez un morceau de votre pain avec elle ou assoyez-vous simplement et discutez de ce que vous ressentez tous les deux - de la vie, de l'Amour, de Dieu.
Laissez les rayons de votre bien dans le monde, partagez une connaissance pure avec d'autres personnes, et beaucoup d'âmes seront réchauffées par une telle cordialité.

Ensuite, deux étincelles jailliront de votre étincelle pure et, s'il y en a deux, il y en aura une troisième. À cela, quand il y a beaucoup de telles étincelles, une vraie flamme va éclater. Ainsi, une personne peut faire beaucoup de choses utiles et utiles! Et il ne peut même pas imaginer à quel point son action sera grande et à quel point son travail sera précieux devant Dieu pour l'amour de son âme.

Essayez de comprendre qu’à côté de vous, d’autres personnes veulent vivre heureux, tout comme vous. Après tout, chaque être humain, peu importe sa gravité, a une âme, peut-être une âme refoulée, une âme déformée, mais il l’a, et l’âme aspire à la lumière, au bien, au bonheur et à la joie. . Si toutes les conventions et les absurdités imposées par la nature animale nous sont rejetées, si des caractéristiques spirituelles se développent et si la prédominance du spirituel est assurée dans notre société, aucune sphère de Lucifer ne sera en mesure de préserver la société d'une percée spirituelle et ainsi de la réalisation d'un plus haut niveau d'évolution. Je répète: tout est entre les mains des gens eux-mêmes! ”

«C'est difficile, mais c'est possible», a déclaré Nikolai Andreevich.

« Je vais vous en dire encore plus. Si tout le monde sur Terre priait au même moment au moins deux fois par jour pour tous les autres peuples… pas pour eux-mêmes, mais pour les autres… Que chacun prie son Dieu! Après tout, Dieu est un et toutes les âmes ont le même désir. Même si vous êtes athée, souhaitez simplement le bonheur et le bien à tout le monde à ce moment-là, mais en toute sincérité, de tout votre cœur. Ceux qui savent comment pratiquer la méditation, méditent à ce moment-là avec un sentiment sincère de joie, souhaitant à tous le bien et l'amour. Mais tout le monde devrait le faire en même temps, au moins un allat par jour », se corrigea immédiatement Sensei,« je veux dire douze minutes… Ensuite, je vous assure que pendant les trois prochains allats, soit 36 minutes, aucun être humain mourir sur Terre. "

"Voulez-vous dire que si nous synchronisons la montée spirituelle des gens, nous pouvons réellement influencer non seulement l'unification de la société sur la base spirituelle, mais aussi les événements mondiaux?", A déclaré Nikolai Andreevich avec admiration.

«Encore plus: si tout le monde sur Terre le pratique au moins deux fois par jour pendant 12 minutes, en émettant une impulsion si positive dans le monde qui l'entoure, le monde changera très vite pour le mieux. Même la nature deviendrait beaucoup plus favorable à l’humanité… Car de nos jours, un grand nombre de personnes émettent chaque jour de nombreuses émotions négatives: le mal, la haine, le désir de vengeance. Cependant, toutes ces choses ne sont pas simplement des émotions psychiques, mais d’abord et avant tout une énergie destructrice. Néanmoins, tout est entre les mains des gens, surtout maintenant, à l’heure de la croisée des chemins. »

"Qu'est-ce que cela signifie, les temps de carrefour?"

«Ce sont les temps du choix humain général. Ce sont les temps de changements dans la nature et le destin futur de cette civilisation. Trop dépendra de chaque personne, puisque chacun, consciemment ou non, apportera sa contribution à ce choix crucial. À l’ époque des carrefours, Rigden Djappo sera lui-même présent dans le monde . Ce sont les moments où le Graal sera redonné. Et, en fonction de la direction choisie par l’humanité - vers le bien ou le mal, c’est-à-dire en fonction de la route choisie au carrefour, elle se précipitera dans cette direction et il sera très difficile d’arrêter ou de changer ce processus. Ces temps vont arriver très bientôt, alors vous, les gars, serez les témoins soit du début d'un avenir radieux, soit de la fin lugubre. "

"Alors, pendant ces moments, Rigden Djappo sera lui-même présent dans le monde, n'est-ce pas?!" Demanda Victor à répéter.

"Il sera. De plus, le sort du Graal sera à nouveau jeté dans le monde. Je peux vous en dire encore plus: grâce à la présence de Rigden, chaque personne aura une occasion unique de rejoindre la vague spirituelle du Souverain Shambala et de se montrer en tant qu'être spirituel… »

Comme nous l'avons déjà mentionné, nous devrions revenir aux numéros 260 et 20 mentionnés au début de cet article. Le fait est que ces chiffres se trouvent également dans le calendrier maya. Il est intéressant de noter que l’espace interne des deux roues forme symboliquement le signe AllatRa .

в календаре Майя

в календаре Майя

календарь майя

( http://retrobazar.com/journal/interesting/891_istorija-kalendarja-majja.html ):

Le cycle de 260 jours n'a aucune signification pratique dans des conditions terrestres, et le calendrier de 13 jours et 20 mois sans signification n'a pratiquement aucun sens, marqué par des noms et des symboles qui n'ont rien à voir avec la réalité qui nous entoure. Tout ne "tombe en place" que si le calendrier a été donné à Maya par des "dieux" qui connaissaient une roue et pour qui le cycle de 260 jours avait un sens pratique, par des "dieux" qui étaient si bien éduqués qu'ils pouvaient non seulement calculer l'année terrestre, mais également adapter sa durée «incommode» au système de comptage de valeurs entières avec une précision préservée.

Et si les phaétoniens étaient exactement ceux qui partageaient leurs connaissances avec les terriens et leur fournissaient des informations sur le calendrier et les cycles cosmiques?

Il est également intéressant de noter que le nombre de 260 jours est très proche de la durée moyenne de la grossesse humaine:

Il est également intéressant de noter que le cycle de 260 jours est comparable à l'intervalle de temps (en secondes) typique d'une particule élémentaire telle que PROTON ( http://allatra-science.org/fr/publication/sposobnost-k-regeneracii ).

Le proton étant composé de 12 particules de Po fantômes, alors que l'intervalle de temps d'une particule de Po fantôme est de 21,72 secondes , l'intervalle de temps du proton est calculé comme suit:

(21,72 * 12 = 260,64): la différence par rapport à 260 représente 0,24% .

CONCLUSIONS:

Si la monade est renversée, l'humanité est totalement exterminée, même si la planète est annihilée.

L’annihilation de Phaéton a eu lieu à l’âge du cinquième soleil (10.08.3114 av. J.-C.) selon le calendrier maya.
La date du 10 août divise l'année terrestre approximativement selon le nombre d'or.
Phaeton était la cinquième planète de notre système solaire. Son orbite était située entre Mars et Jupiter. Phaeton était une assez grande planète: sa masse dépassait celle de la Terre presque dix-sept (17) fois. De nos jours, il y a la ceinture principale d'astéroïdes à sa place:
Un an sur Phaeton a duré deux cent soixante (260) jours phaétoniens.
Un jour sur Phaeton a été divisé en vingt parties égales.
Phaeton était habitée par des humanoïdes beaucoup plus tôt que la Terre.
Les créatures sensibles de forme humaine sont créées à partir d'un mélange de nature spirituelle et de nature animale ou matérielle. Les humanoïdes peuvent différer les uns des autres par leur matière, c'est-à-dire leur corps, mais ils vivent tous selon les mêmes lois de synthèse du spirituel et du matériel. Par conséquent, à part le corps, ils ont aussi l'âme.
À l'échelle universelle, les humanoïdes sont l'une des formes les plus basses de la vie sensible. À cela, à la différence des autres formes de vie sentimentales les plus basses, nous avons un grand potentiel de croissance spirituelle.
La forme de vie humanoïde est assez jeune. En termes terrestres, il n’existe dans l’Univers que depuis environ quatre cent millions (400 000 000) d’années. Ce n'est pas tellement en termes cosmiques.
Dans notre galaxie, la forme de vie humanoïde est apparue il y a soixante-quatorze mille six cent quatre vingt quatorze (64,114,694).
À ce jour, il existe plus de cent quarante milliards (140 000 000 000) de galaxies actives et moins de cent milliards (100 000 000 000) de planètes habitées par des humanoïdes.
Dans notre système solaire, la vie humanoïde est apparue il y a un million deux cent cinquante-deux mille sept cent cinquante-huit (1 252 758 si nous calculons à partir de l'année 1991).
Il existe des preuves tangibles et irréfutables qu'il y a 140 millions d'années, il existait une civilisation très avancée qui dépassait de nombreuses fois la civilisation actuelle en matière de développement technologique.
Notre civilisation actuelle existe depuis environ douze mille (12 000) années. À cela, aujourd'hui, il ne sait presque rien des premiers millénaires de son existence.
Les humanoïdes appartiennent à des types temporaires de civilisations qui disparaissent rapidement, car, depuis le tout début, les êtres humains sont enclins à se détruire eux-mêmes à cause de la nature animale.
À l'échelle d'une civilisation humanoïde, un tel stimulus de la nature animale se manifeste par une auto-annihilation et une liquidation mutuelle.
En regardant les étoiles, nous ne voyons qu'une image du passé qui s'est déroulée il y a des millions d'années. Pendant ce temps, même s'il y avait de la vie sur ces planètes et dans ces systèmes, cela a changé plusieurs fois.
Tout le sens de la vie humaine est d'abandonner la sphère de Lucifer… d'abandonner le cercle de la réincarnation, de partir pour le paradis, d'arriver au Nirvana…
Dans ce contexte, le sens de la communauté humaine en général consiste à créer une société de ce type qui, au lieu de désirs de destruction et d’annihilation, essaierait d’atteindre une pureté spirituelle telle que le spirituel y prévaudrait, de sorte que toute la société se détache de la sphère. de Lucifer.
En règle générale, chaque être humain dans la société est à son propre stade d'évolution. C'est comme dans l'espace.
L'univers entier est divisé en certaines cellules ou sphères, chacune ayant sa propre évolution individuelle. Chaque race humanoïde se développe dans sa cellule à son niveau, c’est-à-dire qu’elle se positionne sur sa vague.
Les habitants de Phaeton ont visité la Terre de nombreuses fois, ont eu des contacts avec des terriens et leur ont partagé des connaissances, y compris des connaissances sur ALLAT, qui sont d'une importance fondamentale pour la compréhension de la formation et de la structure de l'Univers.
Les terriens ont assisté à l'annihilation de Phaeton. Ce jour-là, sept milliards de phaétéens ont péri.
Si vous voulez vivre dans une société meilleure, commencez par vous-même et devenez un humain.
Après tout, chaque être humain, peu importe sa gravité, a une âme, peut-être une âme refoulée, une âme déformée, mais il l’a, et l’âme aspire à la lumière, au bien, au bonheur et à la joie.

Voir également ce lien: https://pressegalactique.com/2019/05/28/quand-la-terre-avait-deux-lunes/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source principale: topsecret.fr

L'un des principaux indices de l'existence d'une civilisation avancée sur le plan technologique et scientifique dans notre "préhistoire", c'est la mention dans des textes sacrés hindous de machines volantes, appelées VIMANAS, et de guerres, faisant penser à des moyens de destruction massifs. Dans un de ses livres, Andrew Tomas, l'auteur de "Nous ne Sommes pas les Premiers" a évoqué en 1971 le manuscrit indien intitulé Samarangana Soutradhara, lequel contient un paragraphe extraordinaire, écrit-il, "sur une époque lointaine où des hommes vin1sillonnaient les airs avec des vaisseaux aériens, et où des êtres célestes descendaient des cieux". L'auteur cite ce passage du 5ème volume du Mahabharata "Infini est l'espace que peuplent les parfaits et les dieux ; il n'y a pas de limites à leurs demeures merveilleuses." Dans un article paru dans "The Times of India" le 18 avril 1999, le journaliste indien Mukul Sharma a mentionné le Yantra Sarvasva, attribué au sage Maharshi Bhardwaj, dont une section (Vimaanika Prakarana) est consacrée à l'aéronautique. Trois sortes de vimana ou aéronef sont mentionnés :
1/ ceux qui vont d'un endroit à l'autre,
2/ ceux qui vont d'un pays à l'autre,
3/ ceux qui se déplacent entre les planètes.
Une place particulière est accordée aux avions militaires, lesquels devaient être imprenables, incassables, incombustibles et indestructibles. Ces engins devaient pouvoir s'immobiliser en un clin d'œil, être invisibles à l'ennemi, avoir la possibilité d'entendre les conversations à l'intérieur des avions adverses et être capable de voir ce qui se passait à l'intérieur de ceux-ci, etc. Le texte parle aussi de métaux très légers et à haut coefficient d'absorption thermique, de mécanismes permettant d'agrandir ou de réduire les images d'amplifier ou de diminuer les sons. Selon Mukul Sharma, cependant, les méthodes de fabrication décrites ne sont pas précises, elles sont "brumeuses" et "vagues". Il parle de "débauche d'imagination". En réalité, l'extrême précision des descriptions de ces engins et de leurs manœuvres, -et celle des guerres associées-, ne peut être attribuée à la seule imagination des auteurs. Quant au manque de précision de la fabrication des engins, il tient au fait que nous sommes ici en présence d'échos d'un lointain passé. De fait, les rédacteurs n'étaient probablement pas les concepteurs des appareils. Les historiens et archéologues orthodoxes ignorent volontairement ces textes, et les attribuent à des fantasmagories d'écrivains illuminés. Il n'empêche qu'il est difficile d'affirmer que ces récits soient purement imaginaires, car à l'époque tout ce qui
Précisons que les textes indiens parlent de quatre types de VIMANAS :

1/ Le Rukma vimana, de forme discoïde ou circulaire.

rukma


2/ Le Sundara vimana, conique comme une fusée.sundara



3/ Le Shakuna vimana, appareil ailé muni d'une tour centrale.Shakuna


4/ Le Tripura vimana, vaisseau tubulaire en forme de cigare.

tripura
Si le Mahabharata parle du vimana comme étant "un char aérien pourvu de flancs de fer et vêtu d'ailes", dans le Ramayana en revanche, le vimana est un aéronef circulaire ou cylindrique muni d'un double pont, de hublots et d'une coupole, qui vole à la "vitesse du vent" et produit un "son mélodieux". Les anciens Indiens ont rédigé des manuels sur la manière d'entretenir et contrôler les divers types de VIMANAS. Le Samara Soutradhara analyse toutes les facettes du voyage aérien en vimana, avec ses 230 strophes consacrées à la construction, au décollage, aux trajets de milliers de kilomètres, aux atterrissages normaux et forcés, aux collisions éventuelles avec des oiseaux. Selon Andrew Tomas, il existe deux catégories de textes sanskrits anciens. D'une part les documents factuels (Manousa), et d'autre part la littérature mythico-religieuse (Daivas). En 1875, on découvrit, dans un temple indien, un texte (Vimaanika Shastra) du 4è siècle, écrit par Maharshi Bhardwaj, ce texte ayant été tiré, selon son rédacteur, d'autres textes plus anciens. David Childress, l'auteur du livre "Les technologies des Dieux", affirme que ce texte est consacré au fonctionnement des anciens VIMANAS : pilotage, précautions à prendre en cas de long vol, protection des aéronefs contre les orages et la foudre, façon de changer de mode de propulsion, "en basculant sur l'énergie solaire ou sur une autre source "d'énergie libre", peut-être une sorte de "propulsion gravitationnelle".
Ainsi, d'après ce que nous en savons, les VIMANAS pouvaient décoller verticalement et étaient capables de vol stationnaire. Dans son ouvrage, Bhardwaj citait 70 sommités et 10 experts antiques en voyage aérien. Ces engins étaient entreposés dans un vimana griha, une sorte de hangar et ils étaient propulsés par un liquide d'un blanc jaunâtre. Ils ont manifestement servi en tant qu'avions militaires aux habitants de l'empire de Rama et de l'Atlantide.
Le Ramayana raconte l'histoire de l'Avatar ou Dieu incarné Rama. Miche Coquet, auteur de "O.V.N.I. à la Lumière de la Tradition" note que la chronologie hindoue, se basant sur le zodiaque, place le siège et la reddition de Lanka à Rama vers l'an 8.000 avant J.-C.
Selon lui, toute "l'histoire des Atlantéens et des premiers Aryens est racontée dans ce texte profond et allégorique". Mais il s'agit aussi, précise-t-il, d'un récit initiatique basé sur des faits authentiques de l'histoire de l'Inde. On y raconte sous une forme épique la lutte qui opposa Rama, "le prêtre-roi de la dynastie divine des premiers Aryens, à Ravana, le démon (Asura), une personnification de la race atliantéenne dégénérée dont le noyau se trouvait ancré à Lanka (Ceylan)". On y lit que Rama fit préparer son véhicule volant, "Pushpaka", lequel comportait deux étages avec de nombreuses chambres, de confortables sièges, ainsi que de vastes baies vitrées qui, installées sur les côtés de l'appareil, permettaient aux voyageurs d'admirer le splendide paysage indien.
Pendant le vol de retour Rama fit observer à Sita certains lieux où s'étaient déroulés des affrontements. Au moment de partir Vibhishana et Sugriva furent invités par Rama à monter avec tous leurs ministres, leurs officiers et leur suite, et en cours de route l'engin atterrit pour prendre d'autres passagers. L'engin parvint à l'ermitage du rishi Bharadvaja, la ville d'Ayodhya étant alors en liesse. Ajoutons encore que H. R Blavatsky, la fondatrice, au 19è siècle, de la Société Théosophique, a écrit, dans sa "Doctrine secrète", que c'est à la 4è "race atlante" que les premiers Aryens doivent d'avoir appris l'aéronautique (vimana-vidya), "l'art de voler dans les véhicules aériens", et par la suite, "les grands arts de la météorographie et de la météorologie". Précisons que Blavatsky est décédée en 1891.
On trouve, dans le Vimaanika Shastra de Bhardwaj, la description de ce que l'on appelle maintenant un moteur à spires de mercure. La construction d’un certain type de vimana fait notamment intervenir du mercure, du cuivre, des aimants, de l'electricite, des cristaux, des gyrocompas, et divers pivots. On notera que des cristaux (mani en sanskrit) étaient apparemment utilisés dans la fabrication des VIMANAS. La source principale du mercure est le cinabre, un minéral de formule chimique HgS qui se présente généralement sous la forme de cristaux hexagonaux de petite taille, souvent fortement déformés, de structure ordinairement rhomboédrique ou tabulaire", et dont le nom serait d'origine hindoue. Le mercure -dont le nom vient de Mercure, messager des dieux dans la mythologie romaine- est un liquide lourd, de couleur blanc argenté, et dont la formule chimique est Hg, contraction du grec Hydrargos, que l'on peut traduire par "eau d'argent ou gyrocompas liquide". Le mercure est conducteur, et la vapeur de mercure, en tant que source de chaleur, se prête a un usage énergétique.
Selon William Clendenon (Mercury : UFO Messenger of the Gods") un volant rempli de mercure pourrait "servir de moyen de stabilisation et de propulsion dans un aéronef/spationef de forme discoïde". Il évoque un "gyroscope nucléaire à mercure...
Ivan T Sanderson a relevé que le texte de Bhardwaj parle de moteurs à mercure. Il rappela qu'un disque de mercure tourne en sens inverse d'une flamme nue tournant au dessous de lui, et qu'il acquiert une vitesse qui augmente jusqu'à atteindre celle de la flamme. "Il s'agit, precise David Childress d'une des rares références à ce qu'on appelle maintenant les moteurs à spires de mercure. W Clendenon a effectué de nombreuses expériences sur la technologie des spires de mercure, son vimana consistant en une cellule circulaire comprenant un puissant électro-aimant traversé d'un courant pulsatoire" à haute frequence...
Si, en ce début de 21è siècle, les américains n'ont pas trouvé, en Irak, d'armes de destruction massive, il y en avait, en revanche, il y a de cela un certain nombre de millénaires, dans l'Inde antique.
mahabarataDans le Mahabharata, par exemple, on évoque la guerre du Kurukshetra, laquelle opposa les cinq frères Pandavas, soutenus par l'Avatar Krishna, aux Kauravas qui leur avaient volé leur royaume. Michel Coquet évoque l'utilisation, lors du conflit, des armes suivantes :
1/ des "armes magiques" ;
2/ des "armes soniques" ;
3/ des "armes vivantes".
4/ des "armes de feu".
Dans la "science magique", il y a "l'arme flamboyante" ou "l'agni-astra". On mentionne les "chars volants des dieux" et leurs armes. Vishvakarma mit au point une catégorie d'armes magiques appelées "mantramukta", armes fonctionnant au moyen de sons mantriques. Dans le Mahavira de Bhavabhonti, acte 5, l'Avatar Rama précise certains points relatifs aux armes dites "magiques", c'est-à-dire ne pouvant fonctionner que par le biais des facultés psychiques de l'Homme. Certaines armes produisaient "l'assoupissement" (djrimbhaka), l'endormissement (prasvapana), référence étant faite, dans ce même acte 5, à une arme "atomique" capable de réduire en cendres toute une armée. Arjuna "projetait vers l'ennemi des nuages, de la terre, de l'air et des montagnes, puis, usant d'une arme appelée Antardhana, il faisait tout disparaître", ce qui, écrit Coquet, pourrait impliquer un appareil envoyant vers l'ennemi des hologrammes au moyen d'un laser. Krishna, lui, utilisa une flèche "qui tuait en cherchant le son", probablement, note Coquet, une ancienne version de la fusée à tête chercheuse. À la fin de la guerre, Krishna utilisa son arme favorite, le disque (sudarshana) qui, dit-on, coupa en deux le vaisseau volant de son ennemi".
Karna possédait des "flèches magiques à gueule de serpent" (naga-astra), l'une d'elles étant porteuse "d'un puissant élémental qui possédait le pouvoir de diriger la flèche". Parmi les armes les plus connues, il y a l'arme de feu appelée agni-astra, mentionnée dans le Vishnu Purana, et utilisée par Drona, un grand héros du Mahabharata. Drona était un brahmane maître en science militaire (dhanurveda). L'arme de feu, assez similaire à l'arme atomique, fut donnée par le Rishi Bharadvaja (un instructeur) à Agnivesa, le fils dAgni, qui lui-même la donna à Drona.

Le SAMARANGANA SUTRADHARA : LE MANUEL DE LA SCIENCE DE LA GUERRE

Le Samarangana Sutradhara est un recueil d'anciens manuscrits décrivant en 230 pages une science de la guerre tout à fait exceptionnelle, ainsi que l'art de construire les VIMANAS. Le Samar raconte que des villes entières furent détruites par deux astronefs dénommés "Astra" et "Brahma". Les armes "Astra" ou "Soposamhara" étaient de véritables projectiles à jets. Mentionnons la description dans ce recueil :
- Des bombes sphériques "sikharastra", qui répandaient des jets enflammés analogues aux bombes au napalm et dont le lancement se faisait grâce à une sorte de catapulte montée sur une plate-forme.
Samarangana Sutradhara of B- L'arme Avidyastra qui agissait sur le système nerveux de l'ennemi par un pouvoir de suggestion.
- Le Prasvapana ou "flèche du sommeil", qui était un projectile à gaz toxique.
- Le "Samvarta", qui répandait des rideaux fumigènes.
- Le "Saura" ou "bombe du dieu Soleil", qui dégageait des flammes et un bruît de tonnerre.
- Le "Dard d'lndra", qui avait la forme d'une longue flèche aux empennages triangulaires, pouvait tuer 10.000 ennemis en une seule fois, et était lancé grâce à une gigantesque catapulte.
- "L'Agniratha" (char de feu), qui était un engin à réaction transporté par un astronef et capable de réduire en cendres 100.000 hommes avec la rapidite de la foudre.
- Le "Kapilaksha" ou "œil de Kapila (inventé par le sage Kapila), qui a transformé en un instant, dit-on, 60.000 sujets du roi Sagara en autant de petits tas de cendres.
- L'arme circulaire ou "œil rond" ayant la forme d'un objectif parabolique, "la seule susceptible de concentrer des ondes supersoniques. On parle de char blindé, qui comportait une grande plate-forme montée sur 8 paires de roues avec un gros tube massif devant ressembler à un canon primitif qui lançait un énorme obus explosif. C'était une espèce de gros char blindé ou plutôt un gros calibre sur affût automoteur avec des blindages latéraux pour protéger les servants.
On mentionne aussi une arme pouvant être lancée des VIMANAS ou du sol. 100, 500 et 1000 sont les nombres indiquant les guerriers que l'engin tuait selon la charge employée.

Voici une description extraite du Drona Parva : "Un énorme projectile flamboyant, brûlant d'un feu sans fumée, fut lancé. Une obscurité profonde enveloppa les troupes et les objets. Un dronavent terrible commença à souffler, d'épais nuages couleur de sang descendirent presque sur la terre, la nature semblait affolée et le soleil tournait sur lui-même. Les ennemis tombaient comme des arbustes détruits par les flammes, l'eau des fleuves devenait bouillonnante, et les êtres qui essayaient de s'y réfugier périssaient misérablement. Les forêts nétaient plus qu'un seul flamboiement, et des milliers d'éléphants et de chevaux atrocement brûlés remplissaient l'air de barrissements et de hennissements, tandis qu'ils couraient affolés parmi les flammes. Après toute cette terrible confusion, une brise forte et fraîche dissipa la fumée et éclaircit l'horizon. Nous contemplâmes un spectade terrifiant : sur le champ de bataille, brûlés par une arme épouvantable dont nous n'avions jamais entendu parler, des millers de tués étaient réduits presque en cendres. Ce projectile puissant et terrible était dénommé l'Arme d'Agneya. Il ressemblait à un long fuseau pointu et était introduit dans un gros tube de guidage, dont la portée pouvait être réglée." Le Drona Parva mentionne aussi la "Foudre de Fer", qui réduisit en cendres presque tous les membres de la race des Vrishnis et des Andhakas. Son efficacité était due à la très fine poudre contenue dans l'engin qui, à cause du vent, se répandit un jour pendant qu'on la jetait à la mer et provoqua de terribles brûlures aux hommes et aux animaux, lesquels périrent en l'espace de quelques heures. La zone devint dangereuse à cause d'invisibles radiations, et des mutations se produisirent dans la faune plusieurs mois après. On peut voir ici une ressemblance certaine avec nos missiles de moyenne portée, munis de têtes atomiques.
On disait, de "l'Arme de Brahma", qu'elle contenait la "puissance de Dieu". Elle avait la forme d'un gigantesque bouclier concave, dont la partie intérieure était parfaitement polie et mobile ; elle était montée sur une vaste plate-forme munie de roues. Un rayon incandescent était utilisé... L'opérateur déroulait des câbles et les plongeait dans l'eau, ainsi qu'une prise de terre, probablement pour établir un bon contact. À cette époque, de nombreuses lois défendaient l'emploi de cette arme, sauf en cas de nécessité absolue...
On lit, dans le Drona Parva, que le fils de Drona, "ayant établil le contact, déchargea la Narayana" (autre nom de l'arme). Cela provoqua des vents violents, des trombes d'eau, des tonnerres terrifiants, un tremblement de terre, le soulèvement des eaux par dessus les digues, sans oublier les montagnes qui "se fendaient". Le rayon frappait particulièrement les guerriers munis de cuirasses, ceux-ci devenant transparents et disparaissant ; le rayon devait probablement désintégrer les cellules du corps. Au cours d'une bataille dans l'estuaire du Gange, de nombreux guerriers ennemis eurent la vie sauve en se jetant à l'eau, en mouillant leurs armes et en se lavant complètement, ce qui leur permettait de neutraliser les effets de l'épouvantable rayon ; ou peut-être s'étaient-ils mis à l'abri...
Prouesses aériennes et capacités destructrices des VIMANAS
Dans le Samarangana Sutradhara, on mentionne des VIMANAS grands comme des temples, le texte décrivant des VIMANAS de forme allongée avec quatre réservoirs pleins de mercure. En 1992, Michel Coquet a fait un intéressant parallèle, à ce propos, avec l'étude par la Nasa, d'un projet de sonde jovienne propulsée par un moteur ionique à mercure, cette sonde devant emporter environ 400 kg de mercure. L'énergie necessaire pour éjecter ce carburant serait fournie par 190 m² de batterie solaire délivrant 14 kw.
On parle également de certains types de VIMANAS qui pouvaient voler grâce à la desintégration atomique de l'air lorsqu'ils se trouvaient dans l'atmosphère... Le texte précise que certains VIMANAS pouvaient monter jusque dans les régions solaires, puis de là vers les régions stellaires. M. Coquet note aussi que l'on mentionne, dans certains textes tibétains (le Kanjour et le Tanjour) des machines volantes qui atteignaient les étoiles, ainsi qu'un astronef interstellaire de forme fuselée qui tournait en orbite autour de la Terre et qui pouvait transporter plus de 1000 personnes. De ce astronef, des fusées plus petites partaient... Salva le chef cruel qui combattait Krishna, était monté sur un char volant appelé Saubha à partir duquel il envoyait ses projectiles, ses fusées, ses lances, etc. On dit aussi, "à l'égal de nos actuels ovnis, que son char pouvait se rendre invisible".
Dans le Samarangana Sutradhara, on mentionne une diversité d'engins ainsi que leurs méthodes de fabrication, précisant que leur structure était légere et solide ; le cuivre, le fer et le plomb étaient utilisés. Ces engins pouvaient, tout comme nos actuels ovnis, s'élever verticalement et s'arrêter net... Il y avait l'agni-ratha ou véhicule ardent, le "vivana", "véhicule à air", etc...
Dans le Karna Parva, un témoin oculaire a raconté le bombardement auquel les engins volants des Rakshasas soumirent son peuple : "Nous aperçûmes dans le ciel quelque chose qui ressemblait à un nuage écarlate, comme les flammes cruelles d'un feu ardent. De cette masse émergea un énorme vimana peint en noir qui lança de nombreux projectiles flamboyants : le bruit qu'il faisait en se rapprochant de la terre ressemblait à celui de mille tambours roulant tous ensemble. Le vimana se rapprochait du sol à une vitesse incroyable en lançant de nombreuses armes étincelantes comme l'or, des milliers de foudres accompagnées d'explosions violentes, et des centaines de roues de feu. Ce fut un tumulte affreux pendant lequel on vit tomber les chevaux, les éléphants de guerre et des mililers de soldats tués par les explosions. L'armée en déroute fut poursuivie parle terrible vimana jusquà ce qu'elle fut anéantie."
Une arme secrète est aussi évoquée : la "Langue du Destructeur", la "Sœur de la Mort". Karna la braqua contre les Rakshasas. Le projectile étincelant s'élança vers le ciel nocturne, il y eut une explosion terrifiante, et les VIMANAS des Rakshasas furent réduits en cendres. Mais l'un des VIMANAS, seulement endommagé, détruisit l'arme meurtrière. L'arme avait disparu avec des centaines de guerriers, et à sa place, il y avait un grand trou dans le sol qui aurait pu facilement contenir "500 éléphants de guerre harnachés". David Childress souligne que si l'on en croit la grande épopée indienne du Mahabharata, d'inconcevables batailles furent livrées dans le passé à l'aide d'aéronefs, de rayons de particules, d'armes chimiques et, dirait-on, d'armes atomiques. Ainsi, il n'est pas impossible que les batailles des derniers temps de l'Atlantide aient mis en jeu des armes à la technologie extrêmement sophistiquée.
L'auteur néo-zélandais, Robin Collyns, dans son livre intitulé "Ancien Astronauts : A Time Reversal ?", a dénombré cinq techniques de guerre que les anciens auraient pu utiliser parmi lesquelles il y a les canons à plasma. Le plasma est un gaz ionisé. Or des gaz ionisés semblent mentionnés dans l'ancien livre indien sur les VIMANAS intitulé Vimaanika Shastra (ou Vymanika Shastra), qui évoque l'utilisation du mercure comme carburant - le mercure, métal liquide, étant susceptible de devenir un plasma par électrisation. Le Mahabharata relate des guerres effroyables survenues très longtemps avant l'époque où l'ouvrage fut composé (en dravidien ancien, puis en sanskrit). Mais quelles étaient, à cette époque lointaine, les nations en conflit ?

David Childress observe que l'empire de Rama, décrit par le Mahabharata et le Ramayana, était apparemment contemporain des grandes cultures occidentales atlante et osirienne.

L'empire de Rama avait été fondé par les Nagas (ou Naacals), arrivés en Inde en provenance de Birmanie et anciennement originaires, selon le colonel James Churchward, de "la patrie de l'est". Ils s'installèrent sur le plateau du Deccan, en Inde du nord, et établirent leur capitale sur l'emplacement de l'actuelle Nagpour. Leur empire semble s'être étendu ensuite sur toute l'Inde du nord et avoir englobé les cités d'Harappa, Mohenjo-Daro, Kot Diji (Pakistan actuel), Lothal, Kalibanga, Mathoura, et peut-être d'autres cités telles que Bénarès, Ayodhya et Patalipoutra. Ces cités étaient dirigées par des "grands professeurs", ou "maîtres", constituant l'aristocratie bienveillante de la civilisation de Rama. On les appelle aujourd'hui les "rois-prêtres" de la civilisation de l'Indus, et on a retrouvé un certain nombre de statues de ces "dieux". Ils auraient été dotés de pouvoirs psychiques extraordinaires...
On pense que la cité d'Ayodhya, cité mentionnée dans le Ramayana, pourrait être la petite ville d'Ayodhya qui se trouve en Inde du nord, et où chaque année, à l'occasion d'un festival hindou, on promène une réplique de vimana. Selon S. N. Pande (1998), cependant, une autre localisation, l'Afghanistan, qui est possible, car l'actuelle ville d'Ayodhya ne date que d'environ 800 av. J.-C. Selon lui, la 1ère Ayodhya fut reconstruite sous le nom de Kushak, qui faisait référence à la tribu (de Kashi, puis à Kusha, fils de Rama ; c'est-ainsi qu'Ayodhya et Kashi devinrent synonyme.
L'Atlantide semble avoir existé au milieu de l'Atlantique et avoir été une civilisation de haute technologie.
La civilisation osirienne était géographiquement localisée dans le bassin méditerranéen et l'Afrique du nord ; qualifiée aussi de civilisation égyptienne prédynastique, elle aurait été ravagée par les inondations au moment où s'abîma l'Atlantide et où la Méditerranée commença à se remplir d'eau. L'empire de Rama se serait évanoui au cours du millénaire qui suivit la destruction du continent atlante (ou -ajouterai-je- de ce qu'il en restait, diverses sources faisant état de plusieurs destructions séparées dans le temps). Cet empire se serait étendu en Afghanistan et en Iran ; il allait
À l'origine, les populations du pourtour de Mu, ou Lémurie, le continent disparu de l'océan Pacifique, se seraient divisées, avec le temps, en deux groupes, et auraient émigré, l'un vers l'Atlantide, l'autre vers l'Inde, l'empire de Rama. Les premiers étaient les tenants du temporel, alors que les autres étaient les tenants du spirituel. Il semble que l'Atlantide ait voulu imposer sa suzeraineté à l'empire de Rama. Il en résulta les guerres atroces rapportées par les anciennes épopées indiennes...
Dans un premier temps, les Rois-Prêtres de l'empire de Rama auraient battu les Atlantes. Selon David Childress, qui se réfère à une source et aux traditions "ésotérique", c'est avec des moyens "psychiques" que l'armée atlante aurait été mise en déroute. Le Roi-Prêtre aurait levé les bras au ciel, faisant appel à une "technique mentale" connue des seuls initiés. Son intervention aurait eu pour conséquence la mort du général et des officiers atlantes. Les forces atlantes s'enfuirent dans leurs vaisseaux aériens. Dans la cité assiégée, aucun individu n'avait péri. La suite de l'histoire est contée par les épopées indiennes. L'Atlantide semble avoir eu recours à son arme la plus destructrice, qui s'apparente à une arme atomique si l'on se réfère à certains vers du Mahabharata où l'on parle d'un "projectile unique" chargé "de toute la puissance de l'univers", et d'une "colonne incandescente de fumée et de flamme, brillante comme mille soleils". Cette "foudre de fer" réduisit en cendres "la race entière des Vrishnis et des Andhakas". Les cadavres brûlés furent méconnaissables, les cheveux et les ongles tombèrent, les poteries se cassèrent sans cause apparente, et les oiseaux blanchirent. Au bout de quelques heures, toute la nourriture fut infectée. Pour échapper à ce feu, les soldats durent se jeter dans des ruisseaux pour se laver, eux et leur équipement. Ainsi que le note David Childress, nous avons ici, très précisément décrits, les effets d'une explosion atomique. La radioactivité provoque, en effet, la chute des cheveux et des ongles. Contre elle, l'immersion dans l'eau, même si elle ne guérit pas, est la seule échappatoire.
Nous noterons au passage, que, curieusement, l'ancienne littérature sanskrite était familière à J. Robert Oppenheimer, le père de la bombe H. Au cours d'une interview donnée après le premier essai atomique, il cita la Bhagavad Gita : "Je suis devenu la Mort, le Destructeur des Mondes ; nous avons tous dû ressentir cela".
Sept ans plus tard, après le premier test nucléaire d'Alamogordo, on lui demanda à l'université de Rochester si c'était la première bombe atomique qui venait d'exploser, et il répondit : "Dans l'histoire moderne, oui".
Au Cachemire, les ruines du temple de Parshapour (en bordure de Srinagar) témoignent d'une totale destruction, comme si une explosion avait soufflé les énormes blocs de pierre dispersés sur une vaste superficie. David Chlidress se demande s'il s'agit là du résultat des armes utilisées lors des batailles décrites par le Mahabharata. Il y a aussi, à 400 km au nord-est de Bombay, le cratère géant, quasi circulaire, de Lonar lequel mesure 2154 m de diamètre et est âgé d'au moins 50.000 ans. Le site et ses alentours sont vierges de toute trace de météorite alors qu'il s'agit du seul cratère "d'impact" en basalte que l'on connaisse. Ce site présente des marques de choc violent (une pression au moins égale à 600.000 atmosphères) et de chaleur intense et soudaine (ce dont font folles sphérules de verre basaltique). Pat Franck, consultant américain en sciences spatiales, a développé la théorie selon laquelle certains grands cratères terrestres seraient en réalité des vestiges d'anciennes explosions nucléaires... David Childress fait un parallèle entre les guerres atomiques anciennes de l'Asie du sud et les menaces mutuelles que se sont lancées, à notre époque, l'Inde et le Pakistan. Il note à ce propos que l'Inde moderne est fière de sa force nucléaire et la compare à la "flèche de Rama". De son côté, le Pakistan ne rêve-t-il pas d'envoyer ses bombes sur l'Inde ? Ironie de l'histoire, le Cachemire, site probable d'une guerre atomique antérieure, est une fois de plus au centre de ce conflit. David Childress note que selon la littérature ésotérique, l'Atlantide aurait également voulu soumettre une civilisation établie dans le désert de Gobi, à une époque où celui-ci était encore une plaine fertile. Les atlantes auraient tiré vers le centre de la Terre à l'aide d'un "armement à ondes scalaires", et auraient ainsi anéanti leurs ennemis, "se sabordant peut-être eux-mêmes par la même occasion" !
Pour certains individus, un récit comme celui du Mahabharata n'est qu'un conte imaginaire. C'était le cas par exemple de Gaston Courtillier pour qui ce récit n'est que la mise en œuvre de légendes locales à des fins d'éducation brahmanique.
Toutefois, comme le note Michel Coquet, on aurait tort de n'y voir qu'un grand mythe, car il recèle un fond historique encore inexploité. Il précise qu'aux yeux des prêtres brahmanes ou des moines "renonçant", "l'aspect historique et chronologique des événements humains n'a jamais été considéré comme une valeur essentielle, l'espace et surtout le temps étant des expressions du monde et donc sujets à la limitation et à l'illusion". Ce qui compte pour le sage, c'est "sa capacité à comprendre le monde de l'Esprit et des causes, non celui des effets qui intéressent tant les savants occidentaux". L'aspect historique, sans avoir été négligé, a simplement été utilisé comme support d'un fond mystique, allégorique et ésotérique. Ce fait se retrouve largement exprimé dans la grande épopée (maha-kavya) du Mahabharata, épopée écrite par le rishi Vedavyasa, le plus grand historien des temps védiques. Ce mélange entre mythe et histoire a déconcerté la plupart des orientalistes occidentaux... On a mis en doute l'histoire du royaume de Krishna à Dvaraka (dans le Gujarat) jusqu'au jour où le Dr S. R. Rao a mis au jour les ruines de cette ancienne cité mentionnée dans le Mahabharata et vieille de plus de 3000 ans av. J.-C.
En outre, la grande précision des descriptions des engins volants et des guerres aériennes, dans les épopées hindoues, ne permet pas de réduire tout cela à des récits simplement issus de l'imagination d'auteurs antiques. Dans le Rig Veda (mandala VI, sukta 58, mantra III), on parle de "bateaux faits d'or/fer sur la mer, sous la mer et dans l'espace". On peut citer aussi le Vaimanikashastra (écrit par le rishi Bharadvaja) ; le Yantra Sarvasva ; le Mudduku Enthiram ("le pionnier de la technologie moderne de l'hélicoptère"), décrit dans l'ancienne épopée tamoule Sivagachintamani. D'après Gaura Krishna ("Rama Nama" n°15) le Yantra Sarvasva et l'Agasti Samhita démontrent "que les aspects opérationnels d'un avion et des missiles guidés étaient connus des Rishis védiques". Une batterie est notamment décrite "comme ayant un pôle maître (positif) et un pôle varuna (négatil)" ; l'eau, dit-on, est dissociée, par l'électricité, en pranavayu (oxygène) et en udanavayu (hydrogène).
David Childress évoque lui aussi les guerres aériennes de l'inde ancienne. Les anciennes épopées Indiennes écrit-il, relatent avec force détails des guerres aériennes survenues voilà plus de 10.000 ans. Il cite le sanskritiste Ramachandra Dikshitar (qui a été professeur a Oxford), auteur de "War in Ancient India" (1944) : "Notre vaste lîtterature pouranique et épique contient de nombreux exemples montrant la façon admirable dont les Indiens de l'antiquité surent conquérir les airs."
Selon R. Dikshitar l'un des Brahmanas parle de "L'Agnihotra", un vaisseau qui s'élevait dans le ciel. Dans le Rig Veda Samhita, on lit que les Ashvins transportèrent Bhoujya au moyen de vaisseaux ailés' et sûrs. Dikshitar évoque les Samarangana Soutradhara de Bhoja et ses références aux machines volantes et autres engins utilisés à des fins militaires ou autres. Dikshitar note que les auteurs anciens faisaient la distinction entre les guerres mythiques (diti daiva) et les guerres réelles (dites manousa). Les premières comprennent par exemple la lutte entre Soumbha et la déesse Dourga. On trouve la référence au cheval volant du brahmane Galava, etc. Maya, par contre possedait une voiture dorée qui volait, équipée d'armes diverses. Le Vikramaourvasiya relate que le roi Pouraravas se lança, à aide d'une voiture aérienne, à la poursuite du Danava qui avait enlevé Ourvasi. Dans le passage consacré au combat entre Lava et Candraketou (acte VI), l'Outtararamacarita mentionne la présence de plusieurs voitures aériennes transportant des spectateurs célestes. Et le Harsacarita contient une phrase affirmant que le Yavanas sont accoutumés aux machines aérienne. Quant au Jivakacintamani, un ouvrage tamoul, il parle des évolutions aériennes de Jivaka.
Sur le Yantra Sarvasva (du Maharishi Bharadvaja), est basé le livre Vaimanika Prakaram, avec le commentaire de Bhodananda. Dans ce livre, référence est faite à une liste de 50 ouvrages sur l'ancienne science aéronautique (Sakti Sutra d'Agastya, Saudamini Kala d'Jshvara, Amasuma Tantra de Bharadvaja, Vayutattva Prakarana de Sakatayana, Vaisvamana Tantra et Dhuma Prakarana de Narada, etc.).
Le Rishi Bharadvaja a noté 32 procédures secrètes permettant de piloter les VIMANAS. Le Kritaka Rahasya évoque quant à lui les matériaux de base utilisés pour la construction de VIMANAS... Le Guda Rahasya parle des diverses forces portantes de l'atmosphère (Yasa, Viyasa, Prayasa, etc.), ce qui permettrait au pilote de cacher la présence des VIMANAS. L'Aparoksha Rahasya mentionne le pouvoir d'une force électrique spéciale causée par le tonnerre, laquelle était utilisée pour voir clairement les objets en face des VIMANAS. Le Sarpagamana Rahasya évoque le processus qui permet d'utiliser la puissance solaire afin de créer un mouvement serpentin des VIMANAS.

Wheeler Wilcox a dit, à propos de l'Inde, que c'est le pays des grands Veda, ces textes contenant des idées religieuses, mais aussi "des faits que la science a depuis prouvés comme étant exacts" ; l'électricité, le radium, les électrons, les vaisseaux aériens, semblaient être connus des gens à l'origine des Veda.
Dans le Vaimanika Shastra, on évoque les moyens de déplacement de pays en pays, de planète à planète. Les scientifques de l'époque connaissaient 64 espèces de métaux convenant à la construction d'engins volants. Des études d'anciens shastras en sanskrit (préservés sur des feuilles de palmier) font mention de formules permettant de fabriquer des super-alliages (avec des propriétés inconnues à notre époque). C. S. R. Prabhu, directeur technique du Centre National Informatique de l'Inde, évoque, parmi ces alliages, les exemples suivants qui ont tous été testés)
- Tamogarbha loha, un alliage à base de plomb aux propriétés inhabituelles.
- Pancha loha, mélange de plomb, de cuivre et de zinc, avec, pour un alliage de cuivre, une résistance inhabituelle à la corrosion par l'eau salée.
- Chapala grahaka, une céramique de haute qualité.
- Bhandhira loha, "un alliage insonore".
Il se trouve que les industries indiennes aérospatiales et de la défense se sont dites intéressées...

L’éventualité de guerres nucléaires préhistoriques est un constat très dérangeant pour certains. Mais d’autre part, des scientifiques ont trouvé des gisements d’uranium qui semblent avoir été minés et exploités dans l’Antiquité.

S’il se confirme qu’en des temps reculés des civilisations ont connu l’anéantissement atomique, peut-être y a-t-il urgence à ce que nous comprenions vraiment qui nous sommes avant que nos comportements ne nous fassent revivre les leçons des mondes anciens.

Des chaînes câblées telles que History Channel, Discovery ou National Geographic ont apporté les « preuves » que le « verre coulé vert » découvert en divers lieux était dû au passage de météorites. Je veux bien croire que certaines zones ont été vitrifiées par le souffle chaud de météorites, mais je ne pense pas que l’on puisse attribuer à ce phénomène naturel les quelques vingt-huit étendues de roches pulvérisées et noircies qui couvrent chacune des surfaces de l’ordre de 18.000 km2 en Arabie occidentale.

Ces pierres aux bords tranchants sont rassemblées comme les vestiges de cités. Les experts ont établi qu’elles n’étaient pas d’origine volcanique, mais semblaient dater d’une époque où l’Arabie était un pays fertile et luxuriant avant d’être soudainement calciné à l’état de désert. Des déserts vitrifiés Nous savons aujourd’hui que le Sahara a été une zone tropicale à la végétation abondante, très pluvieuse et sillonnée de grandes rivières.

Les scientifiques ont découvert des zones où des terres jadis cultivées sont aujourd’hui couvertes d’une fine couche de sable. Des chercheurs ont aussi trouvé une énorme réserve d’eau sous le désert. Celle-ci ne peut-être que le résultat de pluies abondantes ayant précédé la dévastation par le feu. Le 25 décembre 2007, un scientifique français effectuant des fouilles dans la région de Khamis Bani Sa’ad dans le district de Tehema, province de Hodeidah, au Yémen, confirma que des pièces archéologiques trouvées sur place dataient de 300.000 ans av. J.-C. Avant la survenue d’un changement radical de climat, les habitants étaient des pêcheurs et avaient domestiqué certains animaux actuellement disparus de cette région dont une espèce de cheval que l’on ne trouve plus qu’en Asie Centrale.

La Chine maoïste a effectué près du lac de Lob Nor, dans le désert de Gobi, des essais nucléaires qui ont laissé de grandes plaques de sable vitrifié. Mais il y a aussi dans ce désert un certain nombre de traces similaires vieilles de milliers d’années.

En mission avec une équipe en Afrique centrale, Albion W. Hart, un des premiers ingénieurs diplômés du Massachusetts Institute of Technology, cherchant à atteindre une région quasi inaccessible, dut traverser une grande étendue désertique. Stupéfait, il découvrit une vaste zone vitrifiée verte qui couvrait le sable à perte de vue et qu’il fut incapable d’expliquer. Or, dans Rocks and Minerals, Margarethe Casson écrit :

« Plus tard dans sa vie, Hart traversa la région de White Sands, côté Nevada, après les premières explosions atomiques et reconnut le même type de fusion de silice que ce qu’il avait vu en Afrique cinquante ans plus tôt ».

En 1947, des fouilles effectuées dans la vallée de l’Euphrate, au sud de l’Irak – lieu où certaines traditions situent le jardin d’Eden et où les anciens habitants de Sumer rencontrèrent l’homme-dieu Ea – mirent au jour une couche de verre vitrifié de couleur verte. Les archéologues ne purent que relever la ressemblance de cette matière, vieille de plusieurs milliers d’années, avec celle gisant sur le sol désertique de White Sands, au Nouveau-Mexique, après les premiers essais nucléaires des temps modernes.

Enfin, signalons de grandes surfaces circulaires ou polygonales de matière dure ressemblant à du verre opaque dans le désert de Mojave, en Californie. Les traces profondes d’un feu intense En 1850, William Walker explorant la Death Valley déclara y avoir trouvé une cité en ruine. Parmi les débris, les pierres de l’extrémité d’un grand édifice avaient été fondues et vitrifiées. Walker ajouta que la région entière entre la rivière Gila et St John était parsemée de vestiges montrant des traces d’échauffement si intense que la pierre en avait fondu. Des dallages et des maisons de pierre portaient de larges fissures témoignant d’un éclatement par le feu.

Les cités et les forteresses vitrifiées découvertes par Walker m’intriguent encore plus que les surfaces de verre coulé verdâtres. Les maçonneries de certains forts et tours sur des collines d’Ecosse, d’Irlande et d’Angleterre ont été calcinées par des températures infiniment plus élevées que celle de la foudre. D’autres forteresses perchées, depuis les îles de Lofoten, au large de la Norvège, jusqu’aux Canaries, au large de l’Afrique, sont devenue des « fortins fondus » ; selon les termes d’Erich A. von Fange, « les blocs empilés de leurs murs circulaires ont été transformés en verre… par une intense chaleur ». On croyait que Catal Hüyük était l’une des plus anciennes cités du monde, mais des vestiges archéologiques révèlent qu’après un développement civilisé, elle s’est brusquement éteinte.

Les archéologues ont découvert avec surprise d’épaisses couches de briques calcinées. Les éléments de construction avaient été coulés l’un sur l’autre par une chaleur qui avait pénétré à plus d’un mètre sous le sol et carbonisé la terre, les ossements de personnes inhumées et les offrandes enterrées avec elles ; la décomposition bactérienne en avait été interrompue. On a mis au jour un grand ziggourat babylonien fendu jusqu’aux fondations comme s’il avait subi un feu très intense. Dans d’autres parties des ruines, des pans de maçonnerie étaient vitrifiés et partiellement réduits en masses fondues, ainsi que certains blocs isolés à proximité des ruines.

Sur un site connu sous le nom de Alalakh ou Atchana, au nord de la Syrie, des bâtiments royaux étaient brûlés au point que le cœur de murs épais était rempli de briques de terre rouge vif désagrégées. Les enduits de boue et de chaux étaient vitrifiés et en certains endroits des dalles murales de basalte avaient fondu. On a également découvert en Inde cette fois, entre les monts Rajmahal et le Gange, des masses de pierres fondues et fendues.

Des voyageurs qui s’étaient aventurés au cœur des forêts indiennes ont trouvés les ruines de cités dont les murs, sous l’effet de la chaleur, étaient devenus d’immenses dalles de cristal. Les ruines des Sept Cités, dans la province de Piaui, près de l’équteur, au Brésil, offrent un spectacle d’un monstrueux chaos. Aucune explication géologique n’a encore été proposée par les archéologues dont certains, au vu des pierres calcinées, détruites et fondues, ont évoqué Sodome et Gomorrhe. A Pierrelatte du Gabon, des chercheurs du CEA (commissariat à l’énergie atomique) ont trouvé en 1972 les traces d’une réaction nucléaire spontanée dans la carrière d’uranium d’Oklo. Les scientifiques se sont aperçus que le minerai contenait une proportion anormalement basse d’U235, tel celui que l’on trouve dans le carburant d’uranium appauvri issu de réacteurs atomiques. Le minerai contenait aussi quatre éléments rares typiques de l’uranium appauvri. (Le 25 septembre 1972, l’administrateur de CEA, André Giraud, annonce qu’un réacteur nucléaire vieux de deux milliards d’années a été découvert sur le site de la mine d’uranium D’Oklo)

En résumé, alors que le monde moderne n’a pas connu la puissance de l’atome avant les années 40, une étonnante quantité d’indices témoignent d’effets nucléaires remontant à la préhistoire :

sables de déserts parsemés de verre, murs de pierres vitrifiés de certains forts, antiques cités détruites apparemment par une chaleur intense, tout cela bien hors de portée des moyens et des feux d’armées primitives.

Corey GoodeNEW280x280Les informations révélées par Corey sont à la fois stupéfiantes et troublantes. Pour certains, cela peut sembler trop fantastique pour y croire. Pourtant, dans le cadre de ma propre vérification diligente des déclarations et de la crédibilité de Corey, je n’ai rien trouvé qui laisse croire qu’il ait l’intention de faire de fausses déclarations ou de tromper. Il croit sincèrement qu’il dit la vérité sur ses expériences passées en travaillant avec différents programmes spatiaux secrets. D’autres initiés se sont également portés garants de la participation de Corey à un ou plusieurs programmes spatiaux secrets, suggérant que ses allégations méritent, à tout le moins, une enquête sérieuse.oie 28142310QSK36yOI

Michael E. Salla, Ph. D.

Questions pour Corey Goode sur Mars, la Lune et le Programme spatial nazi – 14 mai 2015
[Questions envoyées le 14 mai. Réponses reçues le 19 mai]

Q1. Vous avez dit que l’Interplanetary Corporate Conglomerate (ICC) possède la plupart des bases de Mars. Combien de bases de Mars possédent-elles, et qui possède les autres bases sur Mars?

L’ICC dispose d’une infrastructure industrielle complète qui comprend des bases, des stations, des avant-postes, des opérations minières et des installations sur Mars, diverses lunes et s’étend sur toute la ceinture principale d’astéroïdes (où une “Super Planète Terre” existait autrefois). Ils disposent d’installations pour prendre des matières premières et les transformer en matériaux utilisables pour produire des métaux complexes et des matériaux composites dont nos sciences des matériaux n’ont pas encore rêvé. Ils ont des groupes distincts d’installations qui produisent divers types de technologies, ainsi que chaque installation ou usine qui produit une composante spécifique d’une technologie, de sorte que ceux qui travaillent dans les installations et qui vivent dans les colonies ou les sba 1bases de soutien ne savent pas exactement ce qu’ils produisent. La plupart du temps, les composants sont polyvalents et sont utilisés dans des projets transversaux. Il y a des installations sur Terre qui fonctionnent à peu près de la même manière et qui contribuent au Programme Spatial Secret à plusieurs niveaux.

Il y a d’autres bases sur Mars qui sont contrôlées par des groupes militaires/sécurité ainsi que certains avant-postes scientifiques. Ils peuvent être détenus et maintenus par d’autres programmes du Programme Spatial Secret, mais ils relèvent habituellement de la CPI à un certain niveau puisque la CPI contrôle une grande partie des opérations spatiales et de sécurité aériennes sur Mars et aux alentours. La plupart des membres du personnel de sécurité affectés à Mars sont affectés à la CPI. Les groupes militaires qui retourneront dans leurs organisations antérieures (Groupes PSS) sont isolés de la population et du personnel qui vivent et travaillent dans les Colonies, Bases et Installations Industrielles qu’ils protègent. Ils sont normalement dans les avant-postes plutôt spartiates que j’ai décrits précédemment dans d’autres écrits. J’avais vu quelques-uns de ces avant-postes construits à partir du “Ground Up”. Ils étaient toujours assez éloignés des principales colonies, bases et installations industrielles souterraines et dispersés dans un système défensif de type périmétrique à plusieurs cibles. Il y a aussi des “Non-Humains” ayant des bases sur la planète. Certains d’entre eux sont là depuis un certain temps et possèdent les très convoités plus grands systèmes de tubes de lave qui ont été construits dans des systèmes de base incroyablement énormes et qui peuvent loger en toute sécurité des millions d’habitants.

above majestic

Q2. Avez-vous déjà passé du temps sur une des bases de Mars? Si oui, qu’avez-vous dit et combien de temps y avez-vous passé?

Oui, il y a eu plusieurs occasions où des défectuosités de l’équipement spécialisé ont dû être réparées immédiatement. Lorsque le CIC n’a pas été en mesure de faire venir son personnel de la Terre ou d’autres installations du Système Sol pour se rendre dans une colonie, une base ou une installation industrielle pendant le temps nécessaire, une demande a été adressée aux spécialistes à bord de notre navire de recherche scientifique. Dans ces rares occasions, nous nous rendions à l’endroit où nous étions accueillis par 4 à 6 gardes armés. On nous aurait demandé de ne pas établir de contact visuel ou de ne communiquer avec personne pour quelque raison que ce soit, à moins qu’il ne soit directement lié au travail que nous étions là pour faire. Dans ces situations, il y aurait normalement un membre de notre équipe de sécurité, un empathe intuitif, un scientifique et deux techniciens, ainsi que les outils et les pièces qui pourraient être nécessaires.

Nous étions escortés directement sur les lieux des travaux. L’équipe de sécurité des installations locales nous surveillait de très près, puis nous escortait directement à bord de notre navette, une fois les travaux terminés et testés. On ne nous a jamais demandé si nous aimerions faire une visite, nous inviter à passer la nuit ou rester et partager un repas avec le personnel ou les habitants de l’établissement. Nous avons cependant eu l’occasion de voir certaines personnes. Ils étaient généralement pâles, avaient l’air malades physiquement et mentalement et ressemblaient beaucoup à des esclaves. À plus d’une occasion, nous avons vu quatre personnes identiques transportant des caisses et d’autres objets autour de nous qui étaient évidemment des clones. J’ai remarqué dans une colonie qu’il y avait ce qui ressemblait à un “mur d’art” où les gens accrochaient des œuvres d’art qu’ils avaient dessinées et peintes. C’était la seule fois que j’ai vu quelque chose qui ressemblait à ce qu’il était censé être positif pour la santé des habitants. C’étaient toujours des endroits que nous étions soulagés de quitter. Lorsque nous rendions visite aux avant-postes militaires, ils étaient régimentés, mais ils avaient un sentiment ou une énergie complètement différente. Nous étions également plus à l’aise dans certains de ces endroits parce que nous avions déjà vu et participé à leur construction à une date antérieure.

Q3. Avez-vous déjà été mis au courant de l’atmosphère sur Mars? Est-il respirant pendant de courtes périodes, comme le prétendent certains dénonciateurs?

Oui, j’étais en habillé en combinaison et j’ai observé certains des avant-postes en construction dans l’hémisphère Nord. Il y a une atmosphère mince (comme à des altitudes très élevées sur Terre) mais la pression atmosphérique est très basse, tout comme la température la plupart du temps. Il y a des périodes dépendantes de la saison martienne et des conditions météorologiques qui permettent une très courte exposition à la surface. J’imagine que certains s’y sont un peu acclimatés. Je ne voudrais pas passer du temps en dehors sans les combinaisons légères que nous portions, surtout si vous faites de l’exercice physique. Il y avait une petite faune sauvage et de la végétation que nous avons observée à l’endroit général où la construction était en cours. Le ciel était bleu clair à lavande et rosé, surtout au coucher du soleil quand il n’y avait pas beaucoup de poussière dans la haute atmosphère (ce qui se produisait fréquemment lorsque nous étions en surface).

Q4. Le Solar Warden Space Program exploite-t-il des bases hors-planète? Si oui, où sont-elles situées?

Oui, il y avait quelques stations (situées dans certaines zones du système solaire où les navires accostent pour des réparations, des conférences et des transferts de personnel etc…), il y avait aussi d’autres bases sur certaines lunes et même Vénus (sur la surface et dans la haute atmosphère). Il y a aussi quelques bases dans Star Systems voisines que je ne connais pas du tout (jamais eu un “Need to Know”).

Q5. En 1963, l’USAF annonce la création du Manned Orbiting Laboratory (MOL) où elle forme secrètement des astronautes militaires à la surveillance spatiale. Le MOL a été annulé publiquement en 1969 apparemment en raison du développement des satellites sans pilote. L’annulation de MOL était-elle authentique? Les astronautes militaires ont-ils ensuite servi dans le cadre de Solar Warden ou d’un autre programme spatial?

Depuis le début, les Services d’opérations noires militaires terrestres ont eu des programmes distincts et continus de niveau inférieur dans le domaine spatial. Ils sont très cloisonnés, et ceux qui exploitent des embarcations et des stations dans diverses zones orbitales autour de la Terre n’ont jamais l’occasion de voir ce qui se passe ailleurs. NASA ISS voir leurs activités, ces programmes militaires de bas niveau black op’s voir la NASA, Advanced (Breakaway) activités du programme spatial secret ainsi que certaines activités de groupes hors du monde. Ils savent qu’il y a beaucoup plus de choses qui se passent en dehors de leurs programmes, mais ils n’ont pas besoin de le savoir et sont régulièrement débriefés par les forces armées de la Terre pour obtenir le plus d’information possible sur ce qui pourrait se passer dans les programmes spatiaux secrets Break Away qui sont plus avancés. Très peu au-dessous de ceux qui contrôlent les programmes de ces opérations noires et les opérateurs connaissent les autres activités qui se déroulent dans le système Solaire. La partie support et infrastructure des programmes de ces opérations noires n’est pas lue dans le petit cercle d’information connu des opérateurs et de la structure de commandement et est tenue à l’écart des autres activités observées en dehors de l’atmosphère terrestre.

Cela dit, il y a eu beaucoup d’autres stations spatiales et laboratoires d’entraînement similaires qui ont été lancés en orbite pendant des périodes de temps, utilisés en secret et qui ont ensuite été autorisés à brûler en rentrée une fois qu’ils ont rempli leur fonction. Je ne sais pas si le laboratoire orbital en question a jamais été un programme actif ou non. Le COL [Commandement des opérations lunaires] suivrait le “trafic” de tous les programmes spatiaux (satellites civils/militaires/du renseignement, NASA, militaires secrets, d’autres pays et de tous les programmes spatiaux secrets avancés) et de leurs moyens pour tenter de planifier et de planifier leur emplacement afin d’éviter qu’ils ne soient visibles les uns aux autres autant que possible. Cela comprend la surveillance des observatoires astronomiques au sol et de leurs temps d’accès hautement documentés et contrôlés, ainsi que des fenêtres du ciel qu’ils sont censés observer. C’est la raison pour laquelle il n’ y a pas d’accidents réels lorsqu’il s’agit de navires SSP qui survolent les flux vidéo en direct de l’ISS de la NASA. Le trafic est très bien planifié et fait l’objet d’un suivi minutieux et si un navire ou une embarcation est capturé sur l’alimentation en direct, cela a été fait exprès.

Q6. En 1959, l’armée américaine proposa le Projet Horizon qui examinait la possibilité d’établir une base lunaire. Officiellement, le projet Horizon n’a pas dépassé l’étape de la faisabilité. Est-ce exact ou est-ce que le Projet Horizon a procédé secrètement et/ou a-t-il été combiné avec un autre programme de base lunaire?

Je ne sais pas si c’était un des programmes qui a été combiné ou cannibalisé dans l’expansion de plusieurs décennies du Centre d’Opération Lunaire ou non. Il y avait plusieurs programmes qui étaient non seulement sur les livres, mais aussi déjà financés, qui ont été fusionnés dans les programmes spatiaux avancés de l’espace secret (avancés) ainsi que dans les programmes spatiaux de l’opération militaire Black Op. D’aucuns trouvent ridicule qu’il y ait des programmes spatiaux d’opérations noires militaires de niveau inférieur (Space Plane/Shuttle etc…) ainsi que le développement continu d’avions de pointe basés sur les principes aéronautiques des 19e et 20e siècles. Avec toute la technologie disponible dans “Civilisations de Rupture (Break Away Civilizations)”, c’est assez ridicule. Quand vous pensez au fait que la plupart des gens dans les industries aéronautiques et militaires ne savent rien des civilisations Civilisations de Rupture et de leurs progrès, vous comprendrez pourquoi ils dépensent encore des trillions de dollars pour développer la technologie sur une voie de développement distincte. Ils sont en train de mettre au point une technologie pour mener des guerres de la seule façon dont ils savent qu’il existe.

Q7. Vous avez dit que les nazis ont établi une base sur la Lune, et cela a été construit plus tard sur la création du commandement des opérations lunaires. Quand les nazis ont-ils établi leur base lunaire?

baselunaire2Ils avaient tenté à plusieurs reprises de créer une base lunaire qui ne s’était pas très bien passée depuis les années 1930. Ils ont trouvé un bâtiment ancien qui a été construit par des êtres beaucoup plus grands et qu’ils ont pu cimenter et réparer suffisamment pour le pressuriser et l’utiliser comme base temporaire pendant qu’ils construisaient la base souterraine qui avait quelques structures visibles à la surface dont l’une avait la forme d’une croix gammée. Cette base était encore en construction lorsqu’ils ont conclu avec les Américains, au début des années 1950, les accords qui leur donnaient accès à la Puissance industrielle, ce qui leur avait coûté la guerre d’Europe. Ils ont maintenant utilisé cette puissance industrielle (“connue ensuite en tant que “Complexe Militaro-Industriel”) en leur faveur et ont construit une base massive qui a coulé sur plusieurs niveaux dans une “forme en cloche” et les structures de surface construites autour des anciennes structures pour devenir ce que nous appelons aujourd’hui le Commandement des Opérations Lunaires (LOC).

Q8. Quel groupe d’extraterrestres aida les nazis dans leur combat avec l’amiral Byrd en 1946/1947 et développa une présence hors du monde?

Il y a eu l’aide de la Fédération Draco ainsi que d’un groupe que les NAZI ont été amenés à croire qu’ils étaient des ET (appelés “Arianni” ou “Aryens”, parfois appelés “Nordics”) mais qui étaient en fait une civilisation Humaine Ancienne de type “Civilisation de Rupture” de la Terre qui avait développé un Programme Spatial (appelé “La Flotte d’Argent”) et créé de vastes bases sous les montagnes himalayennes (la plus grande au Tibet).

Le premier vaisseau qu’ils construisirent utilisait des turbines Mercury, et les moteurs électro-gravité furent développés avec l’aide de ce groupe. Encore une fois, les NAZI et à ce jour beaucoup d’humains de la Terre qui sont en contact avec eux et d’autres les croient être des ET (à cause de leurs manipulations) alors qu’ils sont en fait des humains basés sur la Terre issus des anciennes civilisations ayant vécu une “Civilisation de Rupture”.

califo1J’ai fortement évité de parler en profondeur des quelques civilisations terrestres anciennes qui ont des programmes spatiaux et des bases massives sur la Terre, la Lune et ailleurs dans le système Sol et d’autres systèmes Sol. Certains d’entre eux ont été extrêmement trompeurs et ont convaincu certaines personnes qu’ils sont des groupes d’ET qui sont là pour aider l’Humanité.

Certaines personnes ont mémorisé certaines de ces histoires, comme certaines personnes mémorisent des textes religieux. Les Illuminati/Cabale ont eu une dispute avec certains d’entre eux et veulent les exposer pour ce qu’ils sont. Je pense qu’ils devraient faire le sale boulot. Je ne vais pas causer de controverse qui ne sera qu’une distraction du message principal des Avians Bleus de devenir aimant, pardonnant et se concentrant sur l’expansion de votre conscience et des vibrations.

Q9. Savez-vous quelque chose à propos de Hans Kammler et du groupe Kammler qui était en charge du programme secret d’ingénierie inverse nazi, et de sa relocalisation en Antarctique/Amérique du Sud/Moon?

Oui, il y avait beaucoup de documentation sur lui et ses équipes étant dans les trois antarctiques connus (Villes/Bases) et plusieurs bases secrètes souterraines en Argentine. S’il était stationné sur la Lune, je n’ai rien vu de tel.

Q10. Quel rôle Maria Orsic et la Société Vril jouaient-elles dans la base lunaire nazie?

Les Ordres Vril, Thulé et l’Ordre du Soleil Noir ont tous participé à ces programmes. Leurs idéologies et leurs programmes se chevauchaient. Une grande partie de l’idéologie de Star Wars de “The Force” et “Dark Lord Siths” et de leurs “Maîtres” et Du Pouvoir du Coté Obscur, De l’Énergie Noire et L’Énergie de l’Étoile Noire était un mélange de science et de religion pour eux. Beaucoup de gens dans la communauté Intel sont devenus tout à fait convaincus que Maria Orsic était l’une des “Blondes” qui allaient atterrir dans les OVNIs et parler à des gens en allemand prétendant être une ET d’un autre système stellaire. Lorsque certains des témoins ont vu sa photo, ils l’ont identifiée comme étant la même personne que celle qu’ils avaient rencontrée avec la soucoupe volante. Elle s’est évidemment rendue dans les bases et les villes antarctiques où elle participait à un programme utilisant les technologies Soucoupes Volantes NAZI pour répandre de la désinformation à travers certains contacts. Je ne sais pas quel rôle elle a pu jouer dans la base lunaire. Je sais que ces “Sociétés” étaient l’épine dorsale de ce qui a survécu à la guerre et qui contrôlait les installations ainsi que le groupe avec lequel elles croyaient être alliées à l’ET et à la Fédération Draco.

Q11. Est-il vrai qu’en plus du programme de soucoupes volantes NAZI SS dirigé par Hans Kammler, la Vril Society avait son propre programme, peut-être plus réussi grâce à l’aide d’ETs?

Les sociétés Vril, Thule et Black Sun (Kammler était “NAZI SS” et très actif dans les sociétés Black Sun et Thule) ont participé à plusieurs programmes parallèles pour développer des technologies de pointe. Ils avaient canalisé l’information qui les avait envoyés sur le chemin de la rétro-ingénierie depuis des documents antiques de l’Orient, ce qui les avait amenés à construire un vaisseau très similaire à celui de l’Ancienne “Civilisation de Rupture” humaines/terriennes et qui les avait convaincus qu’ils étaient des ET d’un autre système stellaire. Quelques-unes de ces anciennes civilisations avaient fait la même chose aux premiers programmes spatiaux secrets jusqu’à ce qu’on découvre qu’elles n’étaient pas du tout des ET, mais qu’elles étaient en fait des êtres humains de groupes génétiques auto-isolés appartenant à des civilisations extrêmement anciennes qui avaient existé sur la surface de la Terre. Ils avaient parfois l’air légèrement différents de nous, mais ils étaient nos ancêtres génétiques. Dans le même temps, ces Sociétés avaient pris contact avec la Fédération Draco et un autre groupe qui avait évité les Draco. Les occultistes allemands ont été très occupés dès le début des années 1900, surtout juste avant, pendant et après la Première Guerre mondiale. Leur percée majeure s’est produite à la fin des années 1930 et ces Sociétés Secrètes avaient déjà commencé leur propre civilisation de mini-rupture à part et qui a été gardé loin de la machine de guerre et du leadership allemands.

Q12. Orsic/Nazi a-t-il organisé une expédition dans le système stellaire d’Aldebaran?

mariaorsicOui, il y a eu une première tentative d’envoyer leurs premiers vaisseaux à travers des portails naturels avant qu’ils ne comprennent parfaitement la physique des portails. Cette “expédition” a fini par ressembler beaucoup à l’Expérience de Philadelphie que les Américains allaient faire des années plus tard. Il y a beaucoup de choses qui entrent dans le voyage portail et un tout nouveau modèle physique et mathématique a été développé pour calculer les déplacements.

Sans l’aide à la fois de groupes ETs et des anciennes civilisations antiques trompeuses de “Civilisation de Rupture” se faisant passer pour des ET, elles et les premiers “programmes conjoints” (post-Eisenhower Treaty Era, qui est devenu les différents PSS) auraient dû construire ces modèles à partir de zéro et tirer de nombreuses leçons à la dure. J’ai écrit les bases de “Traveling the Cosmic Web” alias Portal Travel dans un article du lien ci-dessous. Pour comprendre la logistique du voyage de portail entre les corps astronomiques à la fois à l’intérieur d’un système Sol et entre les systèmes stellaires cet article de base devrait être consulté. À un moment donné, je développerai cette information et donnerai plus de détails sur les protocoles de voyage point à point dont il est question dans l’article.

Ce n’est pas que la base NAZI qui est devenue le COL a été abandonnée.
Au cours des années 1950 et après qu’ils eurent réussi à infiltrer et à subvertir le complexe industriel militaire et les principaux chefs d’entreprise, ils avaient réussi à prendre le contrôle de la direction non seulement des programmes de civilisation “Civilisation de Rupture”, mais aussi du gouvernement et du système financier. C’était un coup d’Etat très efficace et silencieux qui a vidé ce qui était autrefois la République Américaine et l’ a transformée aussi en une Entité Corporative avec chacun de nous étant des “capitaux” avec nos propres numéros de série.

Ce plan était en action bien avant la Première Guerre mondiale par diverses sociétés secrètes qui contrôlaient le système financier et, comme beaucoup le savent, finançaient les deux côtés de la guerre.

Lorsque Truman et Eisenhower signèrent tous deux des traités avec la NAZI “Civilisation de Rupture”/Sociétés, c’est à ce moment-là que l’Opération Paperclip, déjà bien placée (dans les secteurs militaire, industriel, du renseignement et des programmes spatiaux secrets et publics), glissa facilement vers des positions plus puissantes et influentes sur le vaste complexe industriel des États-Unis, qu’ils convoitèrent d’étendre leurs opérations dans l’espace et formèrent ce qui allait devenir la CPI (ainsi que la mise en place de tous les autres programmes spatiaux secrets), donc ils n’ont pas perdu la base lunaire et ils ont infiltré les différents groupes en déployant des efforts massifs pour s’étendre au complexe massif qu’ils sont maintenant.

Mécanique du Portail de Voyage à travers le “Web Cosmique” via les Champs de Torsion et l’Energie Scalaire

Q14. Où est exactement le “Lunar Operations Command” sur la lune, quelle est sa taille, et connaissez-vous des images de la NASA qui révèlent son emplacement?

Je ne peux donner aucune information directe sur l’emplacement sur la surface lunaire du LOC. Oui, il y a eu des photos prises par la NASA/Militaire et quelques autres pays. Les photos ont été peintes à l’aérographe pour enlever toutes les structures de la Lune que les employés de la NASA croient anciennes. Il y a une histoire sur les “Anciens Batisseurs” qui tourne et il y a des objets trouvés sous terre dans les cavernes profondes de la Terre que les expéditions cherchent à localiser et qui ont été conçus par “La Race des Anciens Batisseurs”. Les gens débattent de la théorie de la “Terre Creuse”. Elle n’est pas creuse mais c’est un “nid d’abeille” et certaines cavernes sont plus massives que ce que l’on peut imaginer.

Q15. Vous dites que les nazis ont infiltré le programme spatial secret américain, c’est que la flotte noire/Cabale et/ou Solar Warden, ou un autre PSS ?

Oui, j’en parle dans certaines des autres questions ici et dans un article que j’ai écrit sur mon site Web. Les NAZI “Civilisation de Rupture”/Sociétés Secrètes et leurs alliés ETs avaient besoin de l’énorme machine industrielle des Etats-Unis qui avaient vaincu les puissances de l’Axe pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils avaient les sciences et la technologie secrète, mais s’ils voulaient atteindre leurs objectifs d’emménager dans le système Solaire pour coloniser à grande échelle et mettre en place des installations industrielles et des infrastructures à travers le système Solaire pour extraire les matériaux et créer ce qu’ils ont aujourd’hui, ce qui a été largement réalisé grâce à l’effort du groupe ICC.

etsLorsqu’ils avaient forcé la main des États-Unis à signer un traité et à créer un programme spatial secret commun, ils avaient déjà placé des agents dans le monde militaire, du renseignement, de l’aérospatiale et des entreprises.

Avant la Première Guerre mondiale, le monde financier et bancaire était déjà entre les mains de diverses sociétés depuis des générations. Ces groupes ont tous été tissés et travaillent ensemble avec d’autres groupes qui sont sous le parapluie Illuminati/Cabale. L’armée américaine était au courant du débarquement de NAZI dans leur embarcation exotique habillé et approchant les gens en Europe se présentant comme des ET bienveillants venant de lointains systèmes stellaires (nous savons où ils ont appris cette astuce) qui étaient là pour aider l’Humanité.

Après la signature du traité et le lancement des programmes spatiaux secrets conjoints, les choses ont rapidement dégénéré et le groupe de NAZI “Civilisation de Rupture” a gagné la course pour infiltrer et prendre le contrôle de l’autre camp. Ils ont rapidement contrôlé tous les aspects des États-Unis à partir du système financier, Le complexe Militaro-Industriel et peu après les trois branches du gouvernement lui-même.

C’est peut-être très difficile à croire pour certains, mais plus il y a de gens qui s’éveillent à ce que notre propre gouvernement a fait au cours des 70 dernières années, plus il y a de gens qui se rendent compte de ce qui est arrivé aux États-Unis.

Q16. Quelle est la place des nazis au sein de l’Alliance SSP et des différentes civilisations anciennes? Fait-il partie de la flotte noire du PSS ?

Comme nous l’avons expliqué, ce qui restait des NAZI, qui étaient composés principalement de sociétés secrètes qui ont créé une “civilisation de rupture” qui a gardé le secret le plus avancé de la technologie, même de leurs plus hauts dirigeants militaires et politiques, en ayant mis en place des enclaves en Amérique du Sud et en Antarctique. Les emplacements en Antarctique étaient des ruines d’anciennes civilisations qui étaient restées occupées par certains groupes dans les zones thermales qui causent des zones similaires aux tubes de lave et aux dômes sous les glaciers.

Il y avait un complexe urbain souterrain et sous glacier qui était déjà occupé et aménagé à quelques endroits et le NAZI a rénové une zone qui était en grande partie écrasée au-dessus de la surface, mais qui avait beaucoup d’espace sous la glace en forme de dôme, l’énergie thermique souterraine et les cavernes (accessibles par U-boot sous les coulées de glace et les ouvertures qui le rendaient idéal pour une base polyvalente cachée) qui étaient parfaites pour qu’ils puissent se construire secrètement pendant toute la Seconde Guerre mondiale. Ils avaient pris contact avec des civils de divers pays pendant des années en prétendant être eux-mêmes des étrangers pour des raisons de contre-espionnage.

Les États-Unis avaient compris cela assez tôt et, après l’échec de l’Opération High Jump Mission, les scientifiques de l’Opération Paperclip ont été invités à négocier des réunions. Le groupe Breakaway de NAZI savait que les Américains avaient récupéré des embarcations accidentées de plusieurs espèces différentes de visiteurs du monde entier qui étaient tellement avancées qu’elles n’arrivaient à rien avec l’ingénierie inverse de leur technologie. Ils avaient également reçu de leurs espions Paperclip des renseignements selon lesquels les Américains avaient mis en œuvre un décret faisant de l’existence de la vie extraterrestre le sujet le plus classifié de la planète. La raison étant que le développement et la libération de l’énergie gratuite détruirait rapidement le commerce du pétrole, et peu de temps après, l’ensemble du système babylonien des esclaves magiques monétaires que toutes les élites utilisent pour contrôler les masses.

Les NAZI s’en sont servis à leur avantage dans certaines sorties très publiques au-dessus de Washington D. C. et dans des bases de guerre atomique très secrètes, pour n’en nommer que quelques-unes. Eisenhower a finalement cédé et signé un traité avec eux (et quelques autres groupes de l’ET et des civilisations antiques prétendant être ETs).

Les Américains projetaient d’infiltrer les NAZI et de les reprendre. Comme cela n’est pas évident, le contraire s’est produit. Les “Sociétés Secrètes NAZI” ont donc infiltré toutes les sociétés de haute technologie et la position de pouvoir au sein du présent “Programme/Civilisation de Rupture”. Depuis, ils participent à tous les programmes et projets spatiaux de l’Ouest. Il est vrai que le personnel de la Flotte Noire a été surnommé “Troupe de Tempêtes” et “Nazis de l’Espace” à cause de la façon dont ils agissent, s’habillent, des symboles qu’ils portent ainsi que la forme de leurs vaisseaux (Semblables à ce qu’on voit dans Star Wars). Ce sont des individus très sombres qui travaillent aux côtés des Navires Draco, principalement en dehors du Système Solaire, les aidant dans des activités offensives contre des ennemis de la Fédération Conjointe Draco.
militaires classifiés.

Corey décrit la Lune comme un espace neutre utilisé par divers programmes spatiaux secrets et diverses civilisations extraterrestres qui ont établi des “zones d’ambassade”. Il décrit la Lune comme très similaire à l’Antarctique, qui est utilisée par de nombreuses nations qui respectent les traités internationaux pour son usage pacifique, même si certaines nations peuvent être ennemies. Fait significatif, la description de Corey de la Lune comme zone diplomatique utilisée par de multiples programmes spatiaux et races extraterrestres correspond à celle d’un autre dénonciateur de programmes spatiaux secrets, Randy Cramer (alias Captain Kaye), qui avait révélé ce qui se passait sur la Lune lors d’une entrevue en avril 2014:

C’est un peu comme l’Antarctique, il y a ces différentes régions où différents pays et personnes peuvent dire que nous avons obtenu cette région, et nous l’avons obtenue, et tout le monde respecte la revendication ou la région de tout le monde? Que les gens soient amicaux ou hostiles, c’est une sorte de territoire neutre, donc il y a des endroits où ceux qui ne s’entendent pas avec les autres ne peuvent pas être trop éloignés les uns des autres. Mais ils ne s’attaquent pas les uns aux autres… quelle que soit la raison pour laquelle les contrats, les arrangements diplomatiques sont là pour ça.

Corey répond également à une série supplémentaire de questions que je lui ai posées le 16 mai 2015 à la suite des commentaires d’un ancien employé de la Defense Intelligence Agency, “Christopher”, au sujet d’un programme spatial militaire classifié distinct des programmes auxquels Corey prétend avoir participé. Christopher avait répondu à l’échange de courriels de questions et réponses de Corey le 11 mai 2015 dans la section commentaires. Christopher a fait remarquer que même s’il était au courant d’un programme classifié du Commandement spatial de la Marine américaine et qu’il travaillait sur un tel programme en utilisant des navettes spatiales militaires, des stations spatiales orbitales et même d’autres missions d’atterrissage lunaires, il n’était au courant d’aucun des renseignements que Corey avait communiqués sur les programmes extraterrestres, les bases martiennes ou l’utilisation de personnel psychique dans des programmes spatiaux classifiés. Une analyse utile de l’échange de Corey avec Christopher dans la section commentaires est disponible sur le blog Stilllness in the Storm.

Les réponses de Corey aux questions par courriel du 16 mai donnent plus de détails sur la façon dont les diverses branches de l’armée américaine participent à des programmes spatiaux moins classifiés utilisant les technologies traditionnelles de propulsion des fusées. Un bon exemple en est l’USAF X-37B qui a été lancé aujourd’hui pour effectuer une mission classifiée dans l’espace pour une durée pouvant aller jusqu’à deux ans. Tous ceux qui participent à ce programme classifié de la Force aérienne croient sincèrement qu’ils sont à la fine pointe de la technologie spatiale. Pas selon Corey. Le programme X-37B ainsi qu’une foule d’autres programmes spatiaux militaires américains utilisent des technologies de propulsion spatiale désuètes. Cela n’est connu que de quelques rares personnes occupant des postes de leadership militaire qui ont été consultées dans le cadre des programmes spatiaux hautement classifiés auxquels Corey a participé.

La situation ci-dessus est analogue à celle de la zone 51, qui maintient deux installations secrètes dotées de divers programmes à différents niveaux de classification. À l’installation Area 51 de Groom Lake, des avions espions et d’autres projets aéronautiques de pointe sont mis au point en collaboration avec Lockheed Martin et d’autres entreprises aérospatiales. À l’installation adjacente de Papoose Lake, S4, on étudie secrètement des technologies antigravité avancées basées sur des technologies extra-terrestres récupérées. Les militaires et le personnel d’entreprise de l’installation de Area 51 à Groom Lake croient sincèrement qu’ils travaillent avec les technologies aérospatiales les plus avancées et n’ont aucune idée de ce qui se passe à l’installation S4.

Selon les documents de la NSA publiés par Edward Snowden, les services de renseignements et la communauté militaire cachent régulièrement leurs programmes les plus classifiés sous des rubriques moins classifiées, comme ” Sentry-Eagle “. Essentiellement, Corey révèle que les programmes spatiaux militaires classifiés comme le X-37B sont des couvertures de programmes spatiaux plus classifiés sur lesquels il a travaillé directement pendant 20 ans, de 1987 à 2007.

Q17. Le célèbre Remoteviewer Ingo Swan a dit qu’il avait vu des êtres humains nus/ETs marcher sur la surface de la lune. Y a-t-il une atmosphère respirable dans certaines parties de la lune ?

Il y a plusieurs dizaines de groupes ET basés dans les “Zones Ambassades” sur la Lune. Il aurait pu “voir” un certain nombre d’entre eux. Leurs uniformes/combinaisons peuvent avoir donné l’impression qu’ils étaient nus (En tant que praticien de VR, j’ai moi-même une compréhension de la façon dont certains des langages d’imagerie se traduisent parfois). Il y a une atmosphère extrêmement mince qui est très proche de la surface de la lune (vers le bas dans les cratères) et éloignée du côté faisant face au Soleil (elle n’est donc pas constante lorsque la Terre/Lune tourne autour du Soleil). Elle n’est pas respirable du tout et remplie d’une fine poussière qui déchirerait vos poumons, ce ne serait pas sage d’essayer (la poussière et les cristaux de glace font pour certains phénomènes de lumière intéressante parfois). Beaucoup de gens qui font de la visualisation à distance ou des OBE ont l’expérience d’être amenés à un endroit sur la lune, une sorte de lieu de rassemblement avant de voyager plus loin dans le système Solaire et au-delà. C’est assez courant et je l’ai vécu moi-même. Il n’est pas dans le domaine physique, ni dans un lieu physique.

Q18. Lors d’une célèbre interception radio lors de la mission Apollo 11, Neil Armstrong a déclaré qu’il y avait deux grands ovnis menaçants qui regardaient les astronautes, était-ce un véritable incident ?

La Lune est divisée en Zones d’Ambassades (tout comme les cartes de l’Antarctique) qui appartiennent à des douzaines de groupes différents hors du monde (et des groupes humains séculaires) qui ne s’entendent pas. Beaucoup des pires ennemis sont basés à seulement quelques kilomètres les uns des autres et ils l’ont fait pendant des milliers d’années en paix. La Lune est une zone diplomatique et les conflits ne sont pas tolérés sur ou autour d’elle. Le territoire diplomatique est très respecté et n’est pas empiété par d’autres groupes. Si les débarquements d’Apollo ont choisi de débarquer dans certaines de ces zones diplomatiques (ce qui représente à peu près chaque centimètre carré de la lune), ils ont plus que probablement atterri sur le territoire d’un groupe qui ne l’a pas apprécié. Il est fort probable qu’on leur a demandé sévèrement de partir et de ne pas retourner à cet endroit, quel que soit le groupe sur lequel ils s’étaient introduits par effraction.

Q19. Qui sur la Lune a prévenu la NASA et les astronautes d’Apollo de ne pas revenir ?

Je ne sais pas précisément quel groupe a donné un avertissement, ni si c’est exact.

extraterrestres collaborateurs des humainsQ20. Que pouvez-vous nous dire sur l’autre base lunaire commune utilisée par la flotte noire ?

C’est une base très gardée et secrète qui se trouve à peu près à la position de 10 heures, sur le côté arrière de la Lune. La partie visible est une forme trapézoïdale. Elle n’est accessible qu’à la Flotte noire et à certains membres du personnel de la CPI ainsi qu’aux Forces alliées du Draco. Certains astronomes amateurs ont filmé des essaims d’embarcations quittant cette base à quelques reprises. On présume qu’il va très loin sous la surface de la Lune, tout comme le COL.

Q21. Que savez-vous d’autres bases lunaires qui sont contrôlées ou peuplées par des extraterrestres non humains ?

Mis à part ce qui a été expliqué ci-dessus sur les zones diplomatiques et les ambassades, je n’ai pas beaucoup plus d’informations. Il y a pas mal de ruines antiques de désastres et de guerres antérieures qui sont laissées sur la Lune comme mémorial à la fois pour les “Anciens Bâtisseurs” et pour la paix à long terme qui a été maintenue sur la Lune. Parfois, ces anciennes ruines sont ouvertes à la visite, mais surtout “protégées” et hors limites. Je ne comprends pas très bien pourquoi c’est le cas mais ces ruines sont spectaculaires et très respectées.

Q22. L’Alliance de Sphère a-t-elle établi une présence sur la Lune ou exercé une influence sur les opérations de la Lune ?

Non, l’Alliance de Sphère sont des 6e à 9e Êtres de Densité qui n’habitent pas les Sphères, ils utilisent les Sphères comme Navires, requièrent la Technologie pour voyager ou une Base d’Opérations. Lorsqu’ils ne sont pas en train d’interagir avec nous, ils sont soit de retour à leur densité d’origine, soit autour de nous dans un état d’élimination progressive (fréquence différentielle) qui les rend invisibles pour nous. Ils observent et interagissent avec nous à volonté, puis retournent à leur densité d’origine par une simple “pensée”. Beaucoup de nos Densités ont du mal à comprendre l’existence et les capacités d’un groupe de la 6ème à la 9ème Densité. Nous n’avons aucun moyen de commencer à sonder la façon dont ils nous perçoivent ou notre comportement dans notre Densité. Tout est vibration… L’énergie, la matière et même la pensée est toute vibration. Ils peuvent contrôler l’état vibratoire de la matière et de l’énergie par leur pensée/conscience et sans avoir besoin de la technologie.

[Note SM: C’est leur relation à la Source et le fait d’être conscient dans le sens Réveillé/Ascensionné qui leur confère ces capacités, et non pas la technologie, là on passe du coté spirituel de la vie, le monde réel au delà du monde du visible. On passe du coté de Bouddha/Jésus..etc…, et tous les êtres ascensionnés (que nous sommes tous déjà mais que nous avons oublié que nous sommes en nous séparant de la Source avec la prise du contrôle du Mental sur l’esprit du cœur.]

Certains des êtres qui sont extrêmement avancés et sont de la 4e à la 5e Densité Êtres ont encore quelques-unes des mêmes limitations que nous faisons même s’ils sont beaucoup plus avancés. Ces êtres ne sont pas habitués à traiter avec d’autres êtres qui sont tellement plus avancés qu’eux. Cette Barrière Extérieure est quelque chose qui les a contenu même dans notre Système Solaire.

Questions additionnelles – 16 mai 2015

Q23. Vous avez répondu aux questions (article Commentaires) d’un ancien employé de la DIA, “Christopher”, concernant un niveau intermédiaire de programmes spatiaux classifiés comprenant l’US [Naval Network] et le Space Operations Command et le USF. Vous dites que ce niveau intermédiaire [compartiment] n’a pas eu accès à Solar Warden et à d’autres programmes spatiaux ayant des activités en dehors de la planète. Est-ce essentiellement parce que ce niveau [compartiment] intermédiaire des programmes spatiaux classifiés s’est vu refuser l’accès aux technologies antigravité et aux engins spatiaux ?

Ils ont eu accès à certaines des technologies d’annulation de la gravité, mais pas aux technologies de vol dans l’espace lointain. Là où il leur faudrait de 45 minutes à quelques heures pour se rendre sur la Lune, les navettes SSP avancées ont la capacité de prendre le personnel au sol et de le mettre en position de demander l’autorisation d’atterrir au COL en moins de 5 minutes. La technologie à laquelle ont accès ces programmes d’opérations noires militaires inférieurs est un peu moins avancée. Ils utilisent encore des armes cinétiques comme les canons sur rail et les missiles supersoniques intelligents, ainsi que des bombardiers et des avions de chasse comme le F-35. Ils ont des avions spatiaux qui peuvent décoller d’une base militaire secrète et quitter l’atmosphère sans être propulsés par n’importe quel type d’appareil et voler dans l’atmosphère à volonté. Ils n’ont pas la manœuvrabilité et la portée que les programmes spatiaux secrets les plus avancés (de la civilisation actuelle de l’ère Rupture de Civilisation).

Q24. Le véhicule d’essai orbital X-37B de l’USAF sera lancé le 20 mai prochain (2015) sur une autre longue orbite dans l’espace. Il semble qu’il s’agisse d’une petite version sans pilote de la navette spatiale qui utilise les technologies classiques de propulsion des fusées pour passer jusqu’à deux ans en orbite autour de la Terre. S’agit-il du type de surveillance spatiale et d’opérations orbitales secrètes favorisées par le ou les programmes spatiaux de niveau intermédiaire qui utilisent des technologies de propulsion conventionnelles ou des engins spatiaux désuets, tout en croyant fermement que ces technologies ou engins spatiaux sont à la fine pointe de la technologie ?

Oui, il y a une Civilisation de Rupture et un système de contrôle complètement différent auquel peu de gens ont accès. Ceux qui font partie des Black Programs des opérations militaires nationales ne sont pas pris en compte dans le tableau complet de ce qui se passe. On leur donne diverses histoires de couverture et on leur dit que les choses qu’ils surveillent sont nos technologies d’autres programmes noirs.

Ils dépensent des trillions de dollars pour la technologie de base qui a ses racines aux 19e et 20e siècles avec principalement des progrès dans l’électronique et les sciences des matériaux. Le COL fait de son mieux pour contrôler le trafic afin de s’assurer qu’aucun de ces groupes n’observe une technologie qu’ils ne sont pas censés connaître.

Ceux qui pilotent des avions spatiaux habités qui s’amarrent parfois à l’ISS et à d’autres stations spatiales secrètes de programmes de technologie inférieure observent parfois des vaisseaux qu’ils ne sont pas censés avoir à bord, et ils sont débriefés et assermentés au secret, sachant généralement mieux que leurs commandants ce qui se passe en orbite extérieure.

Ces membres du personnel sont souvent entraînés dans les programmes avancés de l’espace secret une fois qu’ils ont fait un certain nombre d’expériences de première main. Récemment, certains de ces groupes qui jureraient qu’ils étaient au sommet de la pyramide des programmes spatiaux militaires et qu’ils avaient les autorisations les plus élevées ont été invités au COL pour certaines des Conférences de l’Alliance.

Leurs réactions ont été les plus intéressantes. Ils s’assoyaient les bras croisés, gardaient leurs yeux écarquillés et leur regard était légèrement bouleversé. Ils ont posé le moins de questions possible pendant la conférence et sont repartis rapidement sans fraterniser avec leurs nouveaux collègues.

Q25. L’ancien employé de la DIA, “Christopher”, explique que le US Naval Network and Space Operations Command est en partenariat avec la Defense Intelligence Agency, tandis que le US Air Force Space Command s’est associé à la CIA. Étant donné le rôle de la CIA dans les opérations secrètes sanctionnées par la Cabale/Illuminati, serait-il juste de dire que les hauts fonctionnaires du Commandement spatial de l’USAF sont plus susceptibles d’être compromis et alliés avec la “flotte noire” et les activités illégales de la CPI, comme le mensonge aux scientifiques et au personnel recrutés sur les conditions de travail hors planète ?

Pas nécessairement, le personnel avec lequel j’ai travaillé était composé d’une majorité de personnes ayant reçu une formation en matière de MILAB et de personnes “intéressées” à une représentation complète de tous les services (y compris la Garde Côtière, dans certains cas, qui le croient ou non).

Il s’agissait souvent d’équipes de sécurité et d’agents des forces armées mixtes qui travaillaient ensemble en fonction de leurs forces et de ce qu’ils avaient à offrir au programme. La plupart du temps, le personnel a été formé par les programmes MILAB et formé dès leur plus jeune âge, puis a été recruté par la suite pour travailler dans le PSS, les gouvernements de la Terre Secrète ou leurs syndicats. Cependant, je suis sûr que c’est différent dans chacun des programmes. La DIA, la CIA, la NSA ou d’autres services de renseignement n’ont jamais montré de badges ou de pièces d’identité en dehors de notre orbite. Ces agences de renseignement n’ont aucune supervision, aucun contrôle ou connaissance de ce que font ces programmes spatiaux secrets avancés. Il existe d’autres organismes de renseignement associés à chacun des PSS (Programmes Spatiaux Secrets) ainsi qu’aux structures militaires et de commandement qui ne relèvent pas des gouvernements américains ou occidentaux basés sur la Terre.

C’est évidemment parce que nous parlons d’une civilisation de rupture complète qui n’existe même pas selon le gouvernement fantôme américain et ses programmes d’opus noirs. Il y a plusieurs Gouvernements de la Terre Secrète et leurs Syndicats (composés de Groupes Occultes et de Sociétés Secrètes) qui dirigent secrètement une grande partie du Commerce Hors Monde ainsi que sont les vrais responsables des gouvernements publiquement vus sur Terre pour lesquels les gens pensent qu’ils votent et participent.

Q26. Serait-il exact de dire que les hauts fonctionnaires de l’US Naval Network et Space Operations Command sont plus susceptibles d’être alignés sur le programme spatial Solar Warden, même si le personnel de base (par exemple, “Christopher”) n’est pas informé des missions antigravité et hors du monde ?

Je ne pense pas qu’il soit fortuit qu’une personne se prétendant comme un ancien agent de la DIA vivant en Russie (il y a une communauté croissante d’ex-patriotes d’anciens membres du personnel de renseignement américain en Russie et quelques ex-républiques soviétiques) ait commenté le Programme spatial militaire Black Op qui faisait également partie de l’Initiative de défense stratégique (SDI) à l’époque. Il se peut que nous entendions parler de lui ou d’un autre d’entre eux après la publication de cet article.

En ce qui concerne votre question, cela a récemment changé. Ces personnes dans le passé se sentent dans les groupes (à l’exception d’un petit nombre) qui ne connaissaient que les programmes de l’Op Black Secret Militaire.

Ils n’étaient pas au courant d’une civilisation complètement séparée de type “Civilisation de Rupture” qui était tellement plus avancée qu’ils ne le sont qu’ils ne font même pas partie de notre société ou de nos structures gouvernementales. Lorsqu’on a découvert que certaines de ces personnes choisies qui participaient au Programme militaire d’opérations noires/espace participaient à l’Alliance terrestre, elles ont été invitées à faire partie de l’Alliance du PSS. Ils ont commencé à se rendre au COL (qu’ils ne savaient pas qu’il existait) pour la première fois en même temps que le premier groupe de “Politiciens de l’Alliance Terrestre” et les 70 civils qui étaient invités à assister à une conférence séparée et à une tournée du COL. Il s’agit d’un développement assez récent et ils s’adaptent au changement et travaillent pour la première fois en tant que liaisons entre l’Alliance basée sur la Terre et l’Alliance PSS (qui ont des agendas différents).

Q27. Le 11 juin 1985, Ronald Reagan écrivait dans son journal intime: “notre capacité de navette est telle que nous pourrions mettre en orbite 300 personnes.” Reagan se référait-il ici au programme spatial intermédiaire géré par la Marine et/ou l’US Air Force, plutôt qu’au Solar Warden ou aux quatre autres programmes spatiaux secrets que vous avez décrits précédemment ?

Il y a une embarcation qui est une navette de transport de personnel qui transporte 300 personnes lorsqu’elle transporte des marchandises sur le pont inférieur ou près de 600 personnes lorsqu’elle ne transporte que du personnel. Je crois que Regan faisait très probablement référence à certains des transporteurs de personnel militaire qui ont été conçus pour livrer un peu moins de 300 opérateurs spéciaux et leur équipement partout dans le monde en moins d’une heure. Il faisait partie du programme spatial SDI de l’opération militaire Black Op. Il s’agissait d’une navette de déploiement rapide dans des circonstances extrêmes et pouvait transporter les équipes/forces Delta/SEAL sans être détectées par l’entremise de ce vaisseau secret qui était une énorme navette furtive avec annulation électrostatique et magnétique par gravité. Je ne sais pas si elle a jamais été utilisée.

Q28. Dans votre réponse à Christopher (dans la section Commentaires), vous dites: “Les programmes militaires secrets de la Terre qui ont été élaborés pour des raisons secondaires de “divulgation”. Qu’entendez-vous par “divulgation secondaire”, cela ferait-il partie d’un scénario d’invasion extraterrestre à faux drapeau visant à tromper le public ?

Oui, non seulement il y a souvent plusieurs programmes exécutés sous les mêmes “noms de programme” (exemple “Pegasus”), mais il y a aussi un niveau des gouvernements secrets de la Terre, qui, si cela s’avérait nécessaire, aurait révélé le Programme spatial de l’opération militaire Black Op (Technologie de l’ère SDI) comme une fausse révélation pour jeter toute personne qui enquête sur eux hors de leur odeur. Ceci apaiserait comme des gens qui creusaient pour “La Vérité” et garderait l’existence de leur “Civilisation de Rupture” cachée.

[Note SM: voila l’explication pour que les bluebeamistes sortent de leur programme mental <3]

L’utilisation de plusieurs noms de programme est pratique dans un scénario similaire. Si vous êtes convoqué devant un sénat pour entendre le nom d’un projet dont certains ont fourni des renseignements et déclaré que des crimes contre l’humanité ont été commis et que des contacts avec des étrangers ont eu lieu, etc… Ils peuvent extraire le nom et l’historique du projet et montrer qu’il s’agit d’un programme satellite classifié et divulguer tous les documents à un comité du renseignement de cette audience du Congrès. Ils peuvent alors enterrer l’autre projet du même nom à la vue de tous et continuer comme si rien ne s’était passé. Ils ont un nombre incroyable d’astuces pour garder leurs secrets et faire passer les gens pour des imbéciles ou ruiner la vie des gens, pour ce faire, il n’ y a rien de ce qu’ils font qui leur fait perdre leur sommeil. C’est quelque chose que ceux, en particulier ceux qui font partie de certains des programmes d’opérations noires militaires les mieux placés et des agences de renseignement, ne se laisseront jamais croire. Ils ne croiront jamais que c’est possible à moins que certaines des personnes qui ont lu récemment dans les Conférences de l’Alliance du PSS n’aient vérifié cette information auprès d’eux (s’ils ont besoin de savoir).

Plus d’informations sur Corey et Sphere Alliance à l’adresse:
Sphere Being Alliance (Twitter)
Sphere Being Alliance (YouTube)
Sphere Being Alliance (Blog)
Sphere Being Allince (Home Page)

Pour continuer le processus de “Q&R”, allez à la partie (FAQ) suivante de la page d’accueil de Sphere Being Alliance et cliquez sur “Ask A Question”. Tapez votre question dans le champ et cliquez sur “Envoyer”. C’est avec plaisir que je répondrai ici à toutes les questions directes de vos lecteurs. J’ai hâte de leur fournir de plus amples renseignements et de répondre à leurs questions.
http://spherebeingalliance.com/faqs

Corey Goode

Source: le blog de scaramouche (http://actualitedelhistoire.over-blog.com/article-les-soucoupes-volantes-du-troisieme-reich-42405206.html )

Au départ, les croyances et la mythologie nazie.

Avant la fin de la première guerre mondiale, fût créé la société secrète, les "FRERES DE LA LUMIERE" qui prit, plus tard, le nom de "SOCIETE VRIL". Dans celle-ci se retrouvèrent aussi "LES MAITRES DE LA PIERRE NOIRE", une nouvelle fondation des templiers, issue de l'ordre Germanique du Moyen-Age, et les "CHEVALIERS NOIRS" du "SOLEIL NOIR", élite de la Société Thulé et des SS. 
Dans ces différentes sociétés se trouvait quasiment tous les grands responsables nazis et beaucoup de scientifiques, des sommités dans tous les domaines. Cela donna une ligne directrice (un commandement hiérarchisé) et un but idéologique (la motivation de réussir), qui a donné un élan à cette entreprise démesurée (comme on le verra plus loin).
  h103 2
D'après certains, les nazis auraient eu connaissance d'un savoir secret, non seulement par des contacts télépathiques avec des extra-terrestres leur fournissant les plans de construction, mais aussi par l'étude d'une soucoupe non terrestre qui se serait abattue en Forêt Noire en 1936. Mais il n'y a aucune preuve de cet événenement ni de témoins oculaires qui ont révélé quoi que ce soit à ce sujet. 
 
La découverte de ces connaissances et en fait beaucoup plus concrète et "classique" que l'on pourrait le croire. Même si les nazis avaient en effet une très forte attirance pour tout ce qui a trait à "l'énergie du vril". Une énergie qui permettrait de faire vivre l'homme en harmonie avec la nature et qui serait détenue par les habitants d'un monde souterrain, "l'Agharta". C'est par cette "mythologie" germanique liée à l'idéologie nazie, que dans l'esprit des hauts dignitaires du Troisième Reich et surtout de Hitler, la recherche vers des technologies innovantes et des énergies inconnues fût entreprise. 


Les débuts de la recherche sur les engins à antigravitation.

La recherche pour le développement des technologies de propulsion à antigravitation était entièrement aux mains des SS. Le Schutzstaffel, "escadron de production", E-IV ou "Bureau SS-E-IV", était le responsable du projet dans son ensemble. Malgré la grandeur de la tâche et le nombre de personnes impliquées, qu'elles soient militaires, ingénieurs ou scientifiques, les noms des principaux responsables sont peu connus. La majorité des archives et documents furent perdus ou détruits à cause de l'avance Alliée en 1945. Mais la principale cause du manque d'information entourant ces recherches, c'est le secret absolu dont les SS ont fait preuve. Car la SS disposait de moyens et d'une autonomie qui lui garantissait un anonymat quasiment assuré, concernant les recherches cruciales et stratégiques, exercées par le Reich. Uniquement les participants direct au projet étaient au courant, personne d'autre. 


Les différentes recherches menées au cours de la guerre.

Parmi les projets sur la propulsion à antigravitation, il y avait le projet "RWS-1", basé en Silésie (Pologne). Ce projet était dirigé par le professeur Walter GERLACH, directeur scientifique, qui était épaulé par les professeurs THIRRING et Pascual JORDAN. Les SS l'appelèrent "Glocken", la "cloche". Les expérimentations furent réalisées en Pologne sur le site minier de Wencelaus, situé non loin de la frontière Tchèque. En Tchécoslovaquie, dans le protectorat de Bohème-Moravie, les SS étudiaient aussi un système de propulsion à énergie nucléaire, à Pilsen (1).
Le responsable de l'ensemble des projets était le SS-Gruppenführer KAMMLER. Son second était le SS-Gruppenführer Otto SCWAB, qui dirigeait l'Amtsgruppe VIII ou "Amt VIII-FEP", "Département de l'armement". D'autres officiers sont connus, comme le SS-Gruppenführer Emil MAZUW et le SS-Brigadeführer Heinrich GARTNER. 

Des recherches qui portèrent leurs fruits. 

La première soucoupe Allemande à voir le jour était la RFZ-1. Avec une propulsion à antigravitation "électro-mécanique". Son premier vol en 1934 fût aussi le dernier. Elle s'éleva jusqu'à environ 60m. Mais le système de guidage s'avéra inefficace. C'est avec peine que le pilote réussit à la poser au sol, puis à s'en échapper. L'appareil se mit à tourner comme une toupie avant de capoter et d'être mis en pièces. C'était la fin du prototype RFZ-1, mais le début des engins volants à propulsion de type "Vril". 
 
Son successeur, le RFZ-2, avait une propulsion Vril et un "pilotage à impulsion magnétique". Son diamètre était de 5m et ses caractéristiques étaient les suivantes: les contours de l'appareil s'estompaient quand il prenait de la vitesse, et il s'illuminait de différentes couleurs. Selon la force de propulsion, il devenait rouge, orange, jaune, vert, blanc, bleu ou violet. Intéressant, mais pas terrible comme camouflage. Il fallait remédier à cela.
Il ne pouvait effectuer des changements de direction que de 90°, 45° ou 22,5°. Cela demandait donc une certaine maîtrise. Pas évidente pour des combats aériens contre des chasseurs conventionnels. De plus, l'installation de l'armement pausait problème. Il fût donc délaissé l'idée de l'utiliser comme chasseur et les recherches se poursuivirent. 
Après le RFZ-2, ce fût le VRIL 1, disque volant qui vola au cours de l'année 1941. Il avait 11,5m de diamètre, possédait une "propulsion à lévitation Schumann" et un "pilotage par impulsion à champ magnétique". Donc aussi maniable qu'un chasseur classique, mais avec les avantages des "virages en épingle à cheveux" et la possibilité de faire du "sur place", en plus.  Il atteignait des vitesses de 2900 à 12000km/h, pouvait accomplir en pleine vitesse des changements de vol à angle droit sans préjudice pour le pilote (pas la sensation des G). Plus libre en figures de vols que le RFZ-2. On construisit plusieurs exemplaires du Vril 1. Surtout pour avoir des prototypes à disposition pour continuer les recherches.

vril 1
Photo du VRIL 1 en vol (cliquez pour agrandir).

La déclinaison de la série "Vril" se poursuivit avec plusieurs autres prototypes. Ils gardaient en fait les mêmes caractéristiques au niveau de la propulsion, mais ils étaient beaucoup plus grands. L'objectif était "plus gros et mieux armé". Les deux les plus prometteurs furent le Vril 7 et le Vril 8 "Odin". Ces deux modèles subirent toutes sortes de modifications au cour des essais. 


vrilè synthe
Représentation artistique du VRIL 7 (cliquez pour agrandir).


VRIL
VRIL 8
Deux photos du VRIL 8 "ODIN" en vol (cliquez pour agrandir).

Après de nombreuses tentatives de formes de soucoupes envisagées, ils trouvèrent la solution. Et c'est de là que découlèrent par la suite, tous les autres projets.
Le projet RFZ-7 fût le bon compromis pour une soucoupe performante et l'embarquement d'armement plus "lourd", que les modèles précédents. Il était en effet équipé d'un canon sur tourelle dans sa partie inférieur. La maniabilité était accrue, de même que le confort du pilote. (Notez, qu'avec le canon du dessous en moins, cette soucoupe ressemblerait beaucoup à la celle de la série "Les Envahisseurs". Une preuve que les américains avaient connaissance de l'existence de cette soucoupe ?).

VRIL 2
Le RFZ-7 en vol au-dessus d'une zone montagneuse (Cliquez pour agrandir).

En 1944 décolla un nouveau prototype. C'était une soucoupe équipée d'armes moyennement lourdes qui porta le nom de "HAUNEBU I". Elle avait un équipage composé de quatre hommes, avait 25m de diamètre, sa vitesse au départ était de 4800km/h pour atteindre, plus tard, jusqu'à 17000km/h. 

H1 ET CHASSEUR
Photo de l'HAUNEBU I escorté par un Messerschmitt 109 (cliquez pour agrandir).

Malgré la technologie à antigravitation, les chercheurs ne délaissaient pas pour autant les nouveaux moteurs à réaction, inventés pour le nouveau Messerschmitt 262, le premier chasseur à réaction. Le 14 févier 1944, on testa à Peenemünde l'hélicoptère supersonique construit par Schriever et Habelmohl sous le nom de projet V-7, qui était équipé de douze turbopropulseurs BMW 028. Sa vitesse de montée à la verticale était de 800m à la minute, il atteignait une hauteur de 24200m et sa vitesse en vol horizontal était de 2200km/h. Il ne fût cependant, jamais utilisé car Peenemünde fut bombardé en 1944 et se vît transférer à Prague. Cette ville fût par la suite occupée par les Américains et les Soviétiques.


V7 DESSIN COULEUR
 

Dessin du V-7 (cliquez pour agrandir).                                             

 
Courant 1944, la "HAUNEBU II" était également fin prête. Son diamètre variait de 26 à 32m, sa hauteur était de 9 à 11m. Elle pouvait transporter un équipage de 9 à 20 personnes, Propulsée par un tachyonateur Thulé, elle atteignait dans la périphérie terrestre 6000km/h. Elle était apte à se déplacer dans l'espace et avait une autonomie de 55 heures de vol. Elle était équipée de deux "canons à rayons forts" (KSK) de 60mm, montés sur une tourelle rotative.

5
Photo de la HAUNEBU II posée au sol (cliquez pour agrandir).

maquette                                                                            Haunebu II EN VOL        
Deux représentations artistiques de la HAUNEBU II, illustrant des boites de maquettes (cliquez sur les photos pour agrandir).                 

Parallèlement à ces derniers, on lança même le projet d'un astronef en forme de cigare qui devait être construit dans les chantiers de Zeppelin, on l'appela "ANDROMEDA". D'une longueur de 139 mètres, Il devait transporter plusieurs soucoupes pour des vols de longue durée. Il n'exista que sur le papier.
On travailla aussi à la "HAUNEBU III", impressionnante entre toutes avec ses 71m de diamètre. Cette exemplaire aurait bien volé. On parle d'un décollage qui aurait été filmé. Il existait bien un prototype. Il pouvait transporter 32 personnes, son autonomie en vol était de plus de huit semaines et il pouvait atteindre une vitesse d'au moins 7000km/h.


HANEBAU 3 GRANDE PHOTO
Hanebu III
air
ha3 4EM PHOTOS
Quatre représentations artistiques de la HAUNEBU III, posée et en vol (cliquez pour agrandir).

Continuant sur leur lancée, les chercheurs imaginèrent une soucoupe gigantesque, la "HAUNEBU IV". Avec une longueur de 120 mètres et un équipage de 60 hommes pour la manoeuvrer, elle aurait pu en outre embarquer deux compagnies entières de combat. Mais la fin de la guerre arriva et cette soucoupe resta simplement à l'état de plans.


Récapitulatif des différents types de soucoupes inventées par l'Allemagne.

La RFZ-1, le prototype de base, il "essuya les plâtres".
La RFZ-2, plus performant, mais il y avait encore beaucoup de choses à améliorer.
Du RFZ-3 au RFZ-6, c'était un même unique prototype, subissant diverses modifications. 
La RFZ-7, le modèle qui préfigurait les soucoupes "HAUNEBU", de par sa forme.
 
Le VRIL 1, le premier modèle fiable, dirons-nous.
Du VRIL 2 au VRIL 6, c'était un même unique prototype, subissant diverses modifications. 
Le VRIL 7 (à ne pas confondre avec le V-7), 
Le VRIL 8 "Odin", 
 
La HAUNEBU I, 25m de diamètre, existait en deux exemplaires, (vitesse de croisière d'environ 4800km/h). 
La HAUNEBU II, 32m de diamètre, existait en sept exemplaires, (vitesse de croisière d'environ 6000km/h). 
Il était en fait prévu de construire des Haunebu en série. Une offre aurait été lancée auprès des firmes d'avions Dornier et Junkers. Fin mars 1945, Dornier décrocha le contrat. L'appellation officielle de ces soucoupes volantes devait être DO-STRA (pour avions STRAtosphère DOrnier). 
La HAUNEBU III, 71m de diamètre, construit en un seul exemplaire, effectua plusieurs vols d'essai.
La HAUNEBU IV, n'exista que sur le papier.
 
L'ANDROMEDA, astronef "porte-soucoupes" de 139m qui resta à l'état de projet. 

Le V-7, malgré sa forme de soucoupe, n'utilisait pas la propulsion à antigravité, mais des turbo-réacteurs conventionnels. En fait, ce fût le premier hélicoptère à réaction de l'histoire.


La représentation des soucoupes d'après les plans et leurs caractéristiques.


HAUNEBU 1HAUNEBU-2.jpg HAUNEBU 3 VRIL-7.jpg ANDROMEDE.gifProjeto VRIL1c80

(Cliquez pour agrandir)

Deux témoignages de Français ayant servi dans l'armée Allemande.

Voilà deux témoignages qui ont été fait à Jean-Marc ROEDER, Docteur en physique et spécialiste de l'antigravitation, suite à une conférence sur les soucoupes volantes nazies:

"Il y a environ deux ans, à la fin d'une petite conférence que je donnais au Lion's club de Strasbourg sur les soucoupes nazies, deux messieurs très âgés vinrent me trouver. Le premier m'expliqua que, alsacien enrôlé de force dans la wermacht, il avait observé une soucoupe de couleur rougeâtre survolant sa position à basse altitude (environ 60 mètres) lors de la bataille de Koursk sur le front russe. Il estimait la taille de l'engin à environ 20 à 30 mètres de diamètre. Il m'affirma aussi que la soucoupe qu'il avait vue ressemblait à s'y méprendre à un des modèles de Vril dont j'avais montré les photos durant la conférence. De plus, l'officier commandant leur position d'artillerie leur dit de ne pas s'inquiéter car il s'agissait d'une nouvelle arme de vengeance ultrasecrète testée sur le front. L'autre monsieur, alsacien engagé volontaire dans les Waffen SS, me donna un témoignage encore plus impressionnant. Il m'expliqua que, alors qu'il était basé à Augsbourg en 1944, il fut convoqué avec une vingtaine de ses camarades par son commandant SS. Le commandant leur annonça qu'ils se rendraient le jour même à l'aéroport militaire d'Augsbourg pour sécuriser celui-ci durant un test ultra secret. Il leur précisa aussi que la moindre révélation sur ce qu'ils verraient serait sanctionnée par une exécution immédiate. Le témoin m'expliqua qu'il vit sortir d'un hangar, à 100m de sa position, une soucoupe d'environ trente mètres de diamètre et quinze mètre de hauteur, en forme de cloche et surmontée d'un petit dôme. Elle émettait un faible sifflement ainsi qu'un bourdonnement d'abeilles. L'engin semblait flotter à deux mètres du sol en oscillant lentement.  Il se dirigea lentement vers la piste de décollage puis s'éleva doucement verticalement jusqu'à cent mètres d'altitude en oscillant comme une feuille morte. Détail intéressant, l'engin de couleur noire devint lumineux en s'élevant, passant d'une luminosité bleue électrique à une couleur rouge grenat sur le côté et orange vif sous le dessous. Il accéléra ensuite à une vitesse foudroyante et disparu à l'horizon en deux seconde en émettant un "son d'orgue". L'engin réapparu dix minute plus tard au dessus du hangar et chuta en feuille morte devant celui-ci avant de se plaquer au sol avec un bruit métallique sourd. Dès l'atterrissage, le témoin et ses camarades furent immédiatement rembarqués en camion vers leur caserne et ne purent approcher le prototype. Bien sûr, il ne s'agit que d'un témoignage qui n'a pas valeur de preuve mais il m'a parut sincère, d'autant plus que cet ancien combattant avait les larmes aux yeux en me racontant son aventure. Il me remercia même en m'affirmant qu'il attendait depuis cette époque de comprendre ce qu'il avait vu. Je pense que ces témoins ont vu le prototype antigravitationnel Vril 8 "Odin"."


Que sont devenue les soucoupes après la guerre ? 

On ne peut exclure une production en série d'un nombre limité de modèle Haunebu I et II. 
Certains disent qu'une partie des engins ont été coulés dans le lac "Mondsee" en Haute-Autriche. D'autres pensent qu'ils auraient été emmenés en Amérique du Sud, ou dans des bases de l'Antarctique. Ou bien qu'ils furent transportés en pièces détachées et entreposés dans différents endroits secrets de par le monde.
En tous cas, une chose est sûre, si les alliés ont récupéré des soucoupes volantes nazies, et bien ce sont les Soviétiques qui les ont découvertes et eu en leur possession. En effet, ce sont eux qui ont occupé les territoires où se passaient toute la recherche et la fabrication. Donc, les Soviétiques ont certainement mis la mains sur des plans, des éléments de soucoupes, voire des soucoupes entières, prototypes ou constructions de série.
Les Américains, de leur côté, ont forcèment eu vent de ces recherches, puisqu'ils rapatrièrent vers les Etats-Unis la majorité des savants Allemands. Et pas seulement dans le domaine de l'aéronautique militaire, mais aussi des médecins, des chirurgiens, des neurologues...etc. 


Pourquoi les Allemands n'ont pas utilisé les soucoupes pendant la guerre ?

Tout le monde se pose la question. Et bien la réponse est simple, pour mettre fin à la guerre, comme ce qu'on fait les Américains, il fallait pouvoir frapper fort avec une arme terrible et choquer les esprits. Et les Allemands, étaient "à deux doigts" d'avoir la bombe atomique, mais ils ne l'avaient pas encore. Et ce n'était pas le tout d'avoir la bombe, il fallait la transporter au-delà de l'atlantique. S'ils avaient frappé Londres, les Américains auraient sûrement lancé la bombe sur Berlin, Munich ou Hambourg en représaille. Il leur aurait fallu avoir les moyens de frapper partout en même temps. Et les Allemands n'avez pas de bombardiers à long rayon d'action (Comme les B-29 américains par exemple). 
Pour aller bombarder New-York ou Washington, il leur fallait un bombardier puissant, fiable et rapide. Les Allemands avaient aussi des projets "d'ailes volantes", qui auraient pu être converties en bombardier. Mais ce sont les soucoupes HAUNEBU qui furent choisies, mais elles furent opérationnelles trop tard. Avec tous les prototypes, commencer petit, puis faire des modèles plus grands, et ensuite inventer un modèle de soucoupe "bombardier" (surtout quand on voit la taille de la bombe atomique Américaine, imaginez la taille qu'aurait eu la soucoupe), tout ça prit trop de temps. Et la recherche atomique Allemande, même s'ils avançaient bien dans leur recherche, n'était pas encore prête non plus.
De plus, pour avoir des soucoupes en grand nombre pour faire des attaques aériennes massives, il fallait disposer d'une capacité de construction en série énorme. Et suite à l'avancée alliée, qui occupait de plus en plus de terrains, ils ne l'avaient plus (tout au moins pour assurer une reconversion des chaines de montage, pour fabriquer des Haunebu). Sans parler des matières premières, dont certaines commençaient à faire cruellement défaut à la fin de la guerre. Pour fabriquer quelques modèles ou des prototypes, c'était faisable, mais pas pour une fabrication en série. Voilà pourquoi.
Sans parler que ce n'est pas le tout d'avoir des soucoupes, encore faut-il des équipages. Parce que, alors qu'un pilote suffisait pour les chasseurs classiques, il fallait un équipage entier de plusieurs hommes par soucoupe. Et les équipages, il aurait fallu pouvoir les former. Créer de nouvelles écoles de pilotage avec des instructeurs. (Pour les chasseurs, ils avaient déjà du mal à trouver des pilotes à cause des pertes, alors de former des équipages entiers pour leur apprendre à piloter des soucoupes... Vous pensez bien, qu'avec la situation dans l'Allemagne de 1945, ce n'était plus possible).
Comparons par exemple avec le Messerschmitt 262, qui arriva sur le théatre d'opération européen en 1944, et qui lui, prit bien part aux combats. Et bien, il n'y eu qu'un seul groupe de chasse équipé de ces appareils ! Un seul ! Ils prirent comme pilotes pour ce groupe les plus grands as de la Luftwaffe.


Les scientifiques et ingénieurs furent récupérés en majorité par les américains.

En mars 1946, le président TRUMAN fit en sorte de rassembler les savants allemand pour que les Etat-Unis puissent expérimenter leurs avancées technologiques pour leur compte. Des chercheurs allemands furent emmenés dans le cadre de l'opération "Paperclip" (opération trombone). Il s'y trouvait, entre autres: SCHAUBERGER, WERNER VON BRAUN, MENGELE,...etc (2).


Un refuge dans les bases de l'antarctique?

En 1938, le porte-avion "NEU SCHWABENLAND" embarqua une expédition vers l’Antarctique. Arrivé à l'endroit prévu, les Allemands s'attribuèrent 600.000 km carrés qu'ils baptisèrent "NEU SCHWABENLAND". Appellation géographique figurant toujours sur les atlas sous le nom anglicisé de NEW SCHWABENLAND. Donc, avant même le début de la seconde guerre, les Allemand disposaient d'une implantation permanente au pôle sud.

antarctic1
Badge de l'expédition de 1938-1939.


Des sous-marins firent route vers ce territoire et sûrement tout au long de la guerre. Les marines Alliées ont estimé, après avoir dressé un inventaire des effectifs de la Kriegsmarine depuis le début de la guerre, et comptabilisé les pertes réelles, que plusieurs dizaines d'unités, avaient mystérieusement disparu. Elles n'avaient été ni coulées en opérations, ni sabordées par leurs équipages, ni arraisonnées par les forces Alliées. Personne ne sait où sont passés tous ces sous-marins.

antarctic2
             Carte du "NEU-SCHWABENLAND". (Cliquez pour agrandir).

On peut penser que ces sous-marins ne partaient pas à vide, mais avec un équipage et des passagers constitués de techniciens spécialisés, fuyant sur ordres l'occupation alliée en Europe après ou très peu de temps avant la défaite. Du matériel sophistiqué fût débarqué à la base du Neu-Schwabenland, et aussi certainement des éléments de disques volants en pièces détachées ou tout au moins tous les plans et documents techniques permettant de les construire y furent surement mis à l'abri.
On a repéré en Mer du Nord un sous-marin Allemand (le U864) qui, (cela a été vérifié) contient plusieurs centaines de kilos de mercure (c'est d'ailleurs à cause d'une fuite et du problème de pollution, qu'on en a entendu parler). Il devait atteindre le Japon. Et nous le savons, le mercure entre dans la fabrication du moteur des soucoupes de type Haunebu. Cela veut-il dire que certaines technologies ont été envoyées aussi vers le Japon, pour aider ces derniers à gagner la guerre ou simplement pour les y cacher ? l'Antarctique n'était peut-être pas le seul refuge du savoir avancé des nazis.
Outre le territoire antarctique du Neu Swchabenland, il existerait d'autres territoires à travers la monde où des colonies perpétueraient la survie du régime nazi, avec d'anciens SS à leur tête, dans des camps parfaitement organisés dont le plus important serait situé en Argentine sur un territoire de 16000 km carrés, sur les bords du fleuve Limay à 2500 km au sud de l'équateur.
Survivance sous la forme d'organisations nazies réparties dans quelques bases secrètes, installées dans certaines contrées. Il était facile, sous une forme extrêmement réduite (microfilms), de transporter les plans, données et autres protocoles de fabrication de ces engins volants, sans oublier les projets non encore mis en chantier. Ces hommes embarqués à bord de sous-marins, bénéficiant également de techniques très en avance sur celle de l'époque et équipés d'un système de récupération d'oxygène pouvant naviguer sous la surface durant plusieurs mois sans se faire repérer. Personne ne sait ce qui pût être stocké et emmagasiné auparavant comme matériel, machines-outils et de l'étendue des constructions.
Dans les années cinquante, un membre de l'ambassade de France à Buenos Aire, se promenant un jour sur le port, eu la surprise de voir un bateau battre pavillon nazi. Oui, vous avez bien lu, c'était le drapeau à croix gammée. Il s'approcha, et discuta un peu avec des marins du navire qui prenaient l'air sur la jetée. Ces derniers parlaient Allemand. Ayant été officier pendant la guerre, il connaissait la langue leur parla. Ils lui dirent qu'ils étaient venus pour se ravitailler. Et quand il leur demanda d'où ils venaient, ils répondirent le plus sérieusement du monde, qu'ils étaient basés au Pôle Sud ! Le lendemain, lorsqu'il revint au même endroit, le bateau était reparti.
Le conflit terminé, l'attention des Alliés se porta vers d'autres préoccupations. Plutôt que de chercher à investir des bases fantômes, pour la plupart très mal localisées. Alors, pourquoi avoir soudain, tout juste un an après la fin de la guerre, décidé d'une expédition en Antarctique ?
Les Américains connaissaient bien-sûr l'existence de la base Allemande, mais s'ils décidèrent d'intervenir, "militairement", avec une action de grande envergure, on peut penser qu'ils détenaient d'autres renseignements. 
Peut-être pensaient-ils avoir à faire à de simples constructions et de petites installations classiques. Et quand ils se rendirent compte qu'il s'agissait en fait d'une base de grande envergure, avec un armement perfectionné, voulurent-ils mettre hors d'état de nuire d'éventuels survivants de l'idéologie nazie ?
De plus, n'oublions pas qu'Hitler n'est pas mort dans son bunker en 1945, et ils le savaient, tout comme les Soviétiques. Pensaient-ils y trouver le dirigeant nazi, et du même coup mettre la mains sur des secrets technologiques et scientifiques qu'ils n'avaient pas trouvé lors de l'occupation de l'Allemagne, mais dont ils connaissaient l'existence par tous les savants évacué d'Europe grâce à l'opération "Paperclip" ?

A défaut d'être la vérité sûr et certaine, c'est une hypothèse tout-à-fait plausible, expliquant l'objectif réel possible, de l'intervention Alliée au Pôle-Sud.


La campagne oubliée de l'Antarctique.

En 1946, le commandement de la Navy confia la responsabilité d'une opération aéronavale à l'amiral Richard BYRD. Ce dernier avait déjà effectué plusieurs vols de reconnaissance au pôle nord et au pôle sud, organisant et participant à plusieurs expéditions dans les zones polaires en 1929, 1934 et 1939-41.

L'opération "Highjump" était une opération strictement militaire, mais qui était couverte par l'argument "scientifique".

Une partie de l'armada quitta la base de Norfolk en Virginie le 2 décembre 1946, pour être rejointe par deux autres groupes d'unités vers des bases de l'Antarctique prévues à l'avance, mais ayant en fait pour objectif, la base de Neu Swchabenland. Après avoir installé un camp de base à Little America, les zones Est et Ouest furent couvertes par des patrouilles maritimes et aériennes. Le 22 février 1947, ordre fût donné à toute l'armada d'évacuer et de regagner Norfolk. 
De retour aux Etats-Unis, Richard BYRD dira dans une conférence de presse le 5 mars 1947 que "la menace la plus grande vient maintenant du pôle sud car ils ont observé des engins volants pouvant atteindre des vitesses impressionnantes !"
Le 5 mars 1947, le journaliste Lee van Atta, qui avait couvert l'expédition, publia dans le plus grand quotidien sud-américain "El MERCURIO", une interview de l'amiral BYRD au cours de laquelle ce dernier déclara: "C'est dur à entendre, mais dans le cas d'une nouvelle guerre, il faudra s'attendre à rencontrer des avions pouvant voler d'un pôle à un autre". Il laissa aussi entendre: "Qu'il y avait là-bas une civilisation avancée qui se servait d'une technologie supérieure". Rappelons que ces événements se sont passés en 1947 (3).
 
Ce à quoi cette expédition fût confrontée reste encore un mystère. A t-elle eu à affronter des survivants nazis et leurs soucoupes volantes ? Ou ont-ils découvert la capacité de combats des habitants de la "Terre creuse", appelés "hyperboréens" ? 
Officiellement, bien sûr, il n'y a pas eu de combats en Antarctique. Aux Etats-Unis il aurait été difficile de justifier auprès de l'opinion publique et du Congrès des morts supplémentaires en Antarctique, avec de nouvelles opérations. Surtout depuis que la guerre était finie. Aussi le sujet resta clôt. Cette opération est connue sous le nom de "guerre des pingouins", après que le gouvernement indiqua que sur ce territoire il n'y avait que des pingouins et qu'il n'y avait aucun nazis.

Mais le 8 janvier 1956, plusieurs scientifiques Chiliens revenant d'une expédition sur le continent observèrent pendant plusieurs heures des objets volants en forme de cigare et de disque dans le ciel de la zone de la mer de Weeddell. La même année 1956, une nouvelle opération militaire sera mise en place par les Américains: l'Opération "Deep Freeze". Plus limitée et toujours sous couvert de l'argument "scientifique". Les Américains se contenteront ensuite de missions géographique, météorologique et de cartographie au Pôle-Sud.

Plus tard, il y aura plusieurs explosions nucléaires dans la zone de l'Antarctique, des explosions en haute altitude et une autre qui, d'après les relevés sismiques, semblait souterraine (pour neutraliser les appareils par l'effet de la puissance du champs électro-magnétique des explosions) (4).

Les étranges "lumières" de Scandinavie.
En 1946, d'innombrables objets lumineux d'origine inconnue mais fabriqués indéniablement par une intelligence furent observées au-dessus de la Scandinavie et provoquèrent un grand émoi chez les Alliés à l'est comme à l'ouest. N'oublions pas que les deux grandes puissance connaissaient la base de l'Antarctique, et la technologie avancée des nazis. Pour étudier un de ces objets volants qui s'était écrasé en suède, les Etat-Unis envoyèrent le général DOOLITTLE. Comme spécialiste de l'aéronautique, pour examiner les débris.
Ce dernier découvrit-il que les engins étaient en fait des soucoupes volantes nazies ? Est-ce pour prévenir une pareille chose au pôle sud que les Etat-Unis décidèrent d'une intervention en Antarctique ?
Les Soviétiques ont bien récupéré des soucoupes Allemandes, mais ils ne les auraient jamais testées au dessus de la Suède. Avec leur étendue sibérienne de plusieurs milliers de kilomètres carrés, ils ne manquaient pas de place pour réaliser des essais en secret. La thèse de l'époque qui prétendait que les Soviétique auraient lancé des fusées V2 pour les tester, ne tient pas. La V2, une fois lancée, elle monte très haut, à la limite de l'atmosphère, puis elle retombe au sol à plus de 2000 km/h. On aurait bien vu ce qui restait au sol. Une fusée "inerte" (sans charge explosive) aurait été tout de suite identifiée par ses débris. (D'autant plus que de lancer des missiles vers un pays étranger est bien un acte de guerre. Et la V2 est bien un missile intercontinental. Je vois mal les Soviétiques risquer un nouveau conflit, tout juste sorti de la seconde guerre mondiale.)
D'autant plus qu'un rapport à l'attention du président TRUMAN, indiquait que l'enquête confirmait des observations de vols "contrôlés". Ainsi qu'un témoignage sur la descente d'un parachute, juste avant de voir s'écraser, l'un de ces engins (la V2 n'avait pas de pilote).
A partir de la fin des années quarante, des objets volants lumineux furent signalés un peu partout dans le monde, mais surtout au-dessus de l'Amérique du Nord en un nombre sans cesse croissant. Ils étaient piloté, c'est certain, par des êtres intelligents, ils étaient le plus souvent, ronds, en forme de disque ou de cloche. 



La ressemblance incroyable entre les soucoupes "Adamski" et les "Haunebu". Une connexion existe-elle entre les deux ?

Certains auteurs disent que ces ovnis ne ressemblaient pas, en règle générale, aux soucoupes fabriquées par l'Allemagne. Des documents photos prouvent le contraire, et la version Haunebu a été vue, très souvent et dans différents endroits du monde, depuis 1945. De plus, on a pu constater que parmi les cas de contacts avec les occupants d'ovnis, il y a un grand nombre de rencontres avec des êtres conformes à l'idée de la race "aryenne". Des blonds aux yeux bleus et qui de plus, parlaient couramment l'allemand, ou bien une autre langue mais avec un accent allemand très prononcé. (Comme, par exemple, dans le cas d'Adamski en 1952, le cas de Cedric Allingham en 1954, et celui de Howard Menger en 1956). 
AdamskiphotosaSoria
Adamskisoucoupepleinecran
Photos de la soucoupe prise par Georges ADAMSKI (cliquez pour agrandir).
Georges ADAMSKI ne fût pas le seul à voir ce genre de soucoupe. Il y eu d'autres témoins, partout sur la planète. Et une preuve de la véracité de la rencontre d'ADAMSKI, mis à part ces photos, c'est le fait que les photos prises par d'autres témoins, montrent un objet identique, mais de plus, exactement de la même taille !
Par la technique de la projection orthographique, c'est-à-dire de projeter par des lignes la structure et le relief de l'engin, en rétablissant son inclinaison. On s'aperçoit que les soucoupes ont une taille absolument identique. Voyez la projection sur la photo ci-dessous:

projection orthographique 
La projection orthographique (cliquez pour agrandir).      


Darbishirephoto 
La photo d'origine prise en 1954 en Angleterre, pour comparer avec la photo d'ADAMSKI (Cliquez pour agrandir).

Alors, est-ce que ce sont des anciens nazis qui se mettaient à apparaitre dans leur soucoupe Haunebu, histoire de narguer les armées de l'air du monde entier. Ou alors, les membres de l'expédition de 1938 ont-ils découvert une entrée vers le monde souterrain de l'Agartha où, d'après la théorie de la "Terre creuse", vivrait une civilisation supérieure à la notre ? Cette dernière qui aurait transmise une technologie aux sociétés Vril et Thulé. Ce "transfer de technologie", aurait donc donné des soucoupes Allemandes "Haunebu", sensiblement identiques aux soucoupes "extraterrestres", vues entre autre, par ADAMSKI. C'est cet échange de savoir, qui aurait permis l'aboutissement de la recherche du Troisième Reich sur les engins à antigravitation ?
 
Comme on le voit, balayer comme beaucoup le font, la "théorie des soucoupes nazies", d'un revers de la main, en disant que "tout ça ne tient pas debout", serait une erreur. Il y a tellement de ramifications liées à ce sujet, que si on prenait la peine d'étudier toutes les pistes à fond, on découvrirait sûrement encore beaucoup de choses.
La majorité des archives secrètes de la SS sont gardées aux Etat-Unis et en Russie. Sans parler des matériaux, de pièces détachées et d'exemplaires de soucoupes, récupérées après la guerre.
(1) Voir "Les recherches sur "Die Glocke", "la Cloche";
(2) Voir "Les Black Program: Le projet Paperclip";
(3) Voir "L'histoire cachée des pôles (partie 2)";
(4) Voir "Les Black Program: Le Projet Argus".

Sources:
Radio Ici et Maintenant, émission "Les ovnis nazis" du 9 décembre 2004, par Jean-Marc Roeder;
Magazine Nexus n°62, "La technologie secrète du Troisième Reich", article de l'historien militaire Igor Witkowski;
www.karmapolis.be;
www.southpole.com.