Bnlin.fr

frnlendeitptrues

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99 | 100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124 | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182

Vous aimez ce site?

  • Participez aux frais d'hébergement pour le prix d'un café...
  • Devises:
  • montant:

Visiteurs depuis Avril 2005

All 1399296

Currently are 8 guests and no members online

Kubik-Rubik Joomla! Extensions

À Nazca, au Pérou, se trouvent de célèbres dessins au sol de créatures et de lignes. Ces dessins couvrent 82 kilomètres. Ils furent dessinés par des Indiens entre 200 av. J.-C. et 700 apr. J.-C. Mais certains pensent que ces dessins ont été créés par des aliens. Des adeptes des OVNI affirment que certaines des très longues lignes au sol représentent une piste d’atterrissage d’extraterrestres. En fait, il a été prouvé que les « pistes d’atterrissage » ne sont que le résultat d’une construction humaine faite par d’anciens Indiens. Ceci est vrai aussi pour les dessins de créatures.

nazca1Le chercheur Joe Nickell, de l’Université du Kentucky, a reproduit les mêmes dessins que l’on trouve sur le sol de Nazca, au Pérou, réalisé par des Indiens. Sans aucune aide aérienne, et en utilisant seulement la technologie disponible à l’époque des Indiens Nazca, Joe a réussi à reproduire le même genre de dessins au sol. Avec des technologies simples, une petite équipe peut recréer, en quelques jours, même les plus grands dessins réalisés par les Indiens. Mais aussi, contrairement à ce que prétendent certains commentateurs, les formes qui se trouvent à Nazca peuvent être observées du sol. Elles peuvent être aperçues du haut des collines environnantes.

Pour ma part, contrôleur aérien depuis 1976, il ne fait pas de doute que ces lignes sont un aéroport, avec ses taxiways et sa piste secondaire.

Apollo 20: mythe ou réalité?

Une mission secrète Apollo sur le côté obscur de la Lune a-t-elle découvert une ancienne forme de vie extraterrestre?

L’histoire officielle raconte que la dernière fois que l’homme est allé sur la Lune remonte à décembre 1972, lorsque les astronautes d’Apollo 17, Eugene Cernan et Harrison Schmitt, ont battu le record de trois jours à la surface de la Lune.

Mais initialement, d’autres missions Apollo étaient prévues: Apollo 18, 19 et 20 ayant déjà commencé la construction ou ayant entamé les dernières phases de planification lors de leur annulation en 1972, une combinaison de baisse de l’intérêt public et de compressions budgétaires a rendu le programme de la Lune jadis prestigieux tombé en disgrâce. à Washington.

La science-fiction peut spéculer sur ce qui se serait passé si ces programmes avaient été réalisés. Peut-être aurions-nous aujourd'hui des colonies habitables sur la Lune ou des relais pour des voyages vers Mars. Et peut-être aurions-nous exploré le côté obscur de la Lune, longtemps soupçonnée de contenir des vestiges d’une ancienne civilisation extraterrestre.

NDLR Je vous a traduit

Apollo 20 logo2

la devise en latin sur l'écusson "carpent tua poma nepotes": en gros: nos enfants en profiteront....

En 2007, un personnage mystérieux s'est rendu sur le site de partage de vidéos Youtube pour démontrer que cet incroyable scénario n'était pas une fiction hypothétique, mais un fait clandestin, dissimulé au monde entier pour protéger la vérité sur ce qu'ils avaient découvert chez le plus proche voisin de la Terre.

Un utilisateur s’appelant retiréafb a mis en ligne un certain nombre de vidéos censées être des séquences d’une mission secrète Apollo 20, pilotée conjointement par des astronautes américains et soviétiques, qui s’est déroulée en août 1976.

Retiredafb s’est identifié comme étant William Rutledge, un astronaute de la NASA à la retraite et maintenant âgé, exilé au Rwanda, qui a participé à la mission secrète Apollo 20 aux côtés de ses autres astronautes, Leona Marietta Snyder et Alexei Leonov.

Selon Rutledge, la mission d'Apollo 20 était d'explorer la région polaire de la Lune, du côté obscur, afin d'examiner des images prétendument prises par Apollo 15 de la région, montrant ce qui semblait être une vaste ville ancienne et une immense vaisseau spatial s'est écrasé.

Les images de Rutledge , étonnantes , montrent à la fois la ville extraterrestre (Fake avéré NDLR) et le survol du vaisseau spatial en forme de cigare. Les vidéos ont ensuite été vues par l’équipage de l’Apollo 20, explorant en fait l’intérieur du navire écrasé et, peut-être le plus étonnant, découvrant le corps d’un extraterrestre ressemblant à un humain.

NDLR: la devise en latin sur l'écusson: en gros " nos enfants en profiteront..."

as20 1020

alientartzoom

Surnommé 'Mona Lisa' par les astronautes, le corps semblait être celui d'une jeune femme, partiellement momifiée avec une fine couche de substance cireuse recouvrant sa peau. Elle semblait être enfermée dans les commandes de la navette spatiale par un dispositif relié à ses yeux et à son nez.

 Le corps extraterrestre prétendument retrouvé par l'équipage d'Apollo 20

Dans une interview avec le journaliste italien Luca Scantamburlo, Rutledge a expliqué plus en détail leur découverte de Mona Lisa, expliquant que l’entité biologique extraterrestre (EBE) ne semblait ni vivante ni morte, mais dans une sorte d’animation suspendue. source: http://www.angelismarriti.it/ANGELISMARRITI-ENG/REPORTS_ARTICLES/Apollo20-InterviewWithWilliamRutledge.htm

Selon Rutledge, l'extraterrestre a été déconnecté de l'appareil de navigation et est revenu sur Terre à bord du module lunaire, où le corps réside encore aujourd'hui.

Rutledge a également décrit le navire: «Nous sommes entrés dans le grand vaisseau spatial, également dans un triangle. Les principales conclusions de l'exploration sont les suivantes: c'est un bateau-mère, très ancien, qui a traversé l'univers il y a au moins un milliard d'années ».

Naturellement, en raison de la nature sensationnelle des vidéos, les publications de Rutledge sur Youtube ont rassemblé des millions de visites. Mais peu après, il affirme que son compte a été piraté et les vidéos supprimées. La NASA essayait-elle de détruire les preuves de cette mission secrète?

Si oui, cela n'a pas fonctionné. Rapidement, Rutledge et d’autres utilisateurs configureraient plusieurs versions des vidéos en miroir sur plusieurs sites Web de partage de vidéos, et elles resteraient largement disponibles.

Mais est-ce que la NASA, ou quelqu'un d'autre, avait vraiment besoin de s'inquiéter? Pour beaucoup, l'histoire était tout simplement trop incroyable pour être crédible. En effet, plus d'un commentateur a noté à quel point les revendications de Rutledge étaient similaires à celles de divers films de science-fiction.

Pourrait-il y avoir une vérité dans l'histoire d'Apollo 20?


Les photographies de la surface lunaire prises par Apollo 15 en 1971 semblent révéler d’étranges anomalies dans la région de Delporte-Izsak, dans la région méridionale du côté obscur de la Lune.

Un objet inhabituel en forme de cigare situé au bord d'un cratère est clairement visible sur plusieurs photographies de la NASA circulant sur Internet, y compris celles sur le site Web de la NASA. La caractéristique semble avoir de la masse et de la forme et semble reposer sur la surface de la Lune.

 Le vaisseau montré dans les vidéos de Rutledge correspond à l'anomalie capturée par Apollo 15

L'anomalie présentée dans les images de Rutledge est très proche de cet objet, à la fois en taille et en forme, mais avec beaucoup plus de détails de surface. Les vidéos du supposé survol de l’engin Apollo 20 montrent que le bateau est en pierre, avec une texture mais recouvert de sculptures complexes et de motifs qui ne pourraient pas être naturels.

Si le métrage est un canular, les créateurs ont évité la tentation évidente de donner à leur vaisseau spatial une apparence métallique et futuriste, optant plutôt pour un design mégalithique curieux regorgeant de décorations élaborées.

Le récit de la mission Apollo 20 par Rutledge et ses séquences vidéo ont suscité un scepticisme généralisé. Mais s’il s’agit d’un canular, il a réussi à insérer dans son récit quelques détails dont l'authenticité est irréfutable.

(NDLR: par ailleurs, il y a trop de détails " travaillés" pour un simple canular, ne serait-ce que l'écusson de la mission ou le drapeau américano-soviétique présent sur l'intérieur du module A20 sur toutes les vidéos. Mais malheureusement, quant on veux discréditer quelque chose, il suffit généralement de mettre un peu de "faux" avéré ou reconnu plus tard, pour jeter le bébé avec l'eau du bain...)

Alors que Rutledge et Leona Marietta Snyder ne figuraient sur aucune liste officielle des astronautes soviétiques ou de la NASA, Alexei Leonov était un cosmonaute soviétique de renommée internationale, mieux connu pour être devenu le premier homme à marcher dans l'espace en 1965.

leonov flags
Le cosmonaute Alexei Leonov était supposé faire partie de l'équipe secrète d'Apollo 20.

Il était risqué pour les fraudeurs d'inclure une personnalité aussi prestigieuse que Leonov, car il aurait tout simplement pu fournir une preuve irréfutable qu'il était ailleurs au moment de la mission et que la tromperie s'effondrerait instantanément.

Ce choix audacieux d'utiliser un véritable cosmonaute est-il une preuve de l'authenticité d'Apollo 20? Une figure brièvement montrée dans les vidéos ressemble même à Leonov, ce qui atteste au moins une attention portée aux détails.

D'autres aspects de la vidéo montrent que, s'il s'agissait d'un canular, les créateurs avaient accès à un véritable matériel de mission Apollo ou à une très bonne réplique de celui-ci. Plusieurs plans dans les vidéos montrant l'intérieur du module lunaire sont une réplique exacte et impressionnante de la réalité.

Un badge Apollo 20, complet avec les noms des trois astronautes, est également visible dans certains cadres, preuve supplémentaire qu'il ne s'agit pas simplement de séquences recyclées provenant de l'une des missions officielles Apollo antérieures.

Si Rutledge était vraiment un imposteur, cette partie de la vidéo était bien produite. Il devait avoir un budget décent pour reproduire l’intérieur d’un module Apollo dans un studio, indiquant que c’était une opération professionnelle.

 L'intérieur du module lunaire est reproduit de manière convaincante dans les vidéos

Alternativement, il peut avoir en quelque sorte un accès sécurisé à un véritable module lunaire Apollo installé dans un musée, bien qu'il semble improbable qu'un musée puisse jamais consentir au tournage d'une vidéo de canular dans un tel lieu.

La vraie raison pour laquelle la description de l'intérieur des modules par Rutledge était-elle si précise parce qu'elle a été véritablement filmée à bord d'une mission secrète Apollo 20 sur la Lune?

Désinformation ou camouflage de la NASA ?

Il existe de nombreux exemples de chercheurs et d’enquêteurs découvrant des artefacts et des structures anormaux dans les photographies de la NASA, à la fois de la Lune et d’autres planètes du système solaire.

Richard C Hoagland, auteur et conférencier, est l'auteur de nombreuses affirmations de ce type, dont le plus célèbre est celui de «Face on Mars», une formation remarquable dans la région de Cydonia à la surface de la planète qui, selon Hoagland, est une statue géante extra-terrestre à visage humain.

Comme beaucoup de ces observations, le travail de Hoagland est basé sur des photos issues des années 70-80, . Invariablement, lorsque des images source de qualité supérieure sont trouvées, beaucoup de ces structures apparemment artificielles s'avèrent être des illusions d'optique ou bien alors complètement lissées comme si l'on avait supprimé des détails génants..

The ‘Face on Mars’ is simply an optical illusion
Le "visage sur Mars" est simplement une illusion d'optique(NDLR: pas forcément, voir plus bas...)

Cela s'est avéré être le cas lorsque des images plus récentes et beaucoup plus haute, recueillies par des sondes telles que Mars Global Surveyor de la NASA en 2003, ont montré que le visage de Cydonia était simplement une colline martienne, une structure entièrement naturelle qui ressemblait vaguement à un visage éclairé à angle droit. .

Le travail de Hoagland est un exemple d'un phénomène psychologique appelé paréidolie, la tendance de l'esprit humain à percevoir des schémas significatifs là où il n'y en a pas. Cela prend souvent la forme de voir des visages humains ou des animaux dans des images abstraites ou sans forme.

L'histoire d'Apollo 20 par William Rutledge commence par le principe qu'Apollo 15 a capturé les images d'un vaisseau-mère géant en forme de cigare sur le côté sombre de la Lune. Aujourd'hui, de nombreuses images circulant sur Internet montrent ce qui semble être un objet artificiel, mais leur résolution est faible et elles manquent de détails.

Comme le Visage sur Mars, lorsque des images source de qualité supérieure sont référencées, ce «vaisseau mère» se révèle être une illusion d'optique. La structure est simplement une longue colline sur la surface lunaire, qui dans une ombre profonde semble ressembler à un objet cylindrique.. Comme cest bizarre: il semblerait que plus on avance plus les objets se lissent, la photo faite par viking en 1976 est moins précise que maintenant.(Par ailleur il n'existe pas une mais des photos de viking, la face ayant été prise selon des angles différents avec des éclairages différents, et si vous cherchez un peu vous trouverez une autre photo de face bizarre aux antipodes de mars, mais la face est plus abimée.)

D'ailleurs on le sait: la NASA ne retouche aucune photo  voir ici et(voir ci-dessous et faites vous votre propre opinion...)image clementine

 

bn4

 

 

Quand on vous parle du "chevalier noir", certains pensent à Batman mis en scène par le dark dc comics, d'autres, à une bd de bob morane...Qui d'ailleurs parle d'un satellite mis en place par une civilisation hyperboréenne...chevalier noir

En fait, il peut s'agir d'autre chose, totalement connu depuis les années 1950...

Epave spatiale ou « Satellite » Extraterrestre, le « Chevalier Noir » tel qu’il est appelé aujourd’hui – a maintenant trainé dans le coin depuis quelques temps. Cette découverte est probablement la plus célèbre des objets spatiaux qui orbitent notre Planète. Ce « Satellite Artificiel » a provoqué un intérêt majeur des médias à partir de la deuxième moitié des années 1950, et est devenu l’un des objets de l’espace les plus discutés. D’abord considéré comme un satellite d’espionnage Russe, le Chevalier Noir a saisi l’intérêt de millions de personnes à travers le monde.

Selon les agences de surveillance à travers le monde, le Chevalier Noir transmet des signaux radio depuis plus de 50 ans.

Les Etats-Unis et l’Union Soviétique ont démontré un intérêt particulier pour cet « objet spatial non-identifié ». Depuis sa découverte, ce satellite a intéressé des pays comme la Suède et les passionnés de par le monde. L’un d’entre eux est un opérateur radio qui apparemment a décodé une série de signaux reçus du satellite OVNI et les a interprété en tant que plan stellaire concentré sur le système solaire d’Epsilon Bootis, et que le Chevalier Noir est venu de ce système il y a 13 000 ans (Epsilon Bootis comme vue de la Terre, il y a 13000ans). (Wikipedia – Epsilon Bootis est une étoile de la constellation du Bouvier. Elle porte également les noms traditionnels Izar ou Pulcherrima.)

le chevalier noir 1

Mais selon plein de gens, cette découverte a été faites plus tôt que nous le pensons.

Les rumeurs disent que c’était Nicolas Tesla qui a été le premier à avoir « intercepté » un signal de ce satellite d’un autre monde en 1899 après la construction d’un dispositif radio à haute tension dans le Colorado. Après la découverte de Tesla, 30 à 50 ans plus tard le signal a été intercepté plus fréquemment jusqu’à ce qu’il ne soit apparemment « décodé ». A partir des années 1930 les astronomes du monde entier ont rapporté d’étranges signaux radios qui prétendument proviennent du « Chevalier Noir ».

En 1928, des scientifiques norvégiens faisant des expérimentations sur les transmissions en ondes courtes dans l’espace ont commencé à amasser des donnés sur la provenance de ce curieux « signal » (Echoes LDE). Mais les scientifiques de cette époque ne parviennent pas à comprendre les origines de ce signal qui semble venir du ciel !

En mai 1954 le major Donald Keyhoe annonce que 2 satellites artificiels gravitent autour de la Terre ; ils défient les lois de la physique et leur orbite est très irrégulière. Il ne s’agit pas d’engins fabriqués par l’homme. Le 24 août de la même année, l’hebdomadaire Aviation Week affirme que les 2 satellites signalés en mai par Donald Keyhoe tournent sur eux-mêmes en restant à une distance de 600 à 900 km de la surface terrestre.

En 1957, le Dr. Luis Corralos du Ministère des Communications du Venezuela l’a photographié alors qu’il prenait des photos de Spoutnik II alors qu’il passait au dessus de Caracas. L’étrange objet n’était en rien similaire au premier ou deuxième Spoutnik, Le Satellite du Chevalier Noir orbitait la Terre d’Est en Ouest. Spoutnik I et II orbitaient d’Ouest en Est en utilisant la rotation naturelle de la Terre afin de maintenir leur orbite.

L’histoire du Chevalier Noir a fait ses débuts dans les médias dans les années 1950 quand le St. Louis Dispatch et le San Francisco Examiner écrivirent à propos du « Satellite » le 14 Mai 1954. Le Time Magazine a écrit un article dessus en Mars 1960. Voila ce qui était dit à propos de lui:

« Il y a trois semaines, les grands titres annonçaient que les Etats-Unis avaient détecté un mystérieux satellite « noir » se déplaçant au dessus de nos têtes sur une orbite régulière. Il y avait la spéculation nerveuse que cela pouvait être un satellite de surveillance lancé par les Russes, et il apporta la sensation désagréable que les USA ne savaient pas ce qu’il se passait au dessus de leur propre crâne. Mais la semaine dernière le Ministère de la Défense a fièrement annoncé que le satellite avait été identifié. C’était une épave spatiale, les restes d’un satellite Discoverer de l’Air Force qui s’était égaré. Lire toute l’affaire en allant sur le site du Time Magazine. »

Le 23 Août 1954 le magazine de technologie de l’aviation hebdomadaire et Technologie Spatiale publièrent une histoire qui a irrité le Pentagone qui essayait de garder l’information secrète:

L’intérêt pour le Chevalier Noir était plus important chaque année, en 1957, un « objet » inconnu a été aperçu en train de « projeter son ombre » sur l’engin spatial Spoutnik I. D’après les rapports, « l’objet non-identifié » était en orbite Polaire, et à cette période les Etats-Unis tout comme les Russes ne possédaient pas la technologie afin de maintenir un engin spatial en Orbite Polaire. D’après notre recherche le premier satellite orbitant le pôle Nord a été lancé en 1960. Les orbites polaires sont souvent utilisées pour cartographier la Terre, l’observation terrestre, prendre des photos de la Terre et pour des satellites de reconnaissances. Cela placerait le Chevalier Noir dans la catégorie des Satellite observateur, la seule question ici est, qui a placé le Chevalier Noir sur une orbite Polaire et dans quel but?

26 novembre 1958 : Le même mystérieux satellite en orbite terrestre envoie des messages en phonie dans une langue incompréhensible, qui sont captés un peu partout dans le monde. Les savants le baptisent Le Chevalier Noir.

Cette même année, la société de constructions aéronautiques Lockheed a enregistré « un signal télémétrique inhabituel et non identifié » pendant plus de dix minutes, sur la fréquence de 20.003 mégacycles, dans l’après-midi du 26 novembre ! Il est dit que les signaux étaient semblables – quoique pas exactement les mêmes – aux signaux télémétriques du Spoutnik. Cela, un mois avant le lancement de la fusée russe Miechta ! Le premier satellite équipé d’un réémetteur radio embarqué était le Spoutnik 1 russe, lancé le 4 octobre 1957. Le premier satellite américain à relayer des communications s’appelait Project SCORE, lancé le 18 décembre 1958. Il utilisait un magnétophone à cassette pour enregistrer, puis rediffuser, des messages vocaux. Son premier message diffusé a été :

« This is the President of the United States speaking. Through the marvels of scientific advance, my voice is coming to you from a satellite travelling in outer space. My message is a simple one : Through this unique means I convey to you and all mankind, America’s wish for peace on Earth and goodwill toward men everywhere.»

Le 1er février 1959, de nouveaux signaux « inconnus » ont été captés par l’observatoire allemand de Bochum, à 4 reprises, sur 20.004 mégacycles, encore ! Il ne s’agissait point d’un nouveau satellite artificiel terrestre. Ces signaux qui se traduisaient par les lettres « AAL », émises pendant une durée de 0,6 seconde à des intervalles de 0,3 à 0,4 seconde, ont été perçus de trois à six minutes après ceux du Spoutnik 3 et en étaient parfaitement distincts par leur tonalité et par leur puissance. Dans la nuit du 02 février, des signaux radiophoniques « mystérieux » ont été captés par le Centre de Micro-Ondes de Florence.

Le 10 février 1960, une nouvelle circulait dans les rédactions de tous les journaux du monde occidental, elle était même diffusée sur les chaines d’information de la radio TSF.

« L’US-Navy annonçait que ses radars avaient repéré un mystérieux satellite en orbite terrestre ». Par une hasardeuse procédure, elle avait même évalué la masse du satellite entre 10 et 15 tonnes ! Il faut dire qu’en ce début de l’année 1960 les masses satellisées étaient de l’ordre de 1500 kg en URSS et aux USA de l’ordre de 450 kg au mieux. Alors vous pensez un satellite de 15 tonnes cela choquait les esprits, même des plus distraits, ce qui aurait été à cette période le satellite artificiel le plus lourd en orbite autour de notre Planète. Autre bizarrerie, le satellite s’était inscrit sur une orbite dite rétrograde ce qui serait une première pour le moins. Je ne me souviens plus de l’inclinaison négative sur l’équateur, mais pour assumer une orbite rétrograde, il fallait déjà maîtriser l’orbite polaire, et à cette époque seule l’Amérique l’avait fait avec justement les satellites Discovery dont on avait perdu un exemplaire six jours plus tôt. Pour suivre les satellites à la trace, et comme les radars n’étaient pas encore bien adaptés à cette traque, les USA et l’URSS avaient monté des réseaux d’observation optique dont le Moontrack était l’exemple Américain. Ce réseau était constitué d’énormes caméras du nom de Baker-Noon et il était complété par une multitude de petits observatoires servis par des bénévoles, souvent des étudiants. Tout ce petit monde scrutait le ciel nocturne et relevait la trace des satellites sur fond d’étoiles et l’heure pour qu’ensuite ces données alimentent un ordinateur chargé de calculer ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de paramètres orbitaux. (Aide : Première liste des satellites lancés qui se trouvait au NORAD. (Doc USAF 1961-déclassifiée)

Il se déplaçait deux fois plus vite comparé aux vaisseaux fabriqués par l’homme.

black knight3Justement le problème de cet énorme satellite c’était sa furtivité, il était invisible à l’observation optique. La seule explication pour justifier son invisibilité ne pouvait venir que du fait qu’il devait être peint en noir. Un satellite géant, si discret qu’il en était indétectable aux instruments optiques, et qui était sur une orbite inédite, enfin sans aucune revendication de paternité émise. Il fut de ce fait rapidement baptisé : « Le Chevalier Noir » [Black Knight]. Tout le monde levait les yeux au ciel en ce demandant s’il n’était pas là, au-dessus de nos têtes, prêt à nous lancer un quelconque maléfice. En fait, en demandant à la Navy une confirmation de l’existence de ce monstre, peut-être venu d’un autre monde pour surveiller nos expériences atomiques ou pire, lancé par ces si méchants Russes, celle ci nous confirma que l’observation radar avait été faite par des stations que nous connaissons tous de nos jours, le fameux US Naval Space Surveillance System le NSSS. Ce sont ces radars, installés au Sud des USA et qui étaient couplés à la BMEW et au NORAD qui avaient bien détecté le Chevalier Noir. Petit problème ; si les radars de la Navy avaient bien vu ce gros satellite, l’USAF qui était tout aussi bien dotée en matière de radar avouait n’avoir rien détecté. Rappelons que les radars de l’USAF formaient le gros de la BMEW au NORAD. Il y avait là comme un malaise côté sécurité et alerte aux USA. Radio Moscou, qui nous jouait elle aussi sa petite musique de propagande, celle des pays de l’Est, annonça tout de « go » que ces derniers temps l’URSS n’avait procédé à aucun lancement de satellite en orbite terrestre ou lunaire !

De la vie sur MARS.

C'est grâce à l'instrument SAM (Sample Analysis at Mars), chargé d'analyser in situ les molécules contenues dans les minéraux sédimentaires, les argiles et les sulfates qui se trouvent au fond du cratère Gale, que Curiosity a repéré des molécules organiques. Ces chaînes d'atomes contenant du carbone et de l'hydrogène ont été découvertes dans des roches âgées de plus de trois milliards d'années. Parmi elles du thiophène, des méthylthiophènes, du méthanethiol et du diméthylsulfure. La détemethanemarsction de ces molécules organiques est très importante car elles constituent des briques essentielles à l'apparition de la vie. D'ailleurs la plupart des molécules sur Terre sont des molécules organiques issues d'une activité biologique.

Par ailleurs, il ne vous  a pas échappé que dans la photo envoyée par curiosity ( ci-bas) le ciel est bleu

bleu-gris certes mais bleu.... pas rouge comme toutes les photos dégradées par la NASA.

Serait-ce un premier pas vers la divulgation?

 

imagemarscuriosity